Tanguy Pastureau décrypte ce matin le voyage du couple Macron en Inde qui a eu lieu ce week-end.

Macron, c'est comme Tintin mais sans culotte de golf. Il est jeune, hyper-positif et il parcourt le monde, Afrique, Asie, et maintenant l'Inde. Vendredi, il a été accueilli à la sortie de l'Air Beau Gosse One par Narendra Modi, 1er ministre local, un barbu avec un peu de bide. Avec ce type de physique, chez nous, on fait Père Noël dans la galerie commerçante du Auchan 15 jours en décembre !

Mais en Inde, on est n°1 ! 

Si Carlos avait fait l'expat à New Dehli, il aurait pas perdu 25 piges à faire les Grosses Têtes. Modi, dès la sortie de la passerelle, a serré Macron dans ses bras, puis a récidivé dans le hall de l'aéroport, un peu plus fort. Donc là, Macron s'est dit : "Houlà, il est chaud comme un nan fromage, pépère !", alors qu'il s'agit d'un truc en Inde qui s'appelle la diplomatie du câlin : plus Modi vous colle, plus vous êtes important. C'est la même chose que dans le métro sauf que lui ne jouit pas dans son pantalon. 

Ainsi, le canadien Justin Trudeau avait eu droit à un câlin le dernier jour de sa visite, et l'avait mal vécu

Il faut dire qu'il avait passé 7 jours en habit de Bollywood et avait mis des turbans à ses gosses, donc c'est comme si Modi était venu au Québec avec une casquette à queue de castor pour finir assis sur un caribou, c'était un poil trop. 

Brigitte a fini par sortir un pied de biche et à réussi à décoller Modi ! Puis Macron, interviewé par India Today, a déclaré qu'il était un grand fan de la culture indienne, sans précisions, c'est-à-dire qu'il a dû voir Slumdog Millionaire et qu'un jour il est tombé dans le grenier de son grand-père sur une vieille photo de papi à Goa, avec un monsieur et une dame tout nus dont aucun des deux ne ressemblait à mamie, surtout le monsieur.

Puis Macron, samedi, a vendu pour 12 milliards d'euros de moteurs d'avion français

En une journée il fait 12 milliards de chiffre, c'est le meilleur vendeur de la planète ! Il peut écouler des ceintures de chasteté au Cap d'Age, des Coran rue des Rosiers, des bustes à l'effigie de Bardot lors d'une battue de sangliers. 

Des étudiants lui ont ensuite posé des questions, une jeune lui a demandé un conseil pour son futur. Macron a répondu : 

Ne respectez jamais les règles ! 

On dirait un vieux slogan pourri pour l'eau de toilette Lady Rebel. Le président, en théorie, c'est le mec qui vous dit justement que les règles sont là pour le bien commun, qu'il faut être gentil, vider toute sa rage dans le taff pour à la fin mieux voter centriste ! Et là, Macron, parce qu'une post-ado à l'autre bout du monde minaude, il faut qu'il la joue à la Nicolas Duvauchelle dans Braquo. 

Un président qui dit "Ne respectez pas les règles", c'est comme si Geneviève de Fontenay décrétait que finalement elle était ok pour les strings panthère dans toutes les élections de miss, avec finale en topless et martinet à boules.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.