Les carnavals, c'est nul, rien que la semaine passée, on a vu un char antisémite et des gens déguisés en membres du Ku Klux Klan, donc ça c'est moderne, mais les costumes d'Arlequin, on n'en peut plus.

15 jours que la saison des carnavals a commencé.

J'ai horreur des carnavals, ces fêtes dégénérées où on ne sait plus qui est qui, exactement comme quand on a bu. 

Les gens masqués ça me déplaît, parce qu'on ne sait jamais ce qu'on va trouver en dessous, c'est comme quand en forêt on soulève un tas de feuilles, on se dit "il y a peut-être des champignons", et en fait on tombe sur un scout mort, qui 4 mois auparavant avait perdu le groupe. 

En carnaval, on connait celui de Rio, qui consiste à secouer ses miches comme une salade qu'on égoutte, les ¾ du costume de la personne étant à l'intérieur de ses fesses, pour le récupérer ensuite, il faut avoir dans sa famille un spéléologue. Il y a le carnaval de Nice, seul moment de l'année où Christian Estrosi, qui d'habite incarne la déconne à peu près comme une armoire Ikéa incarne l'authenticité du mobilier à l'ancienne, lance des serpentins en criant à sa femme "on s'en fout, bébé, c'est carnaval, ce soir on se met la tête à l'envers, on va faire un 69 du cerveau, sors moi une canette de panaché, destroyyy !". 

Il y a le carnaval de Dunkerque, où est organisé un concours de cri de la mouette, Lara Fabian a interdiction de participer pour laisser une chance à des gens à la capacité vocale moindre. Et bien sûr, il y a le carnaval de Venise, ce truc qui sent la soirée hot à plein pif, on se retrouve sapé comme Cédric Villani, le matheux de LaREM, une fois sur 2, ça part en orgie, comme dans les Liaisons Dangereuses sauf que vous ne butinez pas la marquise de Merteuil mais Josie Sanchez de Dijon, dite La Sangsue parce qu'une fois qu'elle vous alpague, impossible de la décoller, à qui son gendre a offert une Smartbox séjour à Venise avec bal masqué. L'avantage à Venise c'est que l'homme d'affaires François Pinault y vit 9 mois sur 12, et il pèse 32 milliards de dollars, donc si par hasard dans une soirée déviante vous le tripotez, pour peu que ça lui rappelle sa jeunesse, il peut tout à fait vous refiler une mallette de biftons.

Moi qui ai horreur des carnavals, bien sûr je n'en fais aucun, je déteste me déguiser, par peur d'altérer mon physique, d'autant que le temps qui passe le fait déjà. Les masques, ça me fait peur, la fois où en 79 je suis tombé sur ma mère qui sortait de la salle d'eau avec sur la face un masque clarifiant au concombre, il a fallu qu'elle me dise que c'était elle pour que j'arrête de la frapper avec une poêle en hurlant "crève, Aymeric Caron", à 6 ans, j'avais prédit la carrière d'Aymeric Caron, ce qui explique pourquoi j'ai tenté 10 fois d'attenter à ma vie en me jetant dans l'escalier, j'ai même regardé une émission de Sabatier à l'époque pour tenter de faire clamser 3 de mes 4 neurones. 

Mais à part moi, les gens kiffent les carnavals, aiment se déguiser, souffler dans des trompettes en plastique, s'accrocher une queue de cochon, ce sont des malades, c'est pourquoi je refuse que le RIC soit mis en place, quelqu'un qui lance des harengs déguisé en Astérix ne doit pas avoir le droit d'exprimer sa vision de la société. Et puis les carnavals, c'est le lieu des dérapages, exemple à Alost, en Belgique, ils ont fait un char représentant des juifs au nez crochu assis sur des sacs de pièces d'or, ce qui est un cliché total, puisqu'avec le sans contact, il n'y a quasiment plus de monnaie. Ça sous-entend que les juifs ne sont pas modernes, ce qui est faux, exemple Bernard-Henri Lévy l'est, il a l'appli Tinder, toute la journée, il se match et s'écrit à lui-même "qu'est-ce que tu es beau, et cet intellect, je te veux, je la comprends, Arielle".

La suite à écouter et retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.