Aujourd'hui, en France, le souci, c'est qu'il y a plus de gens qui écrivent que de gens qui lisent, à la rentrée littéraire de janvier il y avait 493 romans, c’est trop, Leïla Kaddour-Boudadi n’a pu en lire que 489. Et l'éditeur de Gallimard en est à demander aux gens d'arrêter d'envoyer des manuscrits.

C’est important, en France, la littérature. Rien qu’ici en studio, on a William Sheller, venu pour un livre, chroniqueur Alexis Le Rossignol, qui a écrit un livre, Leïla Kaddour-Boudadi, ancienne prof de lettres, qui a tout lu, Rousseau, Proust, dans la salle d’attente du dentiste, s’il n’y a que des "Voici", elle quitte la pièce en hurlant « vous ne me méritez pas », du coup, ça fait 17 ans qu’elle n’a pas soigné ses dents, Cyril Féraud est obligé de lui prêter les siennes avant le JT. 

A Inter, tout le monde lit, il faut savoir qu’en régie, nos amis techniciens appuient sur les boutons avec la tranche de livres de la Pléiade, à titre de comparaison, dans le Super Moscato Show de RMC, ils le font avec leur sexe. En France quand on a lu, on brille dans les dîners, on dit alors à Pierre-Jean Chalençon, le seul à recevoir « PJ, sais-tu que tu as les mêmes initiales que la police qui va venir te chercher ? », on est spirituels. 

Et puis, il y a tellement de grands romans français : Madame Bovary, qui parle d’une dame déprimée mariée à un docteur, si ça s’était passé aujourd’hui, son mari serait H24 en direct sur BFM pour causer du Covid, ce serait une star, en Normandie ils auraient juste leur résidence secondaire, qui vit la semaine en Normandie, à part Hervé Morin ? Il y a le Comte de Monte-Cristo, l’histoire d’un type enfermé dans une forteresse sur un récif pendant 14 ans, comme à Fort Boyard si le Zodiac d’Olivier Minne était tombé en panne et que le directeur des programmes de France 2 avait trouvé que c’était un mâle blanc de moins à gérer, il se serait dit « un noir de 25 ans, j’envoie l’hélico, là non ». Il y a Notre-Dame de Paris, avec Esmeralda, l’arrière-grand-mère de Kendji Girac. Il y a les Illusions Perdues, je crois que ça parle du Parti Socialiste. Le 2ème sexe, une histoire de chirurgie plastique qui a mal tourné. Les Liaisons Dangereuses, dont les héros sont des gens qui disent « j’ai cents euros ». Vendredi ou les limbes du Pacifique, qui en Israël est vendu sous le titre « Shabat sur la plage de Tel-Aviv avec mes deux doses de Pfizer ».

Mais le souci, c’est qu’en France aujourd’hui, il y a plus de gens qui écrivent que de gens qui lisent, la rentrée littéraire de janvier il y avait 493 romans, c’est trop, Leïla n’a pu en lire que 489. Et hier, j’étais sur le site de Ouest France, pour avoir des nouvelles de Miossec et du caramel au beurre salé, quand je suis tombé sur un article disant que l’éditeur de Gallimard demandait aux gens d’arrêter d’envoyer des manuscrits. 

Gallimard, vous le savez, fut fondé en 1911 par Gaston Gallimard, est dirigé aujourd’hui par Antoine Gallimard, si vous vous appelez autrement que Gallimard, il faut chercher un autre job. Gallimard, ils ont eu les plus grands, Foucault, pas Jean-Pierre, l’autre, Cohen, pas Patrick, l’autre, Céline, pas celle qui crie, l’autre. Et même actuellement, Le Tellier, dernier prix Goncourt, est chez eux, c’est un peu la dream team de l’édition, à chaque prix, il y a une grande fête avec 26 pom-pom girl qui crient « je veux un A, je veux un B, je veux un C, je veux un D », jusqu’à avoir l’alphabet complet, ça dure des plombes, c’est pour ça qu’il vaut mieux faire la fête à la chaine l’Équipe, on se prend moins la tête. Après, il n'y a pas le même budget, les mecs se retrouvent à se faire filmer en train de commenter des matchs sans avoir le droit de montrer les images faute d’avoir les droits, donc j’imagine qu’une fête il y a 3 chips et Yoann Riou qui hurle « oui, il va entrer cet apéricube, ah yes, incroyable, pile entre les dents d’Estelle Denis, on vit un moment fou ». 

Gallimard, c’est le top, et donc le moindre pleu-pleu qui a un début de roman le leur envoie, sauf que depuis un an leur nombre s’est démultiplié à cause des confinements, parce qu’une fois qu’on a fait du pain, du macramé, des pompes et qu’on a fait l’amour une fois, il faut bien trouver une nouvelle activité. Et les gens se sont mis à écrire, par milliers, mais la littérature c’est comme les éruptions cutanées dans le dos quand on se gratte, on ne devrait pas se sentir obligé de montrer le résultat. En plus, comme les librairies ont été fermées, il y a des retards de parution, tout s’accumule, ça va faire comme le cinéma où la semaine de réouverture, il y aura 200 films, 120 blockbusters américains, on va tout confondre, à la fin de la semaine on dira à son conjoint « j’ai pas compris pourquoi James Bond se fait enlever par Luchini, qui d’ailleurs est un alien ». 

Ce week-end Gallimard a donc écrit sur Twitter : « compte tenu des circonstances exceptionnelles, nous vous demandons de surseoir à l’envoi des manuscrits », c’est Gallimard, ils emploient le verbe surseoir, 2ère fois qu’il est utilisé dans l’histoire de Twitter, la 1ère fois c’était une erreur de correcteur automatique, Mitch des Marseillais voulait écrire « sur sa vie à ma reum », il a commencé « sur sa », ça a écrit « surseoir », Mitch s’est donné la mort à Dubaï en se jetant sur une influenceuse bourrée de collagène avec une aiguille à tricoter.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

  • Légende du visuel principal: Tanguy Pastureau
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.