Le 1er janvier 2021, Tanguy Pastureau a gardé espoir jusqu'à minuit et 2 minutes.

Nous sommes le 13 janvier et j’en peux déjà plus de 2021. Parce qu’on est d’accord qu’il y a 13 jours, on s’est tous dit que ça pouvait pas être pire que 2020, à minuit une, on avait de l’espoir, cette espérance moi m’a tenu jusqu’à minuit 2, c’est mon record, je suis d’un naturel taciturne, moi, même en plein concert de Julien Doré au moment où il se frotte contre un panda je me sens comme Kurt Cobain le jour de son suicide. 

Mais j’y ai cru, le vaccin, youpi tralala, les jours heureux, le retour au Club Marmara de Djerba avec la fête du jeudi, celle où on fait la danse de Bébert le dromadaire, qui fait du couscous dans le désert. Et bah tu parles, hier l’OMS, le machin de la santé qui nous fait flipper depuis un an, a dit que l’immunité collective contre le Covid, ça ne sera pas pour 2021, au mieux 2022, et d’ici là toujours les distances et pas de bisous, ça ne sert plus à rien d’avoir des lèvres. Quand je pense aux influenceuses parties michetonner à Dubaï et qui ont mis 10 000 euros de PVC dans les leurs, techniquement ce sont des portes fenêtres Tryba, tout ça sans pouvoir papouiller le moindre fan, je me dis qu’elles doivent enrager. 

Et on parle reconfinement, 1 an que j’ai pas joué mon spectacle, là je mise sur une reprise en 2030, ça aura été à la fois mon 1er one man show et celui de mes adieux. Parce que la nouveauté 2021, ce sont les variants du Covid, il y a le variant britannique, venu d’Angleterre, les mecs nous ont déjà refourgué "Take That" il y a 30 ans, maintenant le nouveau Covid, heureusement qu’avec la montée des océans, ils vont disparaitre, ces bâtards. Le variant anglais, j’ai regardé, jusqu’à 74% plus contagieux, c’est-à-dire que vous parlez dans votre masque, le variant, avec ses petits bras, écarte l’élastique et il passe, on l’a même retrouvé à Cholet, c’est la 1ère fois qu’il se passe quelque chose à Cholet depuis la création de la ville en 1075. Au Royaume-Uni, ils se sont même reconfinés, bon en janvier chez eux c’est classique, ça s’appelle l’hiver. Chacun chez soi en visio, avec la tronche en biais et les cheveux sales, en fait il n'y a que Boris Johnson qui a dans la vraie vie sa tête de visio.

Et on a aussi le variant sud-africain, très contagieux, qui mute plus vite, c’est le transformiste de cabaret des virus, le temps que vous demandiez une coupette au serveur, hop, Dalida s’est transformée en Mylène Farmer, c’est pareil sauf qu’au lieu de chanter "Laissez-moi danser", on chante "Laissez-moi crever", bah là c’est ça, vous êtes infecté par la mutation E484K, le temps de faire un test, on vous trouve le B106QR, à la fin vous avez la même existence que les mecs qui font les immatriculations des véhicules neufs. Vis ma vie de Romejko, quoi, « et bien Laurent, le compte est bon ». 

Pour l’instant, Pfizer a certifié que son vaccin était efficace contre les mutations, mais le souci, c’est que le sud-africain mute en permanence, c’est la fête, Dracula, Casanova, Jean Castex… Au bal, au bal masqué, oh hé oh hé, ton masque, ton masque, ton masque, tu vas le garder… 

Pardon, ce sont les nerfs qui lâchent. Donc le variant anglais c’est bon, le variant sud-africain OK, ah ! Vous ai-je parlé du variant japonais ? Oh, le variant japonais, il est pointu, les japonais tout ce qui est technique ils sont bons, celui-là a 12 mutations, il a été repéré sur des voyageurs revenant du Brésil, il est donc peut-être brésilien, mais on n’en sait rien, autant le maillot brésilien, ça se voit bien, c’est un triangle sur le pubis, si vous sortez avec un passionné de géométrie, ça peut lui plaire, c’est plus compliqué s’il adore l’algèbre, parce qu’on est obligé de se faire à la tondeuse 1048 divisé par 3 = 349, il faut avoir un grand pubis, bon, autant le variant brésilien, on ne connait pas. On sait juste qu’a priori il est très contagieux parce que le Japon bat des records de cas déclarés, et ils ne commencent la vaccination que fin février, à côté du ministre de la santé japonais, notre Olivier Véran nul qu’on a, c’est Usain Bolt qui se serait envoyé l’équivalent de toute la coke sniffée par Elton John dans les années 70. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

  • Légende du visuel principal: Tanguy Pastureau © Radio France /
L'équipe
Thèmes associés