Des médecins britanniques entrent en guerre contre les opérations d’agrandissement du pénis, qui explosent partout en Europe... Ces opérations sont en fait très risquées, Nagui, renonçons tous les deux à ça.

La chirurgie esthétique, aujourd’hui, est à portée de tous et autant à la Bande Originale personne ne s’est rien fait refaire, ça se voit, d’ailleurs, autant les gens de la rue, ces êtres étranges qui comme nous parlent mais sans être payés pour ça, leur salive ne sert à rien, ils ont la vie des escargots, eux, ont recours à la chirurgie, parce qu’ils sont lucides. 

Qui n’a pas dans sa famille une tante qui a dit à son chirurgien « docteur, je voudrais ressembler à Sophie Marceau » et qui après opération ressemble à Sophie mais la girafe, avec plus de plastique qu’il en y sur le jouet pour gosse ? Qui ne connait pas un vieux beau qui s’est fait remonter les paupières pour avoir l’air plus vif, ce qui une fois sur deux est raté puisqu’on voit encore plus à quel point il a un regard vide, le même qu’Aglaé, la mascotte 2014 du Salon de l’Agriculture ou Cindy de l’émission « les Chtis se pètent la rondelle à Cancun n°124 » ? 

La chirurgie, c’est formidable, prenez nos invités, certains acteurs, en un an, passent 4 fois sur le billard, on ne les reconnait plus, donc au moins, s’ils disent les mêmes platitudes à chaque fois, « le tournage était super », « c’est le travail de toute une équipe », « Benoit Poelvoorde avait pissé dans mon boulgour », on peut les regarder. 

Pourquoi Carla Bruni chante-t-elle si doucement, avec la puissance vocale d’un moustique enroué ? Et bien c’est parce que si elle hurle le refrain d’Enter Sandman de Metallica, il y a tout qui lâche, et après son visage ressemble au corps d’une grenouille qui s’est fait éclater sur la RN12 par une Fiat Punto. Et ce n’est même pas une critique de ma part, Carla Bruni est très belle, j’aimerais tant être de gauche pour un jour participer à une soirée caritative en faveur des migrants et, pour que la soirée ait quand même un but, la rencontrer.

Mais en tous cas, il y a une chose que Carla Bruni ne s’est jamais fait refaire, c’est le pénis, car elle n’en a pas, ou alors elle en a un et Nicolas Sarkozy a une vie beaucoup plus rock’n’roll que ce qu’on imagine. Ça expliquerait pourquoi souvent il marche de manière si saccadée. 

Le pénis, c’est cet organe qui enfant nous fascine, qui ado nous émerveille, qui adulte nous déçoit. Un appendice très surcoté, un peu moins que les chansons d’Eddy de Pretto mais quand même, parce qu’il ne sert à rien. D’abord il gène quand on fait du vélo, ce qui explique l’engouement pour les trottinettes électriques, d’ailleurs il n’y a quasiment que des hommes qui en font, la femme est plus subtile, elle sait que passé 9 ans ½, sur une trottinette on a l’air d’un con. 

Et pourtant la femme n’a pas que des qualités, c’est notamment à elle qu’on doit la carrière d’Alexandre Jardin. Et puis le pénis, par sa fonction érectile, distrait l’’homme : Waterloo, 1815, Napoléon fait une petite sieste, au réveil, il a une érection, troublé, il hurle « allez les gars, en défense, vas-y José, tu marques », pendant ce temps, les anglais, qui ne sont jamais excités puisqu’ils se souviennent de la tête qu’ont les anglaises, nous éclatent. 

Voyez à quel point le pénis est néfaste, et ça, nous qui sommes des cérébraux le savons, le public masculin de l’émission aussi, ils sont là pour le contenu, s’ils se font pipi dessus, ce n’est pas parce qu’ils sont grabataires comme vous le dites parfois, Nagui, mais parce qu’ils oublient qu’ils ont un pénis.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.