Tanguy Pastureau veut devenir le King du stand-up.

Ici, à la Bande Originale, nous sommes une belle troupe de comiques. Seulement, la plupart ne sont pas des comiques, ce sont des stand-uppers. Paul Mirabel, notre petit ange au cheveu clair, à chaque fois que je le vois, j’ai l’impression que je viens de crever et qu’il est là pour m’emmener au paradis retrouver Guy Bedos, La Boule de Fort Boyard et le 1er nez de Liane Foly, je suis sûr que sous ses sweat-shirts informes, il a des ailes, Paul, donc, est stand-upper, il fait du stand-up. 

Le stand-up, c’est simple, on monte sur scène habillé comme on était dans le train pour venir, il n'y a pas de décor, pas d’effets de lumière, le spectacle à monter a coûté 4 euros, du coup on se fait une marge de ouf. Pas comme ces brèles du Cirque du Soleil qui sont 80 sur un trapèze qui tourne, à la fin de la soirée, ils ont de quoi se payer la moitié d’un beignet de poussin broyé chez KFC. 

Et la particularité des stand-uppers, c’est qu’ils se racontent, alors que moi je ne donne rien de moi, la moitié du temps je parle de Jean Castex, or je ne suis pas Jean Castex, à part certains soirs dans des jeux de rôle un peu hot où des types déguisés en infirmières me piquent à l’AstraZeneca, on a 4 millions de doses dont personne ne veut, autant que ça serve. Elles me disent « Jeannot, t’as été vilain ? », je réponds « oui, j’ai encore joué à la crapette sur Zoom avec Renaud Muselier ». Du coup, comme je parle de Jean Castex, le public ne sait rien de moi, alors que c’est un sujet fascinant. 

Je veux dire, ma vie est un roman, le breton en train de végéter entre deux vomis qui décide de monter à Paris et se retrouve à travailler avec tous ceux qu’il regardait à la télé étant jeune, Arthur, Ardisson, Nagui, c’est du Balzac. La seule personne que je regardais à la télé étant jeune avec qui je n’ai pas bossé, c’est Sophie Favier, alors que c’est elle que je regardais le plus, ah ça, je la regardais, oh oui, je la regardais, parfois en janvier j’avais l’impression qu’il faisait 32 degrés, elle m’a fait entrer 25 ans avant les autres dans la réalité du réchauffement climatique. Pour vous donner une idée, Sophie Favier, c’était la Nabilla de l’époque, mais bio.

Alors ce midi, je vais vous parler de moi, exemple, grand classique du stand-up, la recherche d’appart, figurez-vous qu’il y a 3 mois, j’en ai acheté un, 16 pièces, un spa, une salle de ciné, hier j’ai regardé le dernier James Bond, celui qui sortira à l’UGC dans 13 ans. Bon, OK, stand-up, on doit dire la vérité, j’ai un F3 de 75m2 au 1er étage, je vis dans le noir, j’ai tellement l’impression d’être dans le biopic de Ray Charles que parfois à 16h j’ai une montée de groove. 

C’est de ma faute, j’ai voulu habiter une ville du 92, par peur de croiser des gens de gauche, parce qu’ils sont sales, donc le 92, à part le nord de Clichy, sur la frontière avec le 93, que dans le 92 on surnomme « l’entrée vers l’enfer », le 92 c’est cher. Donc j’ai dû prendre un crédit, malgré mon immense fortune, parce que chaque jour, Nagui, pendant que vous êtes à l’antenne, je prends l’une de vos 112 cartes de crédit, je fais "plouf plouf, aujourd’hui ce sera celle de la First Caribbean International Bank aux îles Caïman", et je commande des trucs sur le net. Voilà, j’avoue, les 150 slips homme de chez Dior dont vous avez reçu la facture, ce n’était pas votre épouse, cette procédure de divorce a été trop rapide, c’était moi. 

Bref j’ai demandé un crédit, et comme je suis âgé, j’ai dû faire des tests médicaux, pour que la banque soit sûre que je vais tenir les 22 ans de remboursement, ils m’ont aussi interdit de faire des sketchs sur Martine Aubry ou JoeyStarr, en fait, tout ce qui peut entraîner le décès, faut que j’évite. Je ne prends plus la voiture, en fait je reste prostré dans mon salon, terrifié par l’idée de la mort, si bien que j’ai la même vie en tant que propriétaire que quand j’étais locataire. Donc j’ai subi une batterie de tests, on m’a prélevé du sang, de l’urine, tout ce qui est liquide, je me suis dit « ils vont vouloir du sperme », j’ai commencé à surfer sur le site des Républicains pour me mettre dans l’ambiance, ensuite une dame m’a dit qu’elle venait d’appeler la police. J’ai répondu : « ça m’étonne pas, ce sont de gros cochons ». Et là, parce que j’ai une santé de fer, un physique exceptionnel, des muscles galbés, tout en moi suggère le 5 à 7 lascif dans un Ibis de banlieue, j’ai eu le crédit.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés