Tanguy a trouvé ce matin le moyen de vaincre le virus...

On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille, disait Maxime Le Forestier en 88, alors qu’il avait deux fois plus de cheveux mais moitié moins de dents qu’aujourd’hui. La famille, c’est cet ensemble de gens qui dans une vie normale n’auraient rien à foutre ensemble mais qui làsont coincés les uns avec les autres, c’est le seul cas où un vieux monsieur de 72 ans à collier de barbe peut faire des bisous dans le cou d’un gosse sans que vous ayez à appeler le 17. Le concept de la famille est nul, des personnes décident de tout pour vous jusqu’à votre majorité, à 6 ans ½ vous voulez faire un piercing dans le téton ? C’est non. 11 ans, vous voulez fumer une clope ?C’est non. 13 ans un petit voyage à Pattaya pour twerkersur les genoux de Gabriel Matzneff ? Encore non. Impossible de se lancer dans la vie, sauf si vous vivez dans les Ardennes belges où tout ça vous l’avez fait vers vos 3 ans. Bref, la famille, c’est atroce, mais on y revient quand même, parce que les amis c’est pire : moi j’ai arrêté d’avoir des amis la fois où j’ai été invité un été au Cap Ferret avec 10 autres, un des potes m’avait dit « onva refaire les Petits Mouchoirs », j’avais pas vu le film, Petits Mouchoirs, pour moi, c’était du porno, je suis arrivé en me disant « ça va être chaud, je vais avoir la vie de Guillermo Guiz, ce qui fait qu’ensuite on aura enfin des trucs à se raconter ». Tu parles, 8 jours à bouffer des huitres avec des connards de la gauche caviar, tous en vareuse à regarder la dune en face, mais sans y aller, parce qu’au Pyla, il y a les clones de Patrick Chirac en train de jouer au jeu de la vache qui tâche. Il se passait tellement rien que je me suis surpris à espérer une arrivée de migrants, au Bassin d’Arcachon, ça aurait voulu dire qu’ils se sont vraiment compliqué la vie les mecs, des syriens qui tentent de se faire remarquer par l’équipe de prod des Échappées Belles de France 5.

Donc les amis, ça ne sert à rien, les gens en général, il faut dire ce qui est, on en a vite fait le tour, tous aspirent à une vie saine et rangée, à part Béatrice Dalle, moi depuis que l’être humain a inventé les espaces de coworking, et juste le terme coworking, je souhaite son anéantissement. Ce qui est en bonne voie, mi-septembre il fait 35 à Paris, les glaces fondent tellement vite que pour en bouffer 2 cuillères on est obligé de commander une 9 boules. Reste par conséquent la famille, cettemasse absurde de profils divers qu’on voit en général à plus de 3 grammes. Mais même ça, c’est fini, car il y a leCovid, ce virus sournois à cause duquel Renaud a écrit la chanson Corona Song. Oui, les médecins le disent, à l’extérieur il n’y a pas de danger de contamination, c’est pour ça que le masque y est obligatoire, parce que sinon il y aurait eu une logique et on se serait dit « les politiques ont réfléchi », ça nous aurait trop changé par rapport à d’habitude. Par contre, en lieu clos, restos, bars, c’est la foire au virus, mais là, personne ne le porte, ça discute, ça s’emballe, ça chante « Donnez-moi d’la moulaga », et plus tard, le jeune, appelons-le Jean-Luc, je ne sais pas comment s’appellent les jeunes, j’en fréquente pas, ils n’ont pas de rides, j’ai l’impression de parler à un filtre Instagram, Jean-Luc, ensuite, contamine toute sa famille.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.