La paix c'est très surfait. L'être humain, ce qu'il aime dans la vie : c'est mettre sur la gueule à son voisin. La preuve, comme l'automobile ou le nautisme : la guerre a son salon.

Je rêve d'un monde en paix, dans lequel les hommes se comprennent. Mais ça n'arrivera pas, Nagui, pour une raison simple, qui est que chaque peuple, chaque ethnie, chaque groupe religieux, est persuadé d'être meilleur que celui d'à côté. Nous Français, méprisons les Belges, qui détestent les Hollandais, qui exècrent les Polonais, qui aimeraient que crèvent les Allemands, et tous ensemble on hait les Roumains. 

A part John Lennon défoncé à force de sniffer Yoko qui était bourrée d'héroïne, personne n'a jamais cru à la paix, parce qu'on a le conflit dans le sang. Quand on tape un véhicule sur la route, on ne sort pas de sa voiture en disant : "Pardon, monsieur, vous m'avez grillé la priorité, mais il y a pire dans la vie, comme la malaria ou la chanson de Cyril Hanouna pour le mondial de foot". Non, en 6 secondes, on passe du teint d'Amélie Nothomb à celui de Gérard Larcher quand il retient un renvoi gastrique, et on se met à hurler à l'autre de rejoindre sa mère au Bois de Boulogne, laquelle l'a terminé à l'urine dans les toilettes du Formule 1 de la porte de Vanves avec un teckel atteint de MST. 

Et encore, nous, on n'a pas d'armes, ou alors il faut aller en banlieue, avoir les contacts, moi je sais déjà pas comment acheter de la drogue, parce que j'ose pas demander à Daniel Morin. Mais les américains, par exemple, un zéro en maths, le gosse prend la kalach de papa, descend les profs et là Trump dit un truc comme : "Ouais, c'est triste", puis il se redresse et ajoute : "Mais bon, c'est tellement cool d'avoir une grosse mitraillette entre les pattes ! Kim Jong-un en a une énorme, il me l'a montrée, depuis je ne pense qu'à ça, il me fait rêver, le Minipouss". 

Et parfois, cette violence se pratique entre états, pour un bout de territoire ou 4 barils de pétrôle, et dans ce cas, il faut avoir des armes, on se tire dessus, BHL passe avec une chemise nickel - lui il peut vous trouver le seul pressing qui reste à Alep - puis, après qu'on a fait 200 000 morts, on se dit : "C'est trop con, on va rater la fin de Game of Thrones", donc on se réconcilie. 

Chaque année à Paris, se tient donc le salon Eurosatory, le salon de l'armement, interdit aux parkinsoniens et aux gens qui ont le hoquet, parce que tout de suite on peut tuer 14 personnes. Et l'édition 2018, qui a lieu jusqu'à ce soir, présente plein de nouveautés en matière d'armes, on va les éclater, ces enfoirés, on sait pas encore qui, mais on trouvera. On a vu l'EMBT, le futur char franco-allemand, qui a été moulé sur le corps d'Angela Merkel et disposera du sens du concensus de Macron, c'est-à-dire qu'il foncera dans le tas en hurlant "banzaï". On y a vu une fausse raie en titane, vous la mettez dans l'eau, elle nage, vous dites "Oh, regarde bébé, un poisson dans la mer, ça change des poches plastique", mais la raie est bourrée d'explosifs et vous pète à la tête, Thalassa, ça va devenir l'émission la plus risquée à faire. 

Qu'y-a-t'il d'autre comme nouveauté au salon de la défense ? Et bien il y a un drône chauve-souris, qui se déplace comme la bestiole et vous filme, Jacquie et Michel en ont acheté un et avec ils survolent les fourrés dans les Landes afin de filmer des couples d'allemands, c'est un peu comme si Robin avait offert à Batman un caméscope pour Noël. Il y a aussi des nano-drones, petits comme des insectes et qui se déplacent en essaims, bref, un animal sur deux c'est un drône, le refuge de la SPA aujourd'hui c'est un repère de geeks, et quand Michel Houellebecq secoue ses cheveux, il y a plein de mini-drones qui tombent. 

Mais la grande nouveauté, ce sont les robots tueurs, et ça c'est génial, parce que ce qui nous retient de tuer, c'est notre part d'humanité, on se dit : "Si ça se trouve, le mec en face de moi a la même vie, il écoute la Bande Originale en se disant que c'est un bon mélange de culture et de déconne, je peux pas le trucider, aussi bien dans 2 mois, il est sur Tinder et je me le fais". Mais le robot, lui, il tire dans le tas et ensuite on le branche pour qu'il se recharge, comme un iPad sauf qu'on ne peut pas s'en servir pour taper sur Google "Ingrid Chauvin nue", ou d'autres choses, comme "fesses de Kim Kardashian".

Ainsi Samsung a lancé le SGR-A1, un robot soldat déjà posté à la frontière entre les deux Corée, il est capable de détecter des cibles, comme Trump revenant d'une soirée mousse à Pyongyang, et de tirer automatiquement. Dans le cas de Trump, pas de danger, puisque la balle viendrait s'emmêler dans ses cheveux, qui l'arrêteraient avant impact sur le crâne. 

Il y a aussi l'Uran9, un char russe autonome, sans personne dedans, qui avance sans réfléchir, comme chez nous Edouard Philippe quand Macron lui donne en ordre, mais solide, parce que Philippe est tout en longueur. Ce week-end, il chillait en slip dans son jardin, sa femme a hurlé : "Punaise, un ver géant". 

La Russie a même créé un robot kamikaze, c'est comme en Irak, il déboule sur un marché, dit : "Bonjour, je voudrais des tomates", et là ça fume et il dit : "Allez vous faire foutre, fils de chiens, ahh", et il explose. Le souci, c'est que l'intelligence artificielle en est à ces prémices, comme l'intelligence tout court, et que ces robots sont incapables de distinguer un cas particulier, si un type avance avec un drapeau blanc, pour peu qu'il ait été assemblé à Paris, il peut se dire : "La vie de ma mère, ça doit être un drapeau de l'OM", et il tire. 

Autre problème, ces boites, Samsung, Thalès, ont d'autres activités, transports, téléphonie, donc on achète un 06 en se disant : "Je vais voir des vidéos de chats", et pendant ce temps-là, avec le brouzouf généré, l'entreprise fabrique des robots tueurs qui vont nous éclater. D'ici 20 ans, il n'y aura plus que des robots qui tueront. Filer 2000 euros à un tchetchène en lui disant : "Mon mari sort le matin à 8h30" ne servira plus à rien. Et comme un jour ils nous dépasseront en intelligence, parce qu'eux ne regardent pas NRJ12, et ben on est cuits, ils vont se liguer contre nous et nous éradiquer. Bref, au lieu de faire des robots qui tuent, faisons des robots qui font l'amour, là en général, moins on réfléchit, mieux ça se passe. Make love, not war, comme disait John Lennon quand il était défoncé. 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.