Tanguy Pastureau revient sur le lapsus commis par Edouard Philippe devant les rugbymans ce week-end.

Le record mondial du lapsus a été battu cette semaine, par Edouard Philippe, le grand type sobre avec autant de relief que la Flandre, qui samedi était devant les cadres du rubgy français, parce qu'en 2023 on a la Coupe du Monde + en 2024 les JO. Donc avis aux jeunes, devenez journaliste sportif, les petiots, parce que ça va plus embaucher que des Bac-30 à NRJ12. Donc tout allait bien, Edouard Philippe faisait son discours, les gens pionçaient, bercés par sa voix ennuyeuse. Si Bruno Le Maire était venu ajouter un truc, on n'aurait jamais pu les réveiller et il aurait fallu les inhumer dans la foulée. Quand soudain, au lieu de dire "la France veut continuer à susciter de grands champions", il dit "la France veut continuer à sucer de grands champions". Par erreur il a lu la version X de son discours qu'il réservait pour la soirée avec sa femme + deux couples d'amis. Le public, entendant le mot, se réveille, par réflexe se met à se lécher les lèvres en faisant grrr, mais réalise qu'en face Philippe est tout gêné. Il pensait autant prononcer un jour le verbe sucer qu’Edouard Balladur imagine dire la phrase "merci Jacquie et Michel". Donc les sportifs, dont Bernard Laporte, qui n'est pas fin, à la présidentielle il a voté Jean Lassalle juste parce qu'il pensait que s'il était élu ça allait se finir à la Concorde à danser la Pitchouli, commencent à se marrer, Philippe aussi, humour 3ème mi-temps, Patrick Sébastien tape à la porte en criant "laissez-moi entrer, les copains, j'ai de la gnole et des haricots qui font flatuler". Donc Philippe se marre, et les joueurs sont rassurés, ils ne devront pas se faire happer le oui-oui par un représentant de la nation s'ils veulent jouer.

Ce gouvernement, c'est celui des lapsus, parce qu'on a pris que des bleus qui n'ont pas l'habitude de tchatcher et bafouillent, comme moi quand je suis claqué et que je savonne, donc de plus en plus au fur et à mesure de l'avancée de la saison. En juin, plus personne comprendra ce que je dis, donc il y a des chances qu'enfin je cartonne. Syndrôme Walk on the wild side de Lou Reed, on n’écoute pas les paroles alors on se dit "chouette petite balade folk, je vais me reprendre un thé", et en fait ça parle de macs, de poubelles et de prostituées qui meurent avec 16 seringues dans le bras en bavant des glaires. Tiens, la semaine dernière, Agnès Buzyn, ministre anonyme de la santé, à l'Assemblée, a regardé la vice-présidente, Annie Genevard, et a commencé son speech en disant "Monsieur le président", elle confond les hommes et les femmes, c'est la chanson "3ème sexe" d'Indochine mais en politique, elle est plus à l'ouest que Brest.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.