Tacler la droite sur France Inter, c'est aussi convenu que de buter un cycliste quand on est chasseur, c'est arrivé en Haute Savoie samedi, un chasseur a pris un vététiste pour un sanglier, c'est vrai qu'on peut confondre, rapport au nombre important de sangliers qui font du vélo...

Il faut dire qu'en plus Wauquiez ne dégage pas une grande puissance comique, enfin par rapport à une enclume ou un herpès labial si, mais si on le compare à Gérard Collomb ou Hollande, il ne fait pas le poids. On n'a pas envie de lui taper dans le dos en lui disant "ça va Lolo, ma poule, c'est quand que tu rends sa parka au directeur de l'aquarium de Brest ?", car on le sent sur la brèche, il est aussi peu jouasse que Brigitte Bardot si en Chine on lui servait un beignet de teckel alors qu'elle avait demandé des haricots. Il faut dire que son parti, les Républicains, n'est pas bien, d'après les Echos ils ont perdu 100000 adhérents en 2 ans, Benalla fait disparaitre des coffre-forts, Wauquiez lui, ce sont des gens de droite, on retrouve des milliers de pulls bleu ciel par terre mais pas ceux qui les portaient sur les épaules, partout à la Baule des enfants pleurent en criant "il est où, papa ?"

Et puis Wauquiez, c'est comme Hamon, Olivier Faure ou Philippot ailleurs, on a autant envie de le suivre qu'une prostituée qui avant de vous trainer dans les fourrés viendrait de vous avouer qu'elle a la chaude-pisse. Il manque la magie, ce truc qui fait qu'on se dit "ouah, je le kiffe, je vais me mettre nu à côté de l'urne, avec un peu de bol, il va se tromper et glisser son bulletin en moi", je sais, j'ai un rapport au suffrage universel qui est un peu trop charnel, j'en ai parlé à mon psy, qui m'a dit "partez, je ne veux plus jamais vous revoir". 

Donc non, je ne parle pas souvent de Laurent Wauquiez, mais là il est allé trop loin, je suis obligé. Figurez-vous que ce week-end, alors même que j'étais en spectacle dans sa région, à Clermont-Ferrand, discutant après la représentation avec des spectateurs qui tous m'ont demandé "Il est comment Nagui ?", et à qui j'ai répondu "c'est un con", afin de clore la conversation le plus vite possible, beaucoup m'ont d'ailleurs dit "j'en étais sûr", figurez-vous que Wauquiez n'est même pas foutu d'envoyer des SMS. Ça fait 25 ans qu'on fait ça, votre petite-nièce de 2 ans sait en envoyer, elle va même sur Tinder pour donner rendez-vous à un copain au bac à sable, mais Wauquiez, non. 

C'est Le Figaro, journal qui pourtant est censé le kiffer, qui révèle l'histoire. D'après eux, Wauquiez entend dire que Frédéric Péchenard, républicain proche de Sarkozy, va devenir ministre, parce que Macron n'a personne, là même si la marionnette de Jeff Panacloc ou Raul Castro lui disent "je suis en marche", il les prend. Donc il prépare des éléments de langage, des punchlines avec du bullshit, pour défoncer Péchenard, pour que dans les 20 secondes suivant sa nomination les Républicains puissent dire sur BFM-TV "nous aussi on aurait dit oui parce qu'on n'a rien d'autre mais en attendant c'est lui qui est pris donc c'est un traitre".

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.