La censure sévit toujours plus fort à France Inter. Pendant que sur cette radio on parle des Kurdes ou du voile en sortie scolaire, personne n’aborde les vrais sujets de société, comme le retour de K-Maro ou le clash Thierry Samitier / Franck Leboeuf.

France Inter est une radio très confortable, il y a de la moquette partout, dans laquelle on retrouve aussi bien des poils de Daniel Morin que des peaux mortes perdues par Laure Adler en 84, un vrai nid à bactéries, si vous résistez à ça, vous pouvez survivre 72h dans une usine Seveso en feu qui diffuserait la chanson Papa Pingouin. 

Mais c’est aussi une radio confortable intellectuellement, prenez cette émission, on y parle culture, société, arts, je ne comprends donc presque rien de ce qui est dit, mais ça a l’air bien, si je m’en réfère à vos visages, aussi inspirés que celui de Freud la fois où son neveu lui avait avoué qu’il voulait forniquer avec sa mère. On est dans un cocon, hier Vincent Delerm a foiré son live, bah si sur RMC il se passait ce genre de choses, avec les Forbans, le groupe dirait « ah fuck, en plus on voulait dédier Flip Flap à la nuque longue de Jean-Jacques Bourdin, la même que Vivien Savage il y a 30 ans », mais non, hier Vincent a dit « désolé, j’ai un souci de la mineur », et tout le monde a hoché de la tête, parce que tout le monde ici sait ce qu’est un la mineur, sauf moi, je me suis senti aussi seul qu’un musulman dans un apéro identitaire intitulé « 100 petits plaisirs autour du cochon ». 

Seulement, le souci, c’est que oui ici c’est confortable, Clara Luciani est notre idole et quand le nom « Kev Adams » est prononcé, les gens s’en vont vomir, mais à l’extérieur, la vie est différente, hostile, les gens aiment Aya Nakamura, disent des trucs comme « la maternité de Nabilla lui va trop bien », savent quand et où M. Pokora se produit. C’est un monde terrifiant pour nous, moi je ne sors plus, je vis à Inter, roulé en boule contre un petit chèche oublié en 2017 par Juliette Armanet. Nous tous sommes comme ça, tous sauf une, Leïla Kaddour, alias la taupe, qui a infiltré notre milieu mais est variéto-compatible. 

Vendredi, cette traitresse s’est vendue, tel Eli Cohen, l’espion israélien infiltré en Syrie, si en 64 il avait parlé à un officier de l’armée des boulettes de sa tante. Oui, vendredi, Leïla a retweeté une info, en y ajoutant 8 petits cœurs, donc là vous vous dites « elle a dû voir qu’à la cinémathèque il y avait un cycle consacré à Bergman, oh mon dieu, enfin Benoit Hamon, que c’est excitant, j’ai mes neurones qui font l’amour », et bah tu parles. L’info que Leïla a retweeté était, je cite « pour les 15 ans de Femme like U K-Maro donnera un concert exceptionnel à Paris », j’en ai parlé à Laurence Bloch, directrice d’Inter, le badge de Leïla sera désactivé à 13h, puis elle sera écartelée en direct dans la matinale. Je mesure le choc que tu subis, auditeur chéri, petite chose, ta Leïla, celle dont tu disais « si mon fils était pas si con, je le marierais bien à une fille comme ça », Leïla kiffe K-Maro, en cela elle est comme tout le monde. Femme like U, tu veux les paroles, auditeur, ne réponds pas, ça ne sert à rien, je ne t’entends pas, tu es à une extrémité du show-biz, moi à l’autre. Les voilà : « donne-moi ton cœur baby, ton corps baby, ton rock baby, ta soul baby, je veux une femme like U », vous passez ça à l’Académie Française, les 40 sièges se libèrent en même temps parce qu’ils ont tous clamsé. Vous diffusez Femme like U à la frontière nord-coréenne, Kim Jong-un se rend, en criant « pitié, j’ai les oreilles qui saignent, et avec ma coupe pourrie, on les voit bien».

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.