Dans cette chronique, Tanguy Pastureau nous parle d'Anne Hidalgo qui s'est pris une amende pour avoir placé trop de femmes à des postes de direction à la Mairie de Paris...

Je vais vous parler d’Anne Hidalgo, je ne sais pas si vous connaissez, c’est l’éclairagiste de la Tour Eiffel. A chaque attentat dans un pays, elle l’illumine de la couleur du drapeau local, et parfois elle l’éteint, puis la rallume, j’ai un ami épileptique qui à cause d’elle a déjà convulsé 28 fois. Samedi elle a aussi éclairé l’hôtel de ville de Paris en vert, pour fêter l’écologie, le résultat était atroce, ça ressemblait un peu à l’anus de l’incroyable Hulk mais avec des fenêtres. Ce week-end elle a illuminé en bleu la colonne de la place de la Bastille, bref grâce à elle, même les gens planplans ont l’impression d’avoir ingéré du LSD, Jimi Hendrix en 67 voyait moins de couleurs. 

Et Anne Hidalgo, c’est ça, c’est de l’esbroufe à pas cher pour masquer le pas beau, c’est la boum dans le garage de tes darons quand tu mettais 3 spots qui clignotent pour cacher le fait qu’on dansait à côté de la réserve de cubi de rouge du vieux. Anne Hidalgo, elle est forte, elle bétonne tout Paris, mais comme au pied du seul arbre qu’elle n’a pas fait tronçonner elle a planté 3 pissenlits et de l’herbe à chat, on dit qu’elle est écolo. Elle est aussi hypnotiseuse, elle fout dans la rue 4 traverses de chemin de fer et arrive à vous faire croire que ce sont des bancs, alors que 7 minutes là-dessus vous avez le coccyx qui fond, moi j’ai procédé à une ablation préventive des fesses pour pouvoir les utiliser. Ça me gêne un peu quand je veux chauffer les lascars en boîte en me frottant à la barre, mais c’est un truc que je fais peu souvent. 

Anne Hidalgo, elle est magique : 3 palettes chopées à Rungis qui puent encore la daurade qu’on met les unes sur les autres, hop, ça fait une terrasse de café temporaire. 4 plots jaunes cocu et des blocs de béton, hop, piste cyclable, ils doivent avoir 3 fois le budget du Bahreïn mais ils ont réussi à recréer le New Delhi du 14ème siècle. Mais les parisiens, communauté mi-rats mi-blackblocs, ont l’air d’apprécier, puisqu’elle a été réélue. Puis Paris, elle s’en fiche, comme Wejdene de sa première faute de syntaxe, puisqu’elle vise l’Elysée en 2022, pour récupérer la baraque et la transformer en atelier d’artiste avec potager participatif et démocratique. 

Mais son bilan n’est pas non plus totalement nul, attention. Déjà elle sait déconner, au début du mois, elle a participé à Surprise sur Prise, avec Macron ils ont remis au despote égyptien, pas vous Nagui, Al-Sissi, la grand-croix de la Légion d’Honneur. Sissi n’y croyait pas, il a dit : « non ? », Macron a répondu : « si si », forcément, chez lui il suffit d’être athée pour partir en taule, donc il pensait qu’au maximum comme cadeau il aurait une Wonderbox repas en solo. S’il y a un gars qui ne mérite pas d’avoir un cadeau, c’est Al-Sissi, même s’il est précurseur, parce qu’en Egypte, il est interdit de manifester à plus de 10, donc il a inventé le couvre-feu, avant le Covid. Jean Castex, a copié, c’est le Troc de l’Ile du serrage de vis, même ça il n’a pas réussi à l’inventer. 

Donc Hidalgo sait se marrer, et 2ème qualité, elle applique la parité, elle a même nommé trop de femmes à des postes de direction en Mairie de Paris. Un bureau sur 3, dedans il y a une femme, on dirait un calendrier de l’Avent si c’est Caroline de Haas et pas Lindt qui avait pensé le truc. Et là vous vous dites, comment peut-on nommer trop de femmes à de hautes fonctions après des décennies où elles n’avaient pas accès, pour être embauché, il suffisait de montrer qu’on avait un pénis, ça faisait comme l’histoire du loup et des biquets, devant Pôle Emploi on se le roulait dans la farine, on le passait sous la porte, et là l’employeur disait : « ok c’est un mâle, blanc en plus, hé, à lui le poste ». Alors pourquoi trop de femmes, parce que le Ministère de la Fonction Publique reproche à Hidalgo de ne pas avoir respecté la loi sur la parité, qui est valable dans les 2 sens, au Ministère il y a des gens qui comptent : « Monique Sanchez, femme. Paul Dubois, homme. Dominique Guillou, ah, demande de vérification ». Ensuite il y a un agent qui passe en mairie vérifier le genre de Dominique Guillou, il passe un vieux François Feldman, si la personne transpire de désir, c’est que c’est une femme, mais là où ça se complique, c’est que ça peut être aussi un mec qui fantasme sur les nuques longues ou sur l’année 89.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés