Tanguy Pastureau en a ras-le-bol de ce début d’année plein de guimauve, et nous parle de sujets graves en compagnie de notre invité.

Nagui : Tanguy, vous aimez notre invité, Yann Arthus-Bertrand.

Tanguy : Oui, si on était sur Fun Radio, là je lui dirais que je le kiffe de ouf, si on était sur Dorcel TV, je lui dirais que je le kiffe de ouf et qu’on peut faire l’amour, mais je suis sur Inter, une radio un peu morne pour prof entre deux âges, donc je peux juste dire que je l’apprécie. Mieux, que je l’admire, comme Jean-Pierre Bacri l’inventeur du Xanax ou Patrick Balkany celui de la savonnette Dove au karité. Oui, M. Arthus-Bertrand, vous êtes admirable, déjà parce que vous avez gardé votre moustache, quand tant d’autres, Gérard Jugnot, Francis Cabrel, Martine Aubry, ont rasé la leur. Vous êtes constant, ce qui est rare à notre époque. Mais aussi parce que vous ne craignez rien, j’ai lu une interview récente de vous, on vous demande « avez-vous peur de la mort ? », la mort, c’est ce néant auquel on accède au bout d’un long tunnel, comme l’A14 quand on sort de l’A13 pour joindre directement la Défense, mais en moins cher. Et bien vous répondez « non, je n’ai pas peur de la mort, et d’ailleurs, chez moi, j’ai déjà mon futur cercueil, un modèle écolo en carton », vous allez finir dans un carton, si ça se trouve, c’est Amazon qui va vous livrer au cimetière. Alors je me suis renseigné, le cercueil en carton, c’est génial, parce qu’on va tous mourir, à part Michel Drucker et la HSBC à Monaco. Certes, en théorie, certains sont plus proches de la fin que d’autres, je pense à Frédérick Sigrist, qui est encore jeune, il a l’âge du nez de Liane Foly, et qui est très sportif et musclé, il peut un jour soulever 110 kilos de fonte et clamser. Albert Algoud, à qui des dames ménopausées depuis 72 proposent juste de s’assoir sur un coussin brodé et de boire une camomille, ou un chaï indien si elles ont fait Katmandou, lui va tenir plus longtemps. Et autant, au moment de sa mort, ne pas polluer, en plus les cercueils en carton, il y en a à partir de 100 euros, c’est une mort à pas cher, ça laisse plus de sous à la famille pour le buffet. Et si les stars s’y mettent, je pense à Lily-Rose Depp qui fait 30 kilos, à sa mort, vous la pliez, hop, vous la foutez dans un carton à chapeau, et c’est réglé. 

L’atout du cercueil en carton est qu’il se décompose vite et sans pollution, donc le corps aussi, si bien qu’en vous parlant, M. Arthus-Bertrand, je m’adresse à un futur compost, c’est pas mal parce que la seule fois où avant j’ai discuté avec du compost, c’était chez Truffaut, il y a un vendeur qui a essayé de me maîtriser et ça s’est fini à l’HP. Autre truc qui vous caractérise, c’est que vous êtes franc, même interview, vous dites « on a perdu le combat contre le réchauffement climatique », alors que H24 on nous explique que si on met nos vieux journaux, Télérama pour Leïla, Valeurs Actuelles pour Daniel, dans la poubelle adaptée, on va s’en sortir. Une fois j’ai fait un couscous de légumes, dans ma poubelle, il y avait que des épluchures, j’avais l’impression d’avoir sauvé le monde, j’ai appelé José Bové pour qu’on cale dans nos agendas un rapport sexuel. Mais la vérité, c’est qu’on a tout détruit, et c’est pas parce que La Redoute regroupe dans un même colis les 3 slips qu’on a achetés au lieu de les envoyer un par un que les choses vont changer. Il y a peu, l’ONU a produit un document, 1800 pages, soit autant qu’un roman de Yann Moix ayant pour sujet lui-même, 150 experts ont évalué 8 millions d’espèces de la biodiversité, leur constat est clair : nous sommes entrés dans la 6ème extinction de masse. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.