Ça y est, Emmanuel Macron s'est exprimé... Il a beau être surdoué, il a tout fait comme les autres gosses, il s’est d’abord mis en marche...

Et là il apprend à parler, bientôt on va pouvoir retirer les petites roues de son vélo. La semaine dernière, Macron a déjà parlé aux allemands, les gens les plus stables du monde parce que depuis 2005 ils élisent Merkel, nous pendant ce temps on s’est farci Chichi, Sarko, Culbuto et Manu la patate.

C’est tellement la reine du suffrage universel qu’elle a demandé, à sa mort, à être incinérée, juste pour finir dans une urne

Là, Macron dans le Spiegel dit :

Je ne suis pas arrogant

Critique qu’on lui fait depuis qu’il a parlé des fainéants, des gens qui ne sont rien, il ne peut pas s’empêcher de dire du mal des autres, c’est le Gilles Verdez de la politique. En Allemagne il a encore parlé des envieux qui paralysent la France, il n’a pas capté que le job de président, c’est rassembler les gens, si Macron avait fait Woodstock, il serait monté sur scène juste pour dire :

Je sais qui le premier avait des morpions et en a refilé à tout le monde,

Merci tout de suite Joe Cocker, il ne vit que dans la confrontation.

Cet homme, c’est Didier l’embrouille

Et comme dans sa tête il est sûr d’avoir raison sur tout, même Jeanne d’Arc une heure après avoir entendu Dieu sur son Spotify, avait plus de doutes, il va au clash, Macron c’est Teddy Riner dans le corps d’Elie Semoun.

Mais souci, il baisse dans les sondages, or il a encore 14 524 réformes à mener sur un total de 21300, et il n’a nommé que des ministres invisibles, tous plus fades qu’un gros plat d’asperges, Pénicaud, Blanquer, Travert, Belloubet, que des inconnus, on a moins parlé d’eux ces 6 derniers mois que de Mike Brant qui est mort en 75.

Donc là Macron se dit, moi je suis beau, charismatique, too much, il se regarde dans un miroir, se met à le lécher, réfléchit et crie, Brigitte, c’est décidé, dimanche je passe sur TF1, elle répond, ah bon, mais il y a pas Maguy, le dimanche ?

C’est une littéraire, elle n’a pas allumé la télé depuis 87, et Macron appelle son porte-parole Bruno-Roger Petit, BRP, pour lui dire, BRP, annonce aux envieux, aux cyniques, aux fainéantises et aux losers que c’est le retour de la playmate, puisqu’à 20h05 dimanche je suis en live sur la une.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.