Pour cette chronique, j'ai décidé de parler du danseur de ballet Sergueï Polounine, un ukrainien beau comme un bilan sanguin où toutes les constantes sont bonnes. Bah pas de bol, en fait c'est un con.

Tanguy, vos chroniques parlent rarement de culture...         

Oui, Nagui, et ceci parce que je suis intellectuellement limité, je suis pas une flèche, c'est parce que je suis sur France Inter qu'on me dit "quand même, quel bel esprit, il y a la fois du rire et une grande poésie", on n'imagine pas que ma seule référence en matière d'humour ça a été Vidéo Gag. 

Moi, voir des types se prendre la balançoire avec leur fils de 14 ans dessus dans la mâchoire, ça me faisait hurler de rire, parce qu'ils coupaient toujours la vidéo au bon moment, donc on ne savait pas que la plupart des gens qu'on voyait étaient morts. La famille se disait "savez quoi, tonton René, il aurait aimé qu'on continue à se marrer, c'était pas le dernier à enfiler un slip à trompe, on envoie la cassette à Vidéo Gag", Bernard Montiel, qui lui-même est un gag du point de vue du bronzage, leur filait en échange 1000 francs, ce qui finançait les obsèques, 100 francs dans un cercueil en tôle, et 900 dans le buffet histoire de s'en foutre plein la lampe, la mort, c'est une personne qui s'en va, mais 150 qui boivent un coup, c'est ce qui la rend supportable. 

Bref, je suis un imposteur, étant sur Inter, je devrais rêver de Juliette Armanet nue dans le local du PS en lisant Margarine, le Houellebecq de dans 2 ans, tellement tout le monde ici est en avance sur l'actu culturelle. Certes, j'essaie de m'intégrer, dans les couloirs je fredonne du Eddy de Pretto la corde au cou, mais même quand je m'intéresse, ça va pas. 

Exemple, pour cette chronique, j'ai décidé de parler du danseur de ballet Sergueï Polounine, un ukrainien beau comme un bilan sanguin où toutes les constantes sont bonnes. Bah pas de bol, en fait c'est un con, le seul danseur que je connais hors Patrick Dupont ou Alain Juppé quand son fabricant de canelés n'a pas respecté la dose normale de rhum, il est ignoble.

Je vous explique, le mois prochain, Polounine devait danser à l'Opéra de Paris dans le lac des Cygnes, c'est comme la danse des canards mais en moins amusant. Tout était calé, Polounine avait réservé sa chambre au Formule 1 de la Porte de Vanves, quand Aurélie Dupont, directrice artistique de l'Opéra, alors qu'elle était sur Instagram à regarder des photos de vous Nagui, que vous prenez avec tous vos invités, même ceux dont ensuite vous nous dites hors antenne "son film, c'est quand même une grosse bouse", elle tombe sur l'Instagram de Polounine. 

Donc elle s'attend à voir de jeunes dames gracieuses en tutu lever la jambe au-dessus de leur tête, elles ont tout piqué à Johnny Clegg qui faisait ça dès 87, seuls les vieux savent, mais en fait, elle tombe sur un message de Polounine proposant, je cite, de "gifler les personnes grosses". C'est de la grossophobie, certains individus, des cons, je m'excuse auprès des grossophobes qui nous écouteraient pour ce raccourci, mais donc des cons, stigmatisent les gros à cause de leur poids. 

Polounine ajoute qu'il ne respecte pas leur paresse, l'époque est basique, t'es gros, tu te bouges, tu deviens maigre, t'es chômeur, tu te bouges, t'as du boulot, il faut juste se bouger, là on est tous le cul sur des fauteuils, nous sommes des losers.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.