Le laboratoire Moderna annonce que son candidat-vaccin est efficace à 94,5 % et Tanguy Pastureau est ravi de cette nouvelle. Bientôt le retour des bisous ?

Ah la vache, je suis heureux ! Oui, moi, Pastureau, heureux, ça va décevoir France Inter, sur mon contrat de travail, il y a écrit « névrosé", moi je suis là pour que l’auditeur fan d’Eddy de Pretto reste entre deux albums d’Eddy de Pretto. 

Ce matin, je suis jouasse, ah bordel, Patrice Leconte, j’ai envie de vous rouler une galoche, mon Patou, d’habitude je suis pas comme ça, même quand on a eu Mélanie Doutey je lui ai pas dit bonjour, alors que dans le même temps Daniel Morin avait déjà perdu deux dents emportées par la salive qui coulait de sa bouche. 

Et là  Nagui, vous allez me dire « Mais, mon loup à poil dur, déjà je t’aime, et  ensuite pourquoi es-tu si heureux ? ». Et bien parce que j’ai écouté la chronique de Guillermo, notre humoriste hétérosexuel, et il a annoncé  l’arrivée du vaccin. C’était il y a 37 minutes, il m’a reboosté le saligaud, deuxième fois qu’un belge réussit à m’enthousiasmer, la première fois c’est quand à l’école, j’ai appris que Leopold II avait annexé le Congo, parce je m’étais dit « Il y a pas de raison que les africains ne se tapent pas Plastic Bertrand comme les autres, qu’est-ce que c’est que ce continent à qui tout réussit ? ». 

Moi ce midi, j’avais prévu une chronique sur la physique quantique, mais il y a 37 minutes, j’ai tout jeté, j’ai griffonné rapidos un nouveau papier, car je suis un génie. Dans 20 ans dans Samedi d’en rire sur la 3, Jean-Luc Lemoine, la larme à l’œil, dira à Marc Toesca « Je vais te dire, ma burne, des comiques comme  Pastu, bon ok, depuis il y en a eu 400, mais pour autant on va lui  consacrer 30 secondes d’antenne, parce qu’on a déjà diffusé tous les sketchs de Sellig ».  

Oui, je partage l’enthousiasme de Guillermo à propos des vaccins, moi aussi je veux me faire piquer dans tous les sens, comme dans une soirée hot chez les hérissons. Et là, c’est excitant, tout s’emballe. Il y a huit jours, Pfizer annonçait son vaccin efface à 90% contre le Covid, là Poutine, le président russe à tête de lémurien qui a avalé une clé à molette, a dit « Le nôtre est  efficace à 92% », alors bizarrement, le vaccin russe, personne n’est partant pour se le faire injecter, même Poutine quand il a vu la seringue a dit « Je me rappelle soudainement que c’est l’heure de mon Zoom avec Bachar al-Assad », et il s’est taillé. Des choses russes qui donnent confiance, il y a juste l’alcool et l’anti-virus pour ordi Kaspersky. C’est tout, le reste, la rumba russe, la démocratie russe, le vaccin russe, on n’y croit pas. 

Mais hier, ah hier, jour béni, lundi 15 novembre 2020, épouse-moi mon loulou, Moderna, une entreprise de biotech ricaine, a annoncé l’arrivée du vaccin efficace à 94,5% contre le Covid, ça monte, ça monte, on se croirait dans une vente aux enchères quand il y a autre chose à vendre qu’un vieux costume de scène de Patrick Juvet, mettons un Van Gogh. 

Du coup, moi le Pfizer, j’en veux pas, parce que je prends toujours ce qu’il y a de mieux, en informatique Apple, en scooter BMW, vous croyez que je serais allé bosser avec Cyril Féraud, non en collègue, j’ai pris Nagui, le pote de la ménagère de 49  ans ¾. Que du must. 

Donc là je veux le Moderna, ou un mieux encore, parce que demain une autre boite va annoncer un vaccin efficace à 100%, d’ici 3 mois Olivier Véran va retourner s’occuper de la gastro de sa tante. Le cauchemar touche à sa fin, ça va être l’orgie, le baby-boom, on va avoir le taux de natalité d’Ibiza en août quand il y a trop d’acide et pas assez de stérilets. Dans un an, on est 200 millions, dans  une voiture de TGV, il n’y aura que des bébés qui râleront quand un adulte se met à parler.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe