La Coupe du monde de football a débuté la semaine dernière, et Tanguy Pastureau essaie de s'y intéresser.

Nagui : Tanguy, c'est formidable, nous sommes en pleine Coupe du Monde de foot. 

Tanguy : Oui, Nagui, mais j'ai quelque chose à vous avouer, non je n'ai pas envie de vous secrètement depuis des mois, qu'est-ce que vous pouvez être narcissique. Non, juste, je m'en tape du foot, je sais, j'ai tort, ça a l'air super, samedi, j'ai croisé un de mes voisins qui m'a dit "je me suis fait les 4 matchs de la journée", je lui ai répondu "ah zut, ça va ?", il m'a dit "non mais c'était génial", j'ai pas compris,

Pour moi, s'infliger ça, c'est l'équivalent d'un mois de tôle enfermé avec un psychopathe et une savonette. Je réalise que la France vibre, tel un petit canard dans le oui-oui d'une personne sur qui le printemps a fait pleinement son effet, mais moi, ça me laisse froid. Vous-même, Nagui, êtes à fond. Samedi, vous étiez à Kazan, en Russie, pour France-Australie, 48h plus tard, vous êtes frais, nickel, sentez la lavande, fraicheur Narta tu parles, fraicheur Nagui, oui ! On a envie de vous foutre dans un placard pour parfumer les pulls, alors que moi si je fais un week-end en baie de Somme, il me faut 6 jours pour récupérer, 14 si je me suis baigné. Vous êtes un mystère. A votre mort, je veux qu'on me greffe l'ensemble de vos organes pour moi aussi m'éclater dans la vie.

Vous n'étiez pas seul, il y avait également Nicolas Sarkozy, qui a posé un RTT auprès du juge pour pouvoir venir, et Bruno Guillon de Fun, et Manu Lévy de NRJ. Toute la radio française était là, il manquait juste Daniel Prévost des pubs Super U et Guillaume Durand de Radio Classique, c'est la même chose sauf que sur Radio Classique, la truite n'est pas à 9 euros 40 le kilo et que par contre elle est de Schubert. Et vous étiez tous regoupés, c'est-à-dire que s'il y avait eu un attentat, ce matin, il n’y avait plus personne sur aucune antenne, sauf Patrick Cohen en DJ live sur Fun qu'on aurait appelé au dernier moment. Il est resté en France parce qu'il prépare son pot de départ.

Bref, Nagui, vous étiez beau samedi, les joues peintes aux couleurs de la France, on aurait dit Florian Philippot s'il avait eu des potes. Résultat, galvanisé par votre présence, les bleus ont gagné. C'est normal, quand il y a de la star en tribune, on mouille le maillot, sauf si c'est Adriana Karembeu ou Camille Lacourt, auquel cas on mouille tout le reste. On a vaincu l'Australie, grosse nation de foot, parce que je crois qu'en 2004 deux enfants y ont joué dans la banlieue de Canberra. Donc là je me dis : "Tanguy, mon amour, intéresse-toi, c'est fini l'époque où il y avait d'un côté les intellos, de l'autre les fans de foot" ! Même à Inter les gens en parlent, certes, moins que du conflit israélo-palestinien ou de Juliette Armanet, et alors si Juliette Armanet va chanter à Hébron, on fait 4 jours d'émission spéciale, mais quand même.

Je mets BFM, en me disant : "Les mecs sont spécialistes de tout, je veux voir l'analyse du match par Christophe Barbier contredit par la chroniqueuse police-justice, elle-même critiquée par Gilou le caméraman, auquel le mec qui fait les vitres dit, c'est "n'importe quoi", et ben là, ils n'étaient pas contents. Leboeuf, Dugarry, tous les anciens de 98 devenus consultants et chauves, en 2018, sont des peine-à-jouir qui critiquent le travail des gamins.

Nagui : Mais vous êtes content qu'on ait gagné samedi, quand même ?

Oui, parce que je sais que quand on gagne, les gens sont contents, et quand ils sont contents, moi aussi, parce que 1- je suis un peu con 2- le bonheur, c'est contagieux. Vous mettez Alain Juppé, Eddy de Pretto et Isabelle Huppert dans une fan zone avec 300 supporters des bleus, 4 minutes plus tard ils font la ola et jouent à chat bite. Et l'inverse est valable, vous placez Patrick Sébastien dans une église mormonne au moment de la messe, je suis pas certain qu'il cherche du regard Elodie Gossuin pour faire la chenille, parce qu'on s'imprègne de l'ambiance. 

Un discours d'Hitler en 39, si vous n'aviez pas la rage contre les juifs, vous n'étiez pas dedans. Du coup, les gens se motivaient, ils se disaient : "Je déteste Einstein, E=MC²  j'y comprends rien, d'autant qu'il n'y a pas la théorie de la relativité pour les Nuls, puisque la collection n'existera que dans 60 ans", et paf, ils devenaient antisémites. 

Donc un mondial, ça agit comme un antidépresseur, à chaque victoire, les gens sourient un peu plus, et c'est là que c'est important qu'il y ait un remboursement des soins dentaires, parce que sinon c'est pas génial à voir. Parfois on a envie de dire à Deschamps : "Pardon mais j'aime autant quand tu fais la tête, donc si tu peux dire à Griezmann de jouer avec les mains sur le prochain match, c'est ok".

En 2018, tout le monde aime le foot, même Mélenchon va au Vélodrome à Marseille, alors qu'avant il disait détester ce sport, mais comme il veut la mairie, il s'adapte. S'il voulait s'installer à Rennes, il jouerait au diabolo décalqué à la 8.6 avec des punks à chien en pantacourt. L'écrivain Jean-Paul Enthoven déclare : "Un grand match m'excite comme un rendez-vous galant". C'est le seul qui dîne aux chandelles face à la télé, et à la fin fait l'amour à l'écran via la prise HDMI. Ou le port USB les soirs où il a un peu froid. 

Bernard Pivot, l'homme capable d'écrire ornithorynque correctement les yeux fermés en sans stylo, adore lui aussi le foot, ainsi que Raphaël Glucksmann et Finkielkraut, le foot, c'est le seul truc qui réunit de Tex à Hubert Reeves, notre dernier point commun, le seul moment où on peut tous s'aimer, parce qu'à la fin d'un match victorieux quand on a bu trop de rosé, et ben on a envie de repeupler notre France avec la 1ère personne qui passe, y compris son cousin ou son chat. 

Pour le distinguer, le chat, c'est celui qui arrive à sauter en haut de l'armoire pour échapper à son sort tandis que le cousin hurle "non". Et moi, pendant que vous êtes tous aussi euphoriques qu'Anne Hidalgo fin juillet quand elle voit plein de vélos dans Paris, ensuite elle réalise que c'est juste l'arrivée du Tour de France, je me sens seul. J'y arrive pas, je n'aime pas le foot, je sais que je suis le dernier de ce genre, je dis à mon fils "intègre toi", il a 4 ans, il veut l'âne Trotro, je l'ai abonné à Bein Sport. Alors oui, je vais me farcir du foot pendant un mois, mais si ça rend heureux tous les autres, je me dis qu'un mois, c'est rien du tout.

Programmation musicale
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.