Hier, Tanguy Pastureau a découvert que le Musée Carnavalet avait décidé de laisser tomber les chiffres romains sur les panneaux explicatifs, exemple Louis XVIII devient Louis 18, un 1, un 8, en chiffres arabes. La raison : les chiffres romains sont un obstacle à la compréhension. Tanguy propose qu'on aille plus loin.

Hier je regardais à la télé Gabriel Attal dire « oui, on va encore durcir », et j’ai pensé « c’est de son âge, de dire des trucs comme ça ». Puis je me suis dit « mais d’où c’est Gabriel Attal, qui sort à peine de la couveuse, qui m’indique à moi, le vieux briscard, je rappelle que j’ai connu le PS à 30% et Mariah Carey avec son physique d’origine, ce que je dois faire ». Ça fait un an qu’Attal, Castex, Macron, gèrent mon planning, c’est un peu comme si j’avais une secrétaire mais folle, qui me dirait « tu sors pas d’ici mon sagouin », avant de fermer la porte à clé. Le pire, ce sont les musées, j’y allais pas, je suis trop timide, le regard que porte la Joconde sur moi, ça me paralyse. Mais ce sont des lieux de culture, quand on va à une expo de peinture, on reconnaît toutes les boîtes de chocolat Poulain qu’on a eu à Noël, moi devant un Van Gogh, j’arrive presque à ressentir le goût du prâliné. Enfin, ce sont des lieux de culture, c’étaient des lieux de culture, parce que le nivellement par le bas est en cours, comme partout, j’ai mal à ma Venus de Milo, adieu la France. 

Oui hier soir, je lisais le Figaro, la version papier, j’avais mis mes pantoufles que m’avait apporté Jean Lecanuet, mon chien, là je me suis dit « tiens, ne serais-tu pas en train de prendre un coup de vieux ? », j’ai réfléchi et j’ai conclu par la négative, avant de me resservir une petite Suze. Quand soudain je tombe sur un article à propos du Musée Carnavalet, à Paris, consacré à l’histoire de la ville, il y a deux salles, une sur les rats naguère, l’autre sur les rats maintenant. Et le journal explique que ce musée a décidé de laisser tomber les chiffres romains sur les panneaux explicatifs, exemple Louis XVIII devient Louis 18, un 1, un 8, en chiffres arabes. Alors je sais ce que vous allez dire Nagui, « oui les arabes, ras-le-bol, ils sont déjà au PSG et ils ont envahi le stand-up, là les musées, ça va ». Et je vous réponds « calmez-vous, pensez à des choses zen, comme la tension artérielle de Bruce Toussaint, il doit y avoir une raison à ça ». J’ai cherché, et en fait, d’après le musée, les chiffres romains sont, je cite, un obstacle à la compréhension, il y a sept symboles qu’on combine, c’est vrai que c’est compliqué, des visiteurs avaient le cerveau qui implosait dans le musée, on se penchait sur eux et là ils murmuraient « c’est à cause des chiffres romains ».

Et là je propose qu’on aille plus loin, pour ne laisser aucun français au bord de la route, que même un Marseillais W9 de retour de Dubaï se dise « yes, je suis grave content, de ouf, de retrouver le pays de Jay-B Poquelin, Molière sa mère ». Déjà je propose qu’on supprime le X, 10 en chiffre romain mais à la fois lettre, on sait jamais comment on le prononce, on dit Castex, mais Auxerre, on dit Yann Moix, en tout cas, on disait ça dans les années 2000, trop compliqué. Ensuite, a-t-on besoin de numéroter les siècles, non, on peut dire "avant", ou "oh là ppff". Exemple : « c’était quand les carolingiens ? », "avant". « Il est né quand, Alain Duhamel ? », "oh là ppff". 

Bien. Maintenant, les responsables du musée Carnavalet en conviendront, Musée Carnavalet, c’est trop long, on va garder les initiales, MC, ah problème, du coup ce sont des chiffres romains. Le plus simple, retirons toutes les lettres, on dira « ici », à l’entrée un agent d’accueil dira « bienvenue ici », on lui demandera où est la billetterie, il répondra « là-bas », et une fois rendu là-bas, on nous dira « c’est ici », c’est con que Raymond Devos n’ait pas tenu parce que notre époque était un cadeau pour lui, il aurait 99 ans, mais aujourd’hui à 99 ans on est bien, le prince Philip. Arlette Chabot. Ah, juste, le Musée Carnavalet, il y a des meubles, des tableaux, ça me parait pas accessible, à mon avis il faut le vider, et même le raser parce que le bâtiment est de 1560, enfin, avant, quoi, oh là pfff, à la place on mettra un QR code qu’on flashera, et là sur le portable il y aura écrit « ici il y avait quelque chose ». Il faut faire simple, s’il y a un seul type qui ne comprend pas le contenu, même si c’est un participant à TPMP, on annule tout. 

Mais attention, le Musée Carnavalet n’est pas le seul à virer les chiffres romains, avant ça, le Louvre l’a fait, le Louvre c’est le Musée où il y a le tableau du sauvetage de Kevin Escoffier par Jean Le Cam, le radeau de la méduse ça s’appelle, je pense que c’est leur sponsor. Le Louvre a renoncé aux chiffres romains car, disent-ils, les touristes internationaux ne les comprennent pas, pour un chinois, les romains c’est juste des mecs désaxés qui se lavaient H24 parce qu’ils se vomissaient dessus dans des orgies, c’étaient les rock-stars de l’époque, Jules César, si en -70 il y avait eu la gratte électrique, il fondait Aerosmith et il sniffait Cléopatre, pas la colle, la vraie. Donc non seulement on fait entrer dans Paris des touristes en short, mais en plus, on retire les chiffres romains au motif qu’ils ne s’intéressent pas à notre culture, pardon, mais moi, dans le sens inverse, je connais Confucius, il y a des petites citations de lui dans les papillotes. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

  • Légende du visuel principal: Tanguy Pastureau © Radio France /
L'équipe
Thèmes associés