Ce week-end à la Courneuve, c'était la fête de l'Huma. Tanguy revient sur cet événement qui a ressemblé les communistes, les amoureux de musique, Renaud mais pas Jean-Luc Mélenchon

Ce week-end à la Courneuve, c’était la Fête de l’Huma. Oui, c’était la foire à la merguez et à la tireuse à bière, avec des zigues décatis qui ont fait le Larzac et pour qui Macron c’est Satan et Brigitte son suppôt. Mais aussi des jeunes, qui s’en tamponnent du communisme comme Nolwenn Leroy de sa 1ère biture au chouchen, soir où elle a vraiment entendu le renard et la belette chanter, et qui viennent pour les concerts. Car il y avait du lourd, notamment Iggy Pop, 70 ans, dont 40 passés à sniffer de la colle, et qui est toujours debout, torse poil sous 9 degrés, alors que moi si j’oublie une fois mon cache-col en août je chope la crève et je cause comme Daniel Morin, avec une voix de cerf en chaleur. Il y avait aussi Renaud, que ses amis appellent Bob l’Eponge, parce que tout ce qui est liquide il absorbe, chaque année on le retrouve à moitié-clamsé, puis d’un coup il se relève, fait un album + une tournée de 200 dates et il se recouche. Il est increvable, si Kim Jong-un nous lance une bombe H, de vivant il restera juste Renaud, qui sortira d’un bâtiment venant de s’écrouler sur lui en faisant tintintin + Drucker, qui est immortel, pour l’interviewer et 2-3 scorpions.

Les politiques de gauche ont répondu présent à l’appel de Pierre Laurent du PCF, le dernier communiste, qui à l’issue de la fête a été remis dans sa vitrine au Museum d’Histoire Naturelle dans la section espèces disparues, à côté du dodo. Est venu Benoit Hamon, le tueur du PS, qui a fait au socialisme ce qu’a fait Jack l’Eventreur au secteur de la prostitution. Il a présenté à la foule ivre son nouveau parti, le Mouvement du 1er Juillet, parce qu’il l’a lancé le 1er juillet, c’est un créatif, s’il va postuler chez Publicis, les types lui feront une haie d’honneur avec flonflons et kir pêche dès qu’il aura passé l’accueil. Sont aussi venus les Insoumis, dont Alexis Corbière, responsable de l’office du tourisme du Venezuela, mais manquait Mélenchon, le Mao Zedong marseillais, qui était à la Réunion, il s’est dit, ras-le-bol de la flotte, du pain mouillé et des cocos aux tétons flasques, je veux danser le maloya au soleil la cervelle bouffée par le rhum arrangé, à moi les MST.

...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.