Dans cette chronique, Tanguy Pastureau nous parle de Jack Lang qui, hier, lors d'un passage sur Europe 1, s'est exprimé sur sa signature en 77 d'une tribune défendant la faculté de consentement des mineurs âgés de 13 ans.

Vous connaissez l’expression « courageux comme Jack Lang ? ». Non ? C’est normal, elle n’existe pas. Tout le monde ici voit qui est Lang, forcément, on l’a toujours connu, il en est à 4200 trimestres de cotisation, sa retraite, ça va être l’équivalent d’un jackpot Euromillions. Il a été Ministre de la culture, la Fête de la Musique, c’est lui, la musique, comment vous expliquer, c’était avant le Covid, un truc qu’on faisait dehors une fois par an, comme l’amour quand on est branché exhib et qu’on est frileux, mais avec des bruits moins harmonieux. Il a aussi créé la fête du cinéma, le cinéma, comment vous dire, c’était comme Netflix mais en grand et quand vous alliez faire pipi, vous dérangiez plein de monde. Si vous alliez voir un film avec Luchini, dans la salle il n’y avait que des vieux, c’était la course à la prostate, il fallait se lever pour laisser passer les gens, pendant 2h, on entendait « pardon », « pardon », « oh, désolé ». 

Bref, Jack Lang est toujours en poste, il est président de l’Institut du Monde Arabe, qui est fermé pour cause de virus, donc il s’ennuie, depuis mars il fait des mots croisés, il a déjà casé chaque mot de la langue française 9 fois, donc hier il était sur Europe 1. Sans raison particulière, ils se sont dit « ça va le sortir », comme leur radio ça prend plus trop, ils se sont reconvertis dans les services à la personne. Donc là, Lang, qui est plus mégalo que Mariah Carey, y est allé sans méfiance, il s’est dit « je suis super, on ne peut que m’aimer », il s’adore, une fois, dans le métro, en 2002, la fois où il a pris le métro, il s’est vu dans la barre en métal qui sert à se tenir, il s’est mis à se frotter dessus, les gens ont commencé à mettre des billets dans son slip. Sauf qu’en face de lui, il n’avait pas Drucker revenu du paradis qui lui dit qu’il est fabuleux, mais Sonia Mabrouk, une journaliste coriace qui l’a défoncé. Il est devenu bleu, ce qui fait qu’il s’est confondu avec la couleur du studio d’Europe 1, ils ne l’ont jamais retrouvé, là je pense qu’il survit en ingérant les bouloches rouges des tenues d’Anne Roumanoff tombées sous la table.

En fait, Sonia Mabrouk est allée fouiller dans le passé de Lang, et a trouvé sa signature en 77 dans une tribune défendant la faculté de consentement des mineurs âgés de 13 ans, donc la pédophilie, en général, ce qui finit par -philie, ce n’est pas bon, pédophilie, zoophilie, bibliophilie, qui désigne le fait de faire l’amour à des livres, aussi bien une encyclopédie en 12 volumes un samedi soir qu’un petit poche quand on est crevé. En 77, trois hommes étaient en procès pour avoir filmé des enfants de 12 et 13 ans lors, je les cite, de jeux sexuels, et Lang à l’époque trouvait ça pas juste, pas l’acte, le fait que les 3 types aient pris de la prison, avec sursis je vous rassure, au cas où il y en a 2-3, des idéalistes, qui penseraient que la justice a fait le job. 

Donc Lang voit passer une tribune, publiée par Le Monde et Libé, et la signe, sauf qu’une signature, c’est pire qu’un tatouage tribal que t’as fait en 96 parce que Zazie en avait un et que sur le plateau du Hit Machine, ça faisait trop classe, une signature, ça reste. Et là, hier, Lang a reconnu, il a dit « j’ai fait une connerie », ouf, soulagement général, le site du Point titrait hier « décriminalisation de la pédophilie, le mea culpa de Jack Lang », dire « j’ai fait une connerie » c’est un 1er pas, si j’avais signé un truc comme ça j’aurais ajouté « je suis une ordure », puis « pitié, Sonia, mettez-moi un gros pain dans ma gueule, c’est tout ce que je mérite », mais passons. Seulement Lang, qui est au courage ce que la protection UV indice 50 est aux îles Féroé, s’empresse d’ajouter : « je n'étais pas le seul, ont aussi signé Daniel Cohn-Bendit, Michel Foucault », c’est vrai, il y avait aussi Sartre, Beauvoir, Aragon, Gilles Deleuze, Bernard Kouchner et Francis Ponge, c’était un écrivain, je l’ai appris en bossant cette chronique, jusqu’ici je pensais que Francis Ponge était juste le père de Boblé. Boblé Ponge. C’est une blague à la con, je sais, mais ça permet de souffler quand on parle d’un sujet grave, allez, stop, revenons à la pédophilie. Parce que Lang, hier, dit même « nous n’étions pas les seuls à penser cela, je pense à Catherine Dolto qui professait ce genre d’appréciations ». 

Catherine Dolto, fille de Françoise Dolto, sœur de Carlos, le sanglier humain, qui elle n’a pas signé la tribune pro-pédo, se retrouve embarquée là-dedans, Lang une interview il balance tout le monde, en cas de guerre pas besoin de sortir la tenaille ou le CD de Gims pour le faire parler, il suffit de lui payer un café à la machine.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.