Tanguy Pastureau a passé un très mauvais week-end.

Je ne vais pas vous mentir, j’ai passé un mauvais week-end. D’habitude, le week-end, je me détends, je glande, puisque j’adore ne rien faire, c’est ma 3ème passion après dormir et ne pas travailler. Si le PIB de la France était indexé sur mon activité le week-end, on serait derniers d’Europe derrière l’Albanie et la Macédoine. Donc d’ordinaire, le week-end, je suis bien, dans ma tête il y a des oiseaux qui chantent et qui de là-haut font caca sur M. Pokora s’il essaie de chanter aussi. Mais bon, d’habitude, le week-end, on ne décapite pas de professeur. Je pensais pas écrire ça un jour, tant la décapitation c’est un truc qu’on ne devrait voir que dans un Secret d’Histoires sur Robespierre, avec Stéphane Bern qui crierait « salaud, c’est à cause de toi qu’on a perdu Louis 16 ! ». Un prof décapité, c’est ignoble, en fait, il n’y a pas de mots pour ça, l’Académie Française devrait en inventer un, au lieu de nous gonfler parce qu’ils veulent qu’on dise la Covid et pas le Covid. Oui, tout le week-end, j’ai eu envie de vomir, comme quand on a pris des Chicken Wings et qu’un pote qui milite à L214 nous apprend qu’en fait la viande c’est du poussin broyé.

Mais il y a autre chose qui m’a donné envie de vomir, je n’avais pas eu autant envie de vomir en un week-end depuis celui des 11 et 12 avril 93, au lendemain de cette fête étudiante où tout ce qui était proposé à manger était en fait à boire, ce sont les réactions politiques. Parce que là d’un coup, tout le monde se réveille, c’est comme cette route nationale dont tout un canton dit qu’elle est dangereuse, les habitants l’appellent le boulevard de la mort, le dernier druide du coin sacrifie une belette chaque soir dans un des 110 nids de poules qu’il y a dessus pour qu’il n’y ait pas de souci, puis un jour un accident fait 7 morts et le préfet dénonce les effets du gel sur le bitume. En twittant, avec le hashtag "plus jamais froid". Là depuis vendredi, c’est un festival, alors il y a les politiques qui ne se mouillent pas, comme Ségolène Royal qui a parlé sur Twitter, je cite, de l’effroyable agression d’un enseignant, une décapitation pour elle c’est juste une agression, elle, elle ne dit pas "la guerre du Kosovo", mais "la légère dispute entre serbes et albanais", décapitation elle ne dit pas, attentat non plus, islamiste non plus, elle utilise de moins en moins de mots, l’avantage c’est qu’à terme, elle va finir par fermer sa gueule. Pardon, je suis énervé. Autre politique en roue libre, Xavier Bertrand, président LR des Hauts de France, lui se voit déjà à l’Élysée, c’est le seul, d’ailleurs. Et là il surfe, mais il surfe sur l’affaire, il surfe tellement qu’il va finir par se faire élire en short à fleurs à St Jean de Luz. Hier, il a réclamé la fin de l’anonymat sur internet, mais ça ne sert à rien, même ton petit neveu de 5 ans qui va sur le site de Gulli regarder l’âne Trotro lécher sa mère sait que ton identité sur le net, c’est ton adresse IP. Ressortez-lui un Minitel et qu’il se présente à la présidentielle de 88, les seuls gens anonymes, ce sont ceux qui vont voter pour toi, coco. Pardon, je suis énervé.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés