Ils sont équipés de voix de femme dociles, forcément, ils n’allaient pas foutre la voix de Jean-Pierre Bacri sur l’iPhone qui, quand vous lui demandez le temps qu’il fait, vous répond « Mais qu’est-ce que t’en as à foutre ? T’as une vie, toi ? ». D’après une étude de l’UNESCO, Siri, Alexa, etc, seraient trop genrés !

Fini les mamans qui vous éclataient la tête au premier Kit Kat volé en boulangerie en vous disant « Voilà, les deux doigts coupe-faim, tu les as, dans ta gueule ! ». Finis les gonzes mal dégrossis à la Jean Gabin qui vous regardaient en murmurant « Hou, toi, mon p’tit bonhomme, j’ai dans un coin de mon ciboulot comme l’idée que je vais t'mettre une mandale… ». Notre époque est celle de la sensibilité exacerbée, il n’y a presque plus de violence, donc on se crée de la violence symbolique et moi, quand au resto, il n’y a pas de plat végane, je me mets à pleurer en criant « J’en place une pour mes frères palestiniens, mais aussi pour tous les blacks du ghetto qui, eux aussi, sont discriminés par Babylone », sous l’œil incrédule du serveur qui me dit « Non mais si c’est que ça, je peux vous mettre des carottes râpées ». 

Prenez Alain Delon, sa palme d’honneur à Cannes, quel foutoir ! le type tourne des tas de films de flics, dans lesquels il ouvre deux fois la bouche, une pour dire à une dame « Sois gentille, tais-toi », l’autre pour dire devant un cadavre « Je suis formel, c’est le chef de la mafia de Dijon, Adriano Florentino, dit Riton la Truelle, on l’appelle comme ça parce que dans le mur de son salon, il a coulé tous ses ennemis, ah bah il a pas besoin de passer à Brico Dépôt acheter du plâtre ». Donc belle carrière, mais des gens avaient lancé une pétition réclamant qu’il n’ait pas de palme, pas même un petit tuba trouvé chez Gifi, au motif que ce serait un acteur raciste, homophobe et misogyne. Peut-être, d’ailleurs, mais il n’a pas une condamnation, donc on le juge sur trois phrases qu’il a dites un jour comme : « Oui, un enfant, c’est un papa + une maman + une nounou quand même et un poil de personnel de maison », c’est Delon, mais on a encore le droit de dire ce qu’on pense. 

Matthieu Delormeau, un chroniqueur de C8, cette chaîne à la dérive sur laquelle il ne va plus rester qu’Hanouna et Élisabeth Lévy qui se mettent des œufs dans le slip - j’en profite d’ailleurs pour dire que je cherche un emploi en télé, pas trop prenant, très bien payé, de la télé quoi. Matthieu Delormeau donc, dans TPMP People, a même comparé Delon à Hitler, qui pourtant a un CV chargé. Quand il a été accueilli en enfer, Satan lui a dit « Non, monsieur, je peux pas vous prendre, vous êtes surqualifié ». Delormeau a dit « On ne peut pas séparer l’acteur de l’homme », d’abord c’est faux, il suffit de le couper en deux, « C’est comme si on m’avait dit, Hitler est mauvais, mais dans la vie, c’est un amour », et c’est vrai que Blondi, la chienne d’Hitler, n’a jamais eu à s’en plaindre, d’abord, elle n’était pas juive, il a vérifié, il l’a observée le vendredi soir, voir si devant sa gamelle elle faisait discrètement la prière de shabbat, mais non, donc elle a eu des tas de caresses.

Bref, comme on s’ennuie, à part Benoît Poelvoorde qui brûle la vie par les trois bouts parce que deux, c’était encore pas assez, on se crée des combats factices. Exemple, les assistants vocaux, Alexa d’Amazon, Siri d’Apple, ces gadgets à qui, quand on demande « Dis Siri, donne-moi l’âge de Jean-Pierre Elkabbach », répondent « Désolé, je ne peux pas traiter les données numériques au-delà d’une certaine limite ». Bon bah c’est idiot, un assistant vocal, ça vous écoute toute la journée, et dans la maison-mère à l’autre bout du monde, il y a un mec qui dit « J’ai écouté les Sanchez, ils ne discutent de rien, ce sont des cons ». Mais l’UNESCO, ce truc de l’ONU qui protège certains édifices, ce qui fait que Vinci n’a jamais pu construire de parking à la place du Taj Mahal, a réussi à pondre une étude comme quoi les assistants vocaux seraient sexistes.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.