Tanguy nous parle de BFM-TV

Oui, parce qu’hier on a appris que le groupe auquel cette chaine appartient, Altice, entamait, je cite, « un plan de reconquête », sur le papier, ça sonne bien, reconquête, on pense conquête, Alexandre Le Grand, Godefroy de Bouillon à Jérusalem, la case de l’access par Nagui. Mais, en langage managérial dégoutant, plan de reconquête signifie licenciements, donc incendie de l’entreprise, je pense qu’on dit « restructuration bénéfique de l’espace de travail », et fin du monde on dit « phase finale du process de working group », le monde de l’entreprise, ils arrivent toujours à donner un ton positif à tout ce qui est atroce, le jour où les managers tiendront l’hôpital, on vous annoncera votre cancer lors d’un grand flashmob, les infirmiers déguisés en tumeurs, qui vous disent « non, ce n’est pas un cancer généralisé, c’est une altération de l’ensemble des organes de votre corps ». Du coup, on ne se rend pas compte, et au lieu de profiter à fond des 4 mois qui nous restent, on écoute Amel Bent et on mange des salsifis. 

A BFM il y aura donc des suppressions d’emploi, la chaine parle d’adaptation du volume des effectifs, et pourquoi ?, et bien, disent-ils, à cause du Covid-19, baisse des recettes publicitaires, ils sont à la rue, pour se renflouer ils ont dû vendre aux enchères l’écharpe de Christophe Barbier, puis Christophe Barbier lui-même, lequel a été acheté 110 euros par Irène Sanchez, dite « l’insatiable », qui lui a dit « je vous prends toi, l’écharpe, et rien d’autre ». Après, je ne dis pas que le Covid-19 a bon dos, je dis juste que si on lui saute dessus par derrière, il ne sent rien. Parce que le coup du Covid, la moitié des boites va le faire pour licencier, dans certains pays on embauche des pleureuses aux enterrements, nous nos pleureuses elles défilent H24 sur BFM Business. Si avec ce que je viens de dire, je n’ai pas au minimum une demande de Pacs de la part de Guillaume Meurice, ou au moins un massage tantrique, je quitte cette radio.

Donc je suis triste pour BFM, d’autant que cette chaîne, je pourrais passer ma vie à la regarder, elle est plus fascinante qu’un atelier couture animé par un mec qui louche. Barbier, j’en ai parlé, je l’adore, il a un avis sur tout, pour Alain Duhamel j’ai une folle tendresse, 50 ans qu’il commente la politique et il n’en est pas dégouté, pour lui un retour possible de Najat Vallaud-Belkacem, c’est plus stimulant qu’une pizza au Viagra. 

Ruth Elkrief, je suis fan de ce côté bourgeoise tape-dur capable de s’acharner sur Eric Woerth alors que la veille ils buvaient ensemble un Cointreau dans un country-club. Et  j’adore Apolline de Malherbe, qui avait un nom à finir à Silence ça pousse en duo avec Jean-Michel Fougère et là se retrouve à interviewer les plus grands, Muriel Pénicaud, Olivier Faure, Jordan Bardella, mais aussi sûrement les plus grands. Partout il y a BFM, dans les bars, les restos et chez ta sœur, donc ces gens font partie de notre famille, moi la fois où dans la matinale Christophe Delay a vanné Adeline François, je me suis mis à hurler « ouah, vas-y, bâtard, comment tu lui parles ? », j’ai tapé ma télé à coups de tête, c’était sur la fin du confinement, j’étais un peu sur les nerfs.

Et BFM ce sont des sujets improbables, hier une coach capillaire a partagé ses conseils en matière de shampoing bio, il y avait marqué sur le bandeau « coach capillaire », elle, vous pouvez être nu après avoir bossé vos pectos sur 4 ans, elle fixe vos cheveux, c’est très vexant. Et puis elle leur parle, aux cheveux, elle est coach, quand elle croise Alain Juppé à l’Ephad elle dit « mais où est-ce que vous vous cachez, les coquinous ? ». Bref, à tous les précaires du groupe Altice qui vont perdre leur job, parce que les stars vont rester, j’ai un conseil : devenez coach capillaire ! Un bon plan de reconquête, ça.  

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.