La cigarette pourrait être interdite dans les films, ce qui interpelle Tanguy Pastureau ce matin.

Quand on fume, on a les dents jaunes, une haleine de chameau qui viendrait de recracher l’eau croupie qu’il y a dans sa bosse, des rides précoces, par exemple Pierre Arditti a seulement 17 ans mais il fume beaucoup, et on les pores qui se dilatent, à tel point qu’on finit aussi troué qu’un glory hole dans un sex-shop de Pigalle. L’unique avantage à fumer est qu’à la longue on a une voix rapeuse hyper-sexy, à la Gérard Darmon, dès qu’on dit bonjour à quelqu’un dans la rue, la personne jouit. Mais ça, ça dure 2 semaines, ensuite on se tape un cancer, tandis que le boss de Philip Morris regarde ses enfants s’ébrouer dans la piscine de l’hôtel spa Golden Paradise of Total Kiff aux Seychelles, en se disant, j’espère que mes petits loulous jamais ils se mettront à la clope comme tous les couillons que tous les jours je fais crever. Le plus immoral étant que l’état français continue à se faire du brozouf sur le tabac, donc moi je serais Macron, déjà je me dirais, la vache, j’habite à l’Elysée, un F32, j’appelle Nagui pour lui dire que j’ai une pièce de plus que lui. Puis je me dirais, allez, finie la taxe sur la clope, je vais taxer des choses qui ne font pas mourir mais qui sont aussi nuisibles comme les chansons des Kids United, le goût des choux de Bruxelles ou les gens qui disent au jour d’aujourd’hui.

Bref, ça fait des années qu’on lutte contre le tabac, il n’y a même plus la marque sur le paquet, quand on va au bureau de tabac, on dit au monsieur chinois, donnez-moi le poumon performé à gauche, là, à côté des dents en train de moisir, et la consommation baisse à peine. Donc là, Agnès Buzyn, ministre de la santé, c’est elle qui doit faire en sorte qu’on ait la pêche, tous les jours elle appelle Loana et Jean-Louis Murat pour voir si ça va mieux, réfléchit, et se dit, mais au fait, dans les films français, ça fume autant que dans le futal de Delphine Ernotte, boss de France Télé, lorsqu’elle voit les scores de Nagui. Nicolas Duvauchelle fume à lui seul 7000 cigarettes à l’écran par an, et si Béatrice Dalle fait une apparition dans un de ses films, dans le rôle d’une nymphomane cannibale qui se shoote à l’héro en écoutant Sid Vicious, rôle normal pour Béatrice Dalle, on passe à 16000 clopes.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.