Hier, dans un reportage de "Brut", Tanguy Pastureau a découvert le ratel, un petit animal noir et blanc, comme Édouard Philippe, sauf qu’il se déplace à 4 pattes. C'est aussi l'animal le plus dangereux du monde. Il nous en parle dans cette chronique.

L’émission d’aujourd’hui est une tromperie. En effet, la nature est une chienne. Il faut détruire la planète, vite. Je sais, vous vous dites, il a changé Pastureau, pas physiquement, il est toujours aussi hot, ce beau bébé, mais ses idéaux se sont transformés, moi en 2021 je suis SUV diesel, biftons et glyphosate, je suis la synthèse entre la vie de Kanye West et celle des dirigeants de la FNSEA. C’est pas que j’y crois plus, j’écoute France Inter, donc je sais que Joe Biden va sauver le monde, il va se mettre en haut des cheminées des usines à charbon, va serrer le conduit avec ses nouvelles dents, ce qui fait qu’ils vont se refermer. Non je réalise juste que la nature, c’est dangereux. Vous voulez cueillir une mûre ? Une ronce vous lacère la main gauche. Vous voulez embrasser un arbre parce que Christophe André a écrit que ça apaisait ? Une fois sur deux, le tronc est plein de sève, vous restez collé, vous passez trois jours trois nuits contre un arbre dans le bois de Vincennes, où vous rencontrez plein de gens à la convivialité immédiate qui vous déshabillent et écrivent sur vos fesses les mots « servez-vous ». Monsieur Clément, je suis désolé, j’aurais aimé être de votre côté, mais même les animaux, à part le chat de ma tante qui pionce en bavant, sont hostiles. 

Tenez, un exemple, le ratel. J’ai découvert hier le ratel, parce que Brut, le truc d’info en ligne, lui a consacré un reportage, c’est un petit animal noir et blanc, comme Édouard Philippe, sauf qu’il se déplace à quatre pattes. Edouard Philippe, non, dommage, parce qu’il est tellement grand que s’il le faisait, on pourrait le foutre à l’horizontale entre 2 personnes pour les obliger à respecter la distanciation de 2 mètres. Le ratel ressemble à un blaireau, donc on a vite fait de se dire « ah je vais le caresser », sauf que si vous le faites, il vous arrache le bras, il a le même état d’esprit que Martine Aubry quand elle réalise qu’à Lille elle a reçu en tout 9 vaccins. 

C’est, nous dit Brut, l’animal le plus agressif du monde, il est petit, 25 cms au garot, mais attaque des lions, c’est comme si chez nous la chanteuse Valentina des Kids United éclatait Gérard Larcher au bras de fer. 2ème caractéristique, il est quasi inépuisable au combat, physiquement il peut tenir 4h à fond, soit 4h de plus que Neymar. Et surtout il a une stratégie dingue pour terrasser ses adversaires : il leur arrache les testicules, ces petits trucs gênants qui font dire à bien des mecs « c’est pas si grave si les tire-fesses sont fermés cet hiver ». Sans testicules, avantage, l’adversaire du ratel peut faire du Vélib et rejoindre le monde enchanté d’Anne Hidalgo, inconvénient, il perd son sang, ça l’épuise, pendant ce temps, le ratel patiente, il joue à Minecraft ou lit un vieux Gabriel Matzneff chopé sur Le Bon Coin en se disant qu’à lui il aurait dû arracher les testicules. Puis, une fois l’adversaire vidé de son sang, il est tout plat et pâle, comme Kate Moss en 2002 ou une peau de zèbre albinos, il n’a plus qu’à l’achever. Alors moi je veux bien qu’on se batte pour préserver les bêtes, mais si certains en retour nous arrachent les testicules, là je pense que même Nicolas Hulot va vite voir sa limite en matière d’écologie. Parce que lui vit en Bretagne, au milieu des mouettes, des oiseaux qui ne vous arrachent pas les testicules, en tous cas tant qu’elles ne ressemblent pas à des gaufres au sucre, mais en Inde, où vit le ratel, il ferait moins son malin, Nini. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés