Les corps ne se décomposent plus à cause de tous les antibiotiques et conservateurs qu’on a en nous. On vous met dans la tombe, 10 ans après on vous déterre, vous avez l’air d’avoir plus la patate. Du coup, il y a un problème de place, parce que de nouveaux morts arrivent, et on ne peut pas virer les anciens, un enfer.

C’est terrible, nous ne nous décomposons plus. Alors de notre vivant, si, clairement Albert Algoud n’est pas le même que la première fois que je l’ai rencontré ici en septembre 2018, et alors quand Antoine de Caunes le croise, 30 ans après Nulle Part Ailleurs, il met une heure et demi à le remettre, il est obligé de l’attaquer au burin pour retrouver l’Algoud d’avant qu’il y a en-dessous, puis tous deux ils parlent d’argent, par nostalgie. 

Oui, nos corps se décomposent, se flétrissent, la dernière fois que j’ai vu Alain Duhamel au Franprix, j’ai failli le ranger au rayon des abricots secs, là il s’est mis à parler de l’histoire de la 5ème et j’ai compris qu’il n’était pas un abricot sec et pourquoi je préférais les abricots secs, qui eux se taisent. 

C’est terrible, la décrépitude physique, et encore, nous, on a de quoi se payer des crèmes, on limite les dégâts, mais je pense à nos auditeurs, qui sont pauvres et laids, chaque jour ils se rapprochent visuellement d’un crumble un peu foiré. Dans Top Chef, il arrive qu’on dise à un candidat « dis donc, Kevin, ta panna cota elle est dégueu », et que l’autre réponde « c’est pas une panna cota, c’est ma mère qui est venue assister au tournage », bah je peux vous dire que Cyril Lignac la retire vite de sa bouche. 

Donc dans la vie, on se décompose, et ça se fait très vite, un jour on est Clara Luciani, le lendemain on est Edouard Balladur, carpe diem, il faut kiffer.

Mais ça, c’est la vie, et ensuite on meurt, on traverse un long tunnel, et à la sortie soit il y a un radar et on se dit « purée, le gouvernement il vient nous taxer même là-haut, les batards », soit il y a Dieu, soit il n’y a rien. De toutes façons, en général, on est enterré, et on passe un bon bout de temps sous terre, comme les gens qui prennent la ligne 13 du métro mais sans les odeurs de sueur, la mort est plus agréable que tout voyage avec la RATP. 

Puis vient le jour où il faut faire de la place, parce que d’autres morts arrivent, des plus frais, des petits jeunes, et là en théorie les anciens ne sont plus qu’un tas d’os, avec deux grosses poches de silicone si la personne s’est fait refaire les seins. Sauf que, et c’est atroce, un stagiaire va passer avec un bac pour ceux qui souhaiteraient vomir, nos corps ne se décomposent plus après la mort. 

Des employés de cimetière, ces gens qui ont l’habitude du silence, si bien qu’après pour eux un live de Norah Jones c’est du métal, témoignent, quand ils ouvrent les cercueils, les corps sont nickels. On a l’impression que papi René va se réveiller et crier « dehors les arabes, je vais les sodomiser avec le Playmobil qui a le plus la tête de Charles Martel », donc papi René comme il était avant. Alors pourquoi ne se décompose-t-on plus, et bien d’après les spécialistes, à cause des antibiotiques, ces trucs qu’on gobe dès qu’on a plus de 37.6, le corps est tellement habitué à lutter contre les bactéries que celles-ci, au moment de nous manger, font demi-tour, tel le président Macron quand il est passé devant un miroir et qu’il a de nouveau envie de se regarder, en se disant « ok comme président t’es pas top, mais tu ferais un sacré mannequin slip pour Dim, mon gros gros loup du Touquet ». 

Mais il y a pire, si on reste tel quel dans la tombe, c’est aussi à cause des conservateurs qu’on ingère à travers nos aliments, à part Aymeric Caron qui prend tout bio et une fois mort va disparaitre en 7 secondes. On appellera Eric Antoine pour lui dire « t’es bête, fais-le revenir, là dans le cercueil il reste juste le piercing qu’il avait sur le gland, sa famille d’ailleurs est très surprise », Eric Antoine répondra « je vous jure ce n’est pas moi ».

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.