Dans sa chronique qui maltraite l'info, Tanguy Pastureau nous parle de chats mais aussi de Marine Le Pen, de Benoît Hamon, d'Instagram et… de vacuité.

Hier nous recevions l’actrice Pascale Arbillot, c’était un bon moment, il y avait de la grâce, mais aussi Daniel Morin. Dans ma chronique, j’ai cité Benoît Hamon, parce que j’aime aborder des sujets rares. Et là, hors antenne, alors que nous écoutions une chanson intense mais déprimante de Clara Luciani, qui donnerait envie même à une Miss Tahiti carburant au soleil et au monoï de se trancher les veines sur la frange de Clara Luciani, cette chose longue et droite qui me rappelle la fougue de ma jeunesse, Pascale Arbillot a dit : « Hamon, pitié, le mec pose avec son chat sur Instagram ». 

Instagram, c’est ce réseau social où les gens mettent des photos d’eux-mêmes en pensant que c’est bien parce que tout le monde depuis leur six ans leur dit qu’ils sont beaux, alors que non, nous sommes tous globalement laids. Un ourson, c’est beau, un canapé Roche Bobois, c’est beau, Berck Plage en pleine nuit quand l’éclairage public est en panne, c’est beau, un être humain, non, en plus, passé 17h, ça sent. Donc je suis allé voir l’Instagram de Benoît Hamon, et en effet, il pose avec son chat, Floki, puis le 28 juin avec Flokette, fille de Floki, un chaton de la gauche plurielle, c’est-à-dire qu’on voit qu’il est bien nourri mais pas trop, il refuse de manger son "Félix au lapin" et fait "miaouh", ce qui signifie "je viens de la base, moi, du peuple, file-moi plutôt des croquettes de la Marque Repère Leclerc". Et ce qui est marrant, c’est qu’une photo de Hamon seul récolte 5000 petits cœurs d’abonnés, mais celle de Hamon avec Flokette a fait 15000. Le chat cartonne, si j’ai un conseil à donner à la direction d’Inter, c’est de ne jamais laisser Nagui revenir et de mettre à sa place un chat, un bon gros matou, ou Eric Dupont-Moretti, visuellement ça revient au même. En deux semaines les sondages seront dingues, parce que le public adore les chats, et le chat, il n’y a pas besoin de le payer, c’est comme les messieurs chinois qui n’ont pas de papiers. Le programme de Hamon, on s’en tape, il le sait, donc il pose avec ses chats.

Autre exemple, Marine Le Pen, le souci de Le Pen, c’est qu’elle fait dure, froide, Gilles de Rais en 1422, à côté, c’est ton père rigolo à Guérande qui fait le concours du plus gros bouffeur de sel. Elle doit donc adoucir son image, et elle a trouvé les chats, ça fait des années qu’elle pose sur Instagram avec ses chats, elle les retourne, leur caresse le ventre, elle n’est plus avec Louis Aliot, sinon ils auraient fait ça tous les 2, seulement Instagram, c’est géré par les américains, et vous savez à quel point ces gens sont pudibonds ; la 1ère photo de Louis Aliot nu sur le dos en train de repousser Marine avec ses pieds, ils auraient fermé le compte. Les chats, c’est plus simple, jamais Facebook n’a clos un profil à la suite de la publication d’une photo de chat, même un siamois allongé sur un sofa avec la même cambrure que Zahia il y a neuf ans en train de se lécher la queue, ça passe. Et cette histoire de chats, je sais, je suis plus ringard qu’un Quick non-halal, moi je trouve que c’est le degré zéro de la politique. Parce que la suite, ça va être quoi ? Un post de Justin Trudeau à cheval sur Jean-Michel, son gnou ? José Bové avec Sylvain, Barnabé, Zouzou, Fifi, les bestioles qui vivent dans sa moustache ? Pardon, mais parlons projets, idées, le chat est en train de couler la vie politique, le 1er type un peu chaud qui dévalise le refuge de la SPA, demain va être élu à l’Élysée, dans la foulée il se rasera les tempes, tuera les opposants et sa sœur, et nous refera le coup de Kim Jong-un.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés