Depuis trois jours, notre président Macron est à New York pour vendre le French dream à la tribune de l'ONU et à la presse mondiale.

Cela fait 3 jours que le président Macron est à New York. Oui, avant, on avait honte quand on envoyait notre président aux Etats-Unis, parce qu’on le trouvait soit plouc soit flasque soit pas charismatique, soit les trois. Mais avec Macron, notre fierté nationale est au zénith, et on a envie de crier cocorico, cocorico, car il a tout, notre Eros. Il est ferme, il est jeune, il est beau comme l’iPhone 10 et lui aussi a la reconnaissance faciale, puisque quand il voit Brigitte, il la reconnait direct. Mardi notre héros est arrivé à New York, où les gratte-ciels sont immédiatement entrés en érection, ils ont pris chacun 15 étages en plus, et dans les fast-foods le ketchup s’est mis à gicler des bouteilles. Si Macron, avait fait Sex in the City, il aurait emballé le même soir Carrie Bradshaw et ses 3 copines, mais bon, à l’époque de la série, il n’avait que 7 ans et demi. Il s’est rendu à l’ONU, où il a croisé Trump, la star bipolaire, qui a menacé dans un discours de détruire totalement la Corée du Nord. Lui c’est Attila avec la coupe de François Valéry en 78, quand il y a un souci, sa technique c’est de tout péter. A coté Rambo 4, c’est l’histoire de la comtesse de Ségur dans laquelle Sophie fait boire du lait à un chaton. Il est timbré et avec le notre qui se prend pour Bonaparte, les couloirs de l’ONU c’est l’HP. Il y a Trump qui crie : "Beuh je vais tout défoncer", Macron qui répond : "Ok mais ne trouve-tu pas que je suis beau ?" et Merkel qui traine en veste vert pomme... c’est la seule qui va se faire bouffer par les vers avant d’être clamsée.

Macron à l’ONU est passé après Trump, donc c’est comme au bac quand vous tombez à l’oral de français juste derrière le type qui a étudié un seul thème sur 12, il a brillé. Il a parlé devant 130 nations. Même Daniela Lumbroso dans "Jeux sans Frontières" faisait pas ça. Il a dit qu’il fallait échanger avec tout le monde, l’Iran, le Qatar, la Russie, et que tous ensemble on pouvait se kiffer... ça faisait 60 ans que l’âme de Gandhi glandait dans le corps d’un teckel, elle s’est dit : "Ras-le-bol de Rex, allez zou, je m’installe dans Macron", ce qui est notre rêve à tous.

...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.