.

Je ne sais pas si vous connaissez Internet, c’est un réseau qui sert à passer le temps aux gens qui n’ont pas compris que la vie était courte. Maintenant H24, on a le nez collé à nos portables, ces petites crottes fabriquées par des mineurs, et ça a tout cassé. 

Exemple, dans la salle d’attente chez le médecin, avant on observait les autres patients, on se disait : « celui-là va clamser avant moi », puis une dame crachait une glaire toute noire, donc on se disait : « ah non, c’est elle », bref, il y avait du lien, et en plus on se rassurait. 

C’est comme en sport, moi pour me donner l’illusion que je performe, je ne cours que dans des jardins d’Ehpad. C’est comme l’intellect, moi pour me donner l’illusion que je suis une lumière, je regarde CNews. 

Donc nos existences se déroulent sans accroc, on ne vit plus rien de réel, tout se fait online, et sur notre lit de mort, tout ce qu’on arrive à dire à ses enfants, c’est : « je vous ai aimés, mais ce n'est rien à côté de l’amour que j’ai porté aux petites bêtes de Lesfurets.com, elles au moins, elles ont le poil bien taillé, et puis elles s’y connaissent en assurance ». 

Avant, la vie était simple, on faisait de la carriole et des bébés, parfois on faisait des bébés dans la carriole, ce qui fait que le bébé naissait déjà secoué, on disait : « pas grave, on va le faire adopter par Ségolène Royal, pour rester dans le thème », on était heureux. Avant internet, on n’était pas géolocalisés, on pouvait tromper sa femme, tuer un voisin dans la forêt, aller chez Damart sans être jugé par les autres, la vie, quoi. Mais en 2020, on est pucé comme des teckels, n’importe quel gosse de 6 ans peut envoyer aux States sa salive dans un tube pour savoir qui est son daron, Doc Gynéco en est à 67 enfants conçus lors de sa période de gloire, de 1996 à 1996.

Prenez Google, par exemple, Google sait tout de nous, si je dis : « OK Google, quelle est la véritable identité du yéti ? », il me répond : « Daniel Morin, mais faut pas le dire, parce que la SACEM refuse de verser des droits d’auteur aux non-humains ». 

Et Google une fois l’an, fait le bilan de ce que les gens ont cherché pendant l’année, c’est parlant, parce que ça permet de comprendre la société française, et donc de la fuir, en partant vivre dans un lieu désert comme le siège du Parti Socialiste. 

N°1 en 2020, suspense, et bien c’est le mot coronavirus, ce virus créé par Bill Gates en costume de pangolin dans un laboratoire situé sous une antenne 5G. Catégorie information, n°1, c’est le terme élections américaines, ce processus imbitable qui a permis à Joe Biden d’accéder à la Maison Blanche, ce qui va poser problème parce qu’il lui reste 2 fils non connectés dans la tête, chaque matin en se réveillant il va dire : « où suis-je, et d’abord, qui est ce Joe Biden dont on parle à la télé ? ». C’est le seul président qui va pouvoir oublier son bilan au fur et à mesure qu’il est en train de l’effectuer, à la fin, quand on lui demandera de faire l’inventaire de son mandat, il dira : « je crois qu’hier, j’ai mangé des chips ». 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés