Tanguy Pastureau, vraiment, n’en peut plus de cette année 2020. Deux solutions, selon lui : la Terre dans le Soleil ou bien, une comète… et une comète, il paraît qu’il y en a une.

Cette année est une création de Belzébuth. On a tout eu, le sexe de Benjamin Griveaux, la sécheresse, c’est-à-dire l’antithèse de ce sexe, le Covid, le retour de François Bayrou, les meurtres de chevaux… Hier dans le Tarn, un poney a été retrouvé mort d’une balle dans la tête. Un poney, l’animal adoré des enfants, et la prochaine étape, c’est quoi … on sodomise une licorne ? Ce monde est moche, pour un retweet d’une pensée de Gandhi, il y a 80 retweets de la raie du cul d’Afida Turner. 

Tout est dégradé, glauque, laid. Hier j’ai voulu trouver de la beauté, je me suis dit « Je vais écouter Grand Corps Malade, sa chanson sur les femmes», il dit « vous êtes Simone Veil, Marie Curie, Rosa Parks, Angela Davis », bah ouais, mais vous êtes aussi… Eva Braun. Les hommes sont nuls, les femmes abjectes, les pandas roux ne s’appellent pas Chantal et ça y est… c’est l’automne, il est donc temps d’arrêter tout. 

En tant qu’humains, on peut se dire qu’on est au bout, on a construit les pyramides d’Égypte, on est allés sur la Lune, il y a déjà eu neuf saisons de The Voice, sept de The Voice Kids, il faut tout stopper avant qu’ils lancent The Voice Fœtus, avec le micro collé au bidou de la maman pour capter les bruits gastriques, et le jury qui dit « Ah ça, je reconnais, c’est une chanson de Renaud ». 

Et pour arrêter le massacre, il y a deux possibilités : soit toute la population mondiale fait en même temps une chorégraphie de Christine & The Queens, c’est comme une crise d’épilepsie, mais avec du son, la Terre, qui subit une forte secousse, sort de son axe pour s’écraser dans le Soleil, et on brûle, sauf Donald Trump qui sera alors exposé au même rayonnement UV que d’habitude. 

Soit on attend qu’un astéroïde se crashe sur la terre et on disparaît, comme ça s’est fait pour les dinosaures. Ils sont tous morts, le stégosaure, le ptérodactyle ! De cette époque, il ne reste que Jean-Pierre Elkabbach, qu’on voit sur CNews parce qu’au Musée d’Histoire Naturelle… ils n’avaient plus de place.

Et depuis un mois environ, court une rumeur, sur Internet, on ne parle que de ça, on dit que le 2 novembre, une météorite portant le nom de VP1 2018 nous atomiserait. Seule, survivrait Ségolène Royal, occupée à se regarder elle-même depuis la stratosphère. Le 2 novembre, c’est la veille de l’élection américaine, dont le principe est d’arbitrer entre deux candidats qui ont 74 et 77 ans, soit le même concept que l’émission Des Chiffres et des Lettres. Ça veut dire que Biden et Trump sont peut-être en trainde gâcher les derniers jours de leur vie à faire campagne, alors qu’ils pourraient s’éclater à jouer au golf et prendre des drogues (ce qu’heureusement ils font aussi). La météorite VP1 2018 a été observée 21 fois en 13 jours, autant que le professeur Raoult mais avec les cheveux propres, ce qui fait que son orbite peut être calculée précisément. 

Et c’est là que les scientifiques ne sont pas d’accord avec Lola, ta petite-nièce, auditeur, qui suit le compte Instagram Complots Mondial des Illuminatis de Sion, parce qu’elle pense que, le 2 novembre, elle va crever. Elle n’en a plus rien à foutre, c’est pour ça qu’elle s’est fait tatouer dans le dos, Forever Jean Castex, foutu pour foutu, on fait n’importe quoi. Moi, une fois au volant, j’ai vu arriver un 38 tonnes en face, vite j’ai zappé sur Chérie FM et j’ai chanté Je viens du Sud de Chimène Badi. Ensuite, il s’est rabattu… tout ça pour rien. Sur Internet, donc, c’est la panique, mais les scientifiques, eux, disent qu’il n’y a que 0,41% de risques que VP1 2018 frappe la Terre. Le risque existe, mais il est aussi mince que celui de voir arriver Marc Dutroux dans la troupe d’Émilie Jolie. Mais pour autant, donc, il existe !

(La suite à écouter et à retrouver en vidéo !)

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.