Avis à tous les européens : la mission ExoMars se propose d’envoyer votre voix à vous sur Mars. "Aller plus haut", comme dirait Tina Arena.

Daniel, je sais que vous êtes très sensible à la voix des gens. C’est normal, parce que vous êtes un homme de radio, depuis vos 5 ans ½ vous travaillez à France Inter, vous faites tellement partie des meubles que la technicienne de surface, quand elle vient, vous passe à la javel, c’est pour ça que vous êtes si blanc, alors que les gens ne le savent pas, mais en réalité vous êtes malgache, Daniel Morinarimananacucona, vous vous appelez. 

Moi aussi, j’adore les voix, la vôtre, Daniel, pleine de chaleur et d’ambre, de musc même, rappelant le brame du caribou qui en s’asseyant a plongé ses bourses dans la neige un peu trop vite. 

La voix de Leïla, dans laquelle coulent des mots comme Picasso, Caravage, Vasarely, en fonction des expos qu’elle fait, ou déchéance, 4 feuilles, énorme biture, en fonction des soirées qu’elle fait. 

La voix de Guillermo Guiz, qu’on entend une fois par semaine débiter 7000 mots en 2 minutes 40, c’est le castor des phrases. 

Celle de Jacques Attali, adulte, sereine, rassurante, qui lui permet d’annoncer une crise financière mondiale ou le fait que les chinois vont nous éclater de manière aussi posée qu’un psy qui vous dirait que tout est de la faute de votre mère. Quand je vous entends, M. Attali, j’ai envie de me rouler en boule et me lover contre vous en suçant mon pouce, heureusement, j’ai conscience de ce qui se fait ou non en société, c’est pourquoi à l’issue de l’émission je vous donnerai mon 06 et on trouvera bien un petit coin. 

Écoutez Benoit Hamon, le breton de gauche, il a une voix à rendre Mme Loïk toute humide, l’empêchant de fabriquer son fromage fouetté, quand il parle, le beurre coule des kouign-amann et se répand en flaque, il nous fait rêver Hamon, ensuite il détaille son programme, et ça casse tout. 

La voix, c’est donc primordial, mais l’époque dans laquelle nous vivons, sans doute la plus vide depuis Neandertal, où l’homme attendait que le temps passe autour d’un feu de camp, parfois quelqu’un lui éteignait sa torche et il était exclu du village, ne reconnait que le physique. 

Prenez Tinder, l’application de rencontres, il s’appelle Steve, a 27 ans, est graphiste, 10K par mois, il aime faire des massages, cuisiner et François Bayrou, donc il n’y aura même pas de dispute autour de la politique parce que personne ne s’engueule avec un centriste, Steve a tout pour lui. Mettons, je suis une femme, j’ai la flemme de me travestir donc je fais ça à la radio, j’ai donné rendez-vous à Steve, avant, je me suis épilée, j’ai choisi un petit haut échancré, j’ai dit « non, pas celui-ci, ça fait pétasse », parce que j’ai de très gros seins, j’en a choisi un autre, qui fait plus stylé mais si je me penche, clairement, on voit mon soutif, un Aubade à 240 euros, oui, j’aime le luxe, puis j’ai attendu Steve au KFC, lieu que j’ai choisi juste pour pouvoir lui dire « ça va, mon poulet ? », parce que j’ai beaucoup d’humour. Là, Steve arrive, 1m90, 3 pectoraux, 7 biceps, gaulé de partout, on dirait un paquet de saucisses cocktail de porc en vrac avant ouverture. Je ne suis ni juive ni musulmane ni végane, donc le cochon ne me dérange pas, si vous voyez ce que je veux dire. Et là Steve s’approche et dit « c’est toi Natacha ? », oui je m’appelle Natacha. « Tu aimes François Bayrou toi aussi ? ». Voyez, ça casse tout. Parce que la voix, ça pose un homme, ou une femme dans mon cas. Et c’est à ce point important que le programme spatial européen ExoMars va envoyer 11 voix sur Mars.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.