Hier, Emmanuel Macron a présenté ses mesures pour les banlieues, et rejeté le rapport de Jean-Louis Borloo. Tanguy Pastureau décrypte cette information.

Hier, le président Macron a présenté ses mesures pour les banlieues. Il y a 6 mois, il est allé chercher Jean-Louis Borloo, un retraité, chez lui, un F4 qui sent la chaussette. Le type, en pyjama et claquettes, lui a ouvert, hirsute, pas rasé. Quand vous regardez au microscope des acariens, ils ont cette tête.

Macron lui a dit : "Jean-Jean, la banlieue j'y connais rien, à chaque kilomètre que je mets entre moi et la Bourse de Paris, mon corps prend 5 degrés à cause du stress, ponds-moi un rapport". Borloo, la banlieue, il connait. C'est un mec du peuple, il a tapé dans le bol à cahouètes de la plupart des troquets de quartier. Sur tous les flippers de France il y a écrit : "highest score Jean-Louis". Donc Borloo bosse sur son rapport et dit : "Voilà, il faut 48 milliards d'euros". 

Macron appelle Bruno Le Maire, ministre des finances, qui regarde dans le cochon, et répond : "Chef, on n'a plus un rond, la boulette, on a tout claqué dans la com de Nicole Belloubet pour tenter de la faire connaître, c'est un échec, adieu" et il se tranche les veines avec un vieux pin's "Un million d'emploi" de Pierre Gattaz. 

Donc hier, Macron arrive à l'Elysée, à la cool comme d'hab, clin d'œil, tape dans le dos : "ça va ma poule, salut gros, on en est à combien de start-ups à Dijon depuis 7h du mat' ? Zéro ?! Ah zut, dites leur de se sortir les doigts, à ces fainéasses" et là il annonce l'abandon du plan Borloo. Il l'enterre, ce qui va donner au plan Borloo le même aspect qu'à Borloo lui-même.

Macron, en fait, dit : "Deux mâles blancs qui font un plan banlieue, ça marche plus". Les mâles blancs, c'est lui et Borloo. Si c'est Amel Bent qui avait présenté le rapport, il lui faisait un chèque de 60 milliards en lui disant : "Vas-y bébé, claque tout, je m'en fous". Quand il l'a sollicité, Borloo devait revenir de 15 jours à Cancun où il avait pris le soleil et bu des tequila paf, donc Macron s'est dit : "Tiens, un mâle rouge, vive la diversité, je le prends", puis l'autre a perdu son bronzage. 

Ensuite, il a tout de même annoncé des mesures, pour un total de 16 euros. Il va monter un site web, intitulé "La France une chance". Il y en a qu'une, si on la grille c'est fini on rase tout et on garde juste Neuilly-sur-Seine, site sur laquelle le citoyen dira ce qui ne va pas dans sa banlieue, il écrira : "les dealers tiennent l'immeuble", et Macron enverra Pascal le Grand Frère dérouiller tout le monde. 

Il va aussi informer les maires à propos des fichés S de leur commune, mais sans dévoiler leur identité, c'est-à-dire qu'on va leur dire : "Voilà, il y en a 34, qui tous reviennent du Center Parcs d'Alep, à vous de deviner qui c'est", ça va être un Cluedo du terrorisme. 

...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.