La Norvège, ce pays qui était à l’origine de bien des malheurs : en 1985, il nous a donné le groupe A-ha, un peu plus tard, Eva Joly. Mais ça, c’est fini, on kiffe la Norvège, parce qu’ils ont trouvé une solution pour sauver le climat.

Oui, je sais, l’environnement c’est mon obsession, mais tant qu’on ne vivra pas tous dans la nature tout nu à fabriquer des colliers avec des noisettes, en disant à Greta Thunberg qui toque contre le tipi en cuir de fougère, « bébé, t’es gentille, t’as 16 piges, reviens dans 2 ans et tu pourras en toute légalité arracher mon étui pénien », et bien je continuerai. Parce que personne ne réalise l’ampleur de la catastrophe : nos gosses font grève pour le climat, certains ne vont pas à l’école le vendredi, les familles ont 3 jours de week-end, ça veut dire que dès le jeudi soir il y a embouteillage sur l’A13. 

Et comment on fait pour aller à Deauville, vous croyez que la langouste au resto elle attend dans l’assiette, non, au bout d’un moment, elle se dit « ils ne viendront pas, je me casse » et elle repart à la baille. Parce qu’en plus à cause de ses pinces, elle ne peut pas lire le SMS où vous lui dites « on arrive, on va te bouffer », oui, à Deauville, même les langoustes ont des iPhone 11. Et Jean-Sylvestre, le seul SDF de la station, qui a perdu les clés de son manoir en 2002, prend les paiements par carte. Résultat, on se retrouve à essayer de bouffer la mouette qui s’est posée sur la tête de Nelson Monfort qui est là pour le week-end, pensant que c’était son nid. 

Il faut donc se battre pour le climat, et à New York, les grands de ce monde, traduction les enfoirés qui mettent nos vies en jeu et celles de nos enfants en n’en branlant pas une, sont là à dire « c’est toi qui pollue, non c’est toi,  non c’est Merkel », et là les gens croisent le regard de Merkel et disent « non, en fait, c’est quelqu’un d’autre », ils se rejettent la faute, comme dans l’ascenseur de la Tour Montparnasse quand quelqu’un a des gaz et qu’il reste 57 étages à monter.

Exemple hier, Emmanuel Macron s’est confié au Parisien, Macron il est dynamique, sportif, hmm ce corps, grr, donc le journal lui dit « alors, le problème du climat, ça y est, t’as géré le truc, mon amour ? », enfin, le journal lui dit, non, le journaliste, puisqu’un journal, ça ne parle pas, une fois en 95 en fin de soirée à Brest, j’ai entendu le Ouest-France me parler, mais j’avais vraiment bu. Ça, je l’ai compris quand le Télé Z s’est mis à me crier « n’écoute pas le Ouest France ». 

Et là, Macron, qui est un latin, il est chaud comme une calzone, si tu appuies dessus, il y a du jaune d’œuf qui sort, dit « oui, les jeunes qui manifestent, c’est trop gnon mais ça n’aboutit à rien, qu’ils aillent défiler en Pologne », bon les allemands ont fait ça en 39, ils ont eu gain de cause. La Pologne, c’est ce pays qu’on pense déprimant puis on y va et là on réalise qu’on avait raison. Macron dit que la Pologne bloque un accord de l’Europe visant à ce que les pays soient neutres en carbone en 2050, les autres disent « allez, on y va », la Pologne répond « non », tel Jean-François Piège si des amis lui avaient donné rendez-vous devant le Quick. 

Mais Macron, son rôle, c’est de nous écouter, à de jeunes français déjà exposés aux perturbateurs endocriniens, au glyphosate et à Aya Nakamura, il devrait dire « je vous comprends les kids, on va bouger », sur Snapchat avec le filtre oreille de teckel. Et pas les inciter à se rendre en Pologne, les mômes habitent Saint-Ouen, salut le bilan carbone, et après quoi, on va envoyer les élèves de CP de Cambrai ramasser les capotes usagées des néerlandais à Pattaya ? Soyons sérieux. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.