Les ministres sont en roue libre... Christophe Castaner explique à des gosses où il faut tirer au LBD40 sur un être humain, Emmanuel Wargon tape du 150 km/h sur l'autoroute, et Marlène Schiappa dit des choses qu'elle seule comprend, ils sont aussi déjantés que les 12 clones chinois d'Arielle Dombasle ce sont des oufs.

Comme chaque lundi, c'est un nouveau départ, tous on se dit "tu vas cartonner, poupoule", sauf vous, Daniel, qui quand vous adressez à vous-même ne vous appelez pas "poupoule", mais "mon gros zèbre bien membré", puisque vous vous connaissez très mal. Le lundi, on efface les ratés de la semaine passée et on est à nouveau vierge, telles ces dames de pays arriérés qui se font recoudre l'hymen, par des gens qui parfois n'ont fait que des canevas à broder, elles se retrouvent avec sur l'hymen un caniche et des pétunias en point de croix, ce qui certes est suffisant pour sortir avec un homme de la génération d'Edouard Balladur, mais après il faut aimer l'ennui et faire avec l'idée que les seuls glands auxquels on aura accès sont sur les mocassins. 

Bref, j'adore le lundi, on est frais, jeunes, c'est le jour où on a Tom Villa, Gérémy Credeville et Audrey Lamy en invitée, vendredi qui arrive, il y a Albert Algoud et moi-même autour de François Bayrou, venu pour son livre "Le dictionnaire amoureux de moi-même", c'est une émission du vendredi. Mais là vous êtes beaux, Tom et Gérémy à deux ont plus de cheveux que l'ensemble des députés de l'UDI, c'est un lundi. 

Et je pense à nos ministres, ces bras cassés qui tentent de faire oublier leur nullité en se montrant en permanence à la télé, ils ont la même vie que les candidats de la Villa des Cœurs Brisés, mais sans les petits culs. Eux aussi, dès aujourd'hui, peuvent remettre les compteurs à zéro, et tant mieux, parce que leur semaine dernière a été aussi nulle que celle du consommateur de shit dont le chat a déposé son odeur sur son pantalon et qui réalise que le revendeur qu'il retrouve en bas de sa tour a désormais un rottweiler. 

Prenez Christophe Castaner, le remplaçant de Gérard Collomb, parti vivre ses 40 dernières années en politique à Lyon, où il se ratatine paisiblement, il a vie d'un abricot séché, quand il va chez Naturalia, les gens cherchent à l'acheter en vrac et l'enfoncer dans un bocal. Castaner la semaine dernière a fait l'émission "Au tableau", sur C8, qui consiste à se retrouver face à des gosses insolents sans avoir le droit de hurler "mais ferme ta bouche, Kevin, ou j'appelle Martine Aubry", du nom de cette lilloise qui n'a pas encore souri et donc fait peur aux enfants. Donc tout se passe bien, Castaner parle de lui à des kids qui se disent "vivement la récré qu'on vive un truc plus intéressant, comme être assis sur un banc dans le silence". 

Quand soudain, je ne sais pas ce qui s'est passé dans son cerveau, le truc doit être équipé d'un compteur Linky qui a bugué, il se met à expliquer aux gosses à quel endroit du corps humain les forces de l'ordre ont le droit de tirer avec un LBD40, ces flashballs qui font comme les balles de tennis quand elles sont servies par Rafael Nadal, elles vous perforent, il y a des gilets jaunes qui maintenant ont 19 trous, ils sont devenus les stars de leur club coquin. Quand ils arrivent, un gars se met à hurler "tous sur Jean-Paul !" et une équipe de rugby entière peut faire la 3ème mi-temps. 

Donc Castaner a un bonhomme dessiné sur un tableau noir et il entoure des zones en disant aux enfants "dans le genou on peut tirer, et dans les cuisses, pas dans la tête, il y en a qui ont pris un coup, c'est parce qu'ils avaient le visage qui ressemblait à un genou, des gens mal gaulés qui même avec 2 yeux étaient infoutus de conclure sur Meetic".

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.