Tanguy déteste l’été, tous ces corps flasques, ces musiques lounge des bars de plage, ces cons qui font toute l’A6 sur la voie du milieu, Francis Lalanne dans Fort Boyard, tout ça est atroce. Depuis fin juin il attend la rentrée.

Ça y est, c'est la rentrée. Et tant mieux, parce que l’été ne me va pas, c’est une saison trop vulgaire pour moi, constituée d’aisselles transpirantes, de tatouages tribaux sur les biceps de beaufs qui écoutent Jul sur des enceintes connectées, de bikinis échancrés qui font que sur la plage on n’arrive pas à se concentrer sur son Marc Levy, pour se calmer on doit se taper 14 Mikojets glacés, dont 3 dans le calcif. 

L’été, c’est la saison des corps, et moi qui privilégie l’intellect, à l’instar de Louis 16 qui en 1793 a totalement renoncé à son corps, certes, il avait des coachs pour l’aider, ils lui ont fait un flashmob place de la Concorde, moi je ne suis pas à l’aise avec ça. 

Et là, ça y est, c’est la rentrée, le studio d’Inter, la clim, le retour du pantalon, la fin de la tong, cet immonde string des pieds, retour à l’élégance, au glam, à Paris, aux chiottes la Grande Motte, fuck Palavas. Vous revoir, Nagui, me fait le même effet que celui que ressent le céleri qui voit s’approcher Aymeric Caron et sait qu’il va finir dans sa bouche. 

Vous m’avez manqué, mon gros loup, dès demain je sais que ça me fera plus ça, je me serai réhabitué à vous, donc j’en profite pour vous le dire maintenant. Allez petit bilan de l’été, voici un Top 6 de ce qui a fait l’actu en juillet-août. (Je n’avais pas assez de temps pour un Top 10 et un Top 1 vous m’auriez traité de fainéasse, donc 6).

1 - François de Rugy. Ca a été comme un numéro de Thalassa tourné par un spécialiste des films catastrophe, le gonze a bouffé 4 homards il y a 2 ans, ça l’a perdu. Il a essayé de se justifier en disant « le homard, ce n’est pas moi qui en mangeais, je fais une intolérance au homard », l’excuse la plus pourrie de toute l’histoire des excuses. C’est comme si à l’époque Lance Armstrong pour justifier le fait qu’il avait 16 seringues dans le fessier avait tenté d’expliquer qu’il faisait un BTS de fakir. Depuis Rugy est chez lui, prostré, il ne mange plus que des Bolino périmés ramassés à l’arrière du Lidl, mais c’est trop tard. En tant que ministre de l’écologie, il est allé se mettre lui-même dans le bac à compost, il a pensé à la poubelle jaune mais c’est celle des cartons, ça correspondait trop peu à son parcours politique.

2 - La canicule. Attention, canicule relative, moi je suis parti en Bretagne nord puis sur la Côte d’Opale, la canicule en tout a duré 2h20, le temps pour la moitié de la population locale de mourir desséchée, sauf Olivier de Kersauzon à Brest qui, grâce au bar des Pêcheurs, a le corps constitué à 110% de liquide. Vous appuyez dessus, ça gicle, c’est comme un gros bouton d’acné mais avec des yeux. On a eu chaud, 42 degrés à Paris, et Valéry Giscard d’Estaing est toujours là, ce monsieur c’est le Terminator. Il peut survivre à tout, à la fin du monde, à 114 tentatives de joindre le service client de chez Free, à un live d’Aya Nakamura.  

3 - Le poke bowl. Autant il y a 2 ans tout le monde tournait au Spritz, autant en 2019 seules 2-3 cagoles désocialisées, le genre à la station Total à dire « en plus du plein, je vais prendre ce best of de C. Jérôme », ont continué à en boire. Non, la mode cet été, ça a été le poke bowl, c’est une salade, dans un bol, dont les ingrédients, du thon au mercure, des haricots au glyphosate et des concombres OGM, sont posés les uns sur les autres et pas mélangés, comme les gens dans le métro à Paris. C’est-à-dire que vous mettez dans un bol du thon, des œufs, des anchois, vous dites à votre cuistot « te bile pas bébé, c’est le client qui va touiller lui-même », hop, une salade niçoise, 27 euros 30 sur la facture. Ca a le mérite de simplifier la digestion parce que vous l’avez directement dans le cul.

🎧 ... La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.