Terminator, c'est pas pour demain. Les robots prouvent qu'ils peuvent être aussi incapables que nous les humains, comme ce fut le cas dans un supermarché en Écosse avec Fabio le Robot.

On dit souvent que les robots vont nous remplacer dans tous les domaines. Oui, mais c'est un fantasme. Nagui, vous ne serez pas remplacé demain par un robot, au grand dam de Laurence Bloch, boss de cette radio, qui économiserait en charge salariale, et qui, quand vous lui proposez un café, vous dirait : "Oui, oui ta gueule !" avant de vous mettre un petit coup d'huile de vidange dans la jointure. 

Les robots, à l'heure actuelle, sont des cons. A un point tel que NRJ 12 en a commandé 10. Exemple, à Édimbourg, en Écosse, un hypermarché avait pris un robot, tout rigolo avec ses petits yeux. C'est aussi mignon qu'un enfant mais mois intéressant, puisqu'avec, on ne touche pas la prime de rentrée scolaire. Ils l'ont appelé Fabio. Fabio le robot. Plus les machines sont sophistiquées, plus on a envie de leur donner un prénom. Personne en 87 n'a montré son Minitel à un pote en disant : "Jean-Marc, je te présente Gisèle le Minitel, Gisèle, c'est Jean-Marc", tout en se disant : "Est-ce que je dis à Jean-Marc que dans le tiroir de la commode de la chambre, j'ai aussi Bernard le canard ?".

Non, on ne donne de prénom qu'à des appareils qui nous ressemblent. Par exemple, David Douillet a appelé Nathalie une compacteuse de métaux qu'il a croisé dans une casse auto.

Donc, les types du supermarché ont chargé Fabio de renseigner la clientèle. La tâche basique. Un client demande : "Où sont les pâtes 1er prix ?", on lui dit : "il y a en plus", et on le renvoie sur les pâtes fraîches du fabricant polonais qui s'est appelé Marcelo Bouboloni traiteur pour faire genre et qui vend le paquet 14 euros. Et ben même ça, cette buse de Fabio, qui a la capacité de réflexion d'un sèche-linge - chez les robots c'est comme Nabilla chez nous - a pas été foutu de le faire. 

Exemple, dit France Info qui relaie la nouvelle, si des gens lui demandaient : "où sont les bières ?", ce qui est le cas en Grande-Bretagne de 11 clients sur 10, le robot, au lieu de répondre : "Left, left, right, left, right, ok, this is the rayon des poivrots", disait : "la bière est au rayon alcool", ce qui parait évident. La bière c'est rayon alcool, puis le test de grossesse 48h plus tard c'est rayon parapharmacie. Donc là le patron du supermarché s'est dit : "Fabio le robot est nul, on aurait du prendre Irène la roumaine, elle bossait au même prix et elle savait, elle, où est la bière, parce que pour tenir 23h/24 à bosser, faut tiser. Donc il a mis Fabio à un autre poste. On l'a chargé de distribuer des échantillons de produits. Mais là aussi, échec. Fabio donnait des pastilles pour lave-vaisselle aux enfants en disant : "Bon appétit", après ils avaient les mêmes dents que Vincent Cerruti quand il annonce qu'aucun pauvre n'a empoché le pactole du Loto. 

Mais en plus, Fabio le robot, sur cette tâche, a été plus lent que les humains ! Oui, en 15 minutes, là où un être humain distribue 12 échantillons, ou Cyril Hanouna 416 tout en s'accrochant au plafond en bavant avec la tête qui tourne, Fabio n'en a distribué que 2. La faute aux clients qui l'ont évité. un robot qui vous tend une tartine de rillettes, vous vous dites : "Il y a un piège, il a planqué un boulon dedans", alors que sur la caravane du tour de France, quand les filles du char Cochonou jettent des saucisses, on est tous là à hurler : "Oh oui, donne-là moi, ma loute !", parce qu'il y a un rapport humain, et que c'est ça qu'on recherche. Nous ne sommes que des êtres éparpillés qui à travers les autres cherchent une place dans le grand tout, à part François Bayrou qui préfère être seul et qui, pour ça, a créé le Modem.

Enfin dernier problème pour Fabio, le bruit du magasin. Nous, on est habitué à entendre à la caisse des gosses hurler : "Je veux des bonbons Pez !", et des grand-mères hurler : "Je veux le magazine télé, il y a Nagui en couverture, ah quand je le vois j'ai les mêmes papillons dans le bide que quand j'ai rencontré Gunther en 41, cet officier si gentil !".

Mais Fabio le robot, le bruit ambiant, ça le perturbe. Il n'a pas réussi à distinguer les conversations entre clients des demandes qui lui étaient faites. Quand un type disait à sa femme : "Je t'aime", il répondait : "Moi aussi mon canari, prends-moi dans les laitues". Par contre si quelqu'un lui disait : "Bonjour Fabio, où sont les chips ?". Il se taisait, l'autre répondait "Je sais pas, Zinedine Zidane, Carla Bruni ?", et jamais il ne trouvait les chips, ce qui fait que pour la 1ère de l'histoire de la Grande-Bretagne un individu a eu une digestion normale. 

Donc le constat est là, Fabio le robot est lent, pas fute-fute, et répond à côté. Il est comme nous. Si bien que le directeur de l'hyper l'a licencié. Et avec un robot, c'est presque aussi simple de le faire qu'avec un salarié français après réforme du code du travail par Macron, on le met sur off, le truc dit une dernière fois  :"Il y a une promo sur les naveeeeets…". On le remet dans sa boite, on le brade sur le Bon Coin en écrivant : "Super robot, le top de la technologie fait tout aussi bien qu'un ouvrier asiatique sans les odeurs de bouffe", et un autre idiot se retrouve avec. 

Tout ça pour dire qu'on est là à se faire peur avec l'intelligence artificielle, alors que les robots n'arrivent pas à vendre des chips, donc Terminator, c'est pas pour tout de suite. Dans la vraie vie, Sarah Connor, elle galère au Franprix à essayer de trouver les cubes de bouillon de volaille. Bref, Nagui, vous êtes là pour encore un bout de temps, je suis désolé pour vous, et pour France Inter, qui raque en charge salariale.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.