Tanguy Pastureau revient sur un fait divers qui a frappé la Côte d'Azur : un septuagénaire est mort dans un sauna coquin.

Mourir, c'est nul. Oui il y a peu d'avantages à mourir. Déjà quand on le fait, on sait qu'on ne connaîtra jamais la fin de Plus belle la vie, parce que la série est partie pour durer 200 ans, le soir de l'apocalypse, Laetitia Milot sera encore en train de siroter un pastis au bar du Mistral. Et le moment de son décès, c'est important, parce que c'est la dernière image de soi qu'on donne. Par exemple si Cristina Cordula meurt en pantalon de jogging avec un T-shirt Tati, tout ce qu'elle aura accompli dans sa vie n'aura servi à rien. Si le rappeur Jul glisse sur un Bescherelle et se brise la nuque, son public sera déçu, il se dira "il n'aurait pas voulu ça", puis on le rassurera en lui disant que Jul, juste avant de mourir, a murmuré la phrase "argh, j'ai en train de mourir". Si Benoit Poelvoorde décède à Evian, ça va casser le mythe. C'est ça, le souci, c'est que parfois on meurt dans un endroit où on n'était pas du tout censé se trouver. Si Gérémy Crédeville clamse dans un salon Camille Albane, les gens diront "Mais qu'est-ce qu'il foutait là-bas ?". Si on retrouve le corps d'Isabelle Huppert dans le studio de la Plaine St-Denis où se tourne le Grand Cabaret de Patrick Sébastien, pareil, la famille sera bouleversée en découvrant cette double vie, et son neveu dira sur LCI : "On ne comprend pas, pourtant elle n'a jamais souri, et n'était même pas au courant de l'existence du coussin péteur".

Ainsi, ce week-end, alors que Leïla travaillait et que nous tous qui avons la chance de ne pas être elle glandions en calcif, on apprenait qu'un septuagénaire, ce sont ces gens que Régine appelle "mes chers petits", est décédé à Nice, la ville de Christian Estrosi, le vieux beau au sourire aussi blanc que la neige sur laquelle n'aurait pas pissé le yorkshire dégueu d'une cagole décatie. Samedi après-midi, cet homme, dont l'identité n'a pas été révélée, ce qui fait qu'il reste anonyme, comme Nicole Belloubet, y est mort au 1er étage d'un sauna coquin. C'est comme un sauna normal, sauf que quand quelqu'un entre, au lieu de dire : "Fermez la porte, s'il vous plait, on va perdre toute la chaleur", on lui dit : "Viens mon gros loup, j'ai le caillou tout chaud, arrose-le moi de ton eau, ho zut, ma serviette est tombée".

Donc 2 possibilités : soit le monsieur avait dit à toute sa famille qu'il suait en groupe et à poils, tel une fourmi qui galérerait à déplacer une grosse mouche morte avec ses congénères, et personne n'a été surpris. Soit il menait une vie cachée, et quand les secours ont dit aux proches : "Non, il n'était pas au tabac en train de faire son Loto, mais si on part sur les jeux de boules, c'est un 1er indice par rapport à ce que je vais vous dire", et la famille est tombée des nues, si je puis dire.

Plus on vieillit, plus il faut donc faire attention aux endroits qu'on fréquente.  Bien sûr, imaginez, Nagui, vous circulez à Boulogne, quand soudain, votre cœur se dit : "J'en peux plus, le gusse pour qui je bas bosse 18h par jour, c'est usant, j'aurais préféré être le cœur de Philippe Risoli, je serais peinard depuis 20 piges", il s'arrête, et votre hélicoptère s'écrase sur la tour TF1. Ce serait gênant parce que tout le monde penserait que vous êtes en plein mercato, à discuter le bout de gras pour la tranche quotidienne 15h-minuit. 

Là, je peux vous dire que Giscard d'Estaing, qui a 92 ans, s'il passe devant un peep-show, il dit à sa femme "Trésor, allons plutôt chez Naturalia, il y a du gingembre bio, ça va me relancer pareil, et si je claque ma pile, ce sera dans la dignité". En plus, vous mourrez chez Naturalia, à vos funérailles il y a tous les bobos du 7.5 qui font flotter votre cercueil sur le canal Saint-Martin en chantant Christine & The Queens dans leur barbe, visuellement c'est autre chose que le Père Lachaise, où vous finissez sur une carte pour touristes des sépultures à visiter.

Le septuagénaire de Nice est donc décédé d'un arrêt cardiaque, dans un sauna érotique de 500 m² et 3 niveaux. C'est l'orgasme revisité par Stéphane Plaza, qui comporte une piscine chauffée, vous pouvez prendre votre bonnet de bain mais c'est tout, il y a aussi un jaccuzzi géant, c'est comme un jacuzzi mais avec des bulles énormes, parfois il y en a une qui éclate, les gens sont projetés contre le mur. Il y a aussi des cabines de massage, alors massage en club érotique, ça signifie que si vous dites au masseur : "J'ai mal au dos", il vous répond "Je sais pas ce que c'est", et vous vous retrouvez à vous faire masser des parties du corps dont vous aviez oublié jusqu'à l'existence. Ensuite vous vous les réappropriez, vous dites : "Bonjour, cher scrotum, je m'appelle Xavier". Le truc est tellement sollicité qu'il se met à vous répondre : "Je sais, bah alors qu'est-ce que tu foutais, vieux, tu m'as zappé ?". L'avantage d'imiter un scrotum en radio, c'est qu'on peut faire n'importe quelle voix, parce qu'il n'y a pas de précédent. "Salut, je suis Bob, ton téton gauche", "Ah enchanté, moi c'est François, le nombril, on m'a baptisé ainsi à cause de François Bayrou". Je suis le Laurent Gerra du corps humain. "Bonjour, je suis Kate, comme Kate Moss, la narine de Beigbeder, je vais bien mieux depuis qu'il s'est calmé, par contre, ses bouquins c'était plus fun à la grande époque, faut le dire". Bref, un homme est mort ce week-end dans un club dédié au plaisir, ce qui selon moi est l'une des plus belles manières de quitter ce monde, avec l'AVC qui vous prend à la dernière part de pizza alors que vous regardez le foot. Metz marque un but, choc trop intense, le cerveau disjoncte, vous finissez la tête dans un gros peperonni, la mort la plus atroce selon Aymeric Caron. Donc que la famille de cet homme, qui reste peut-être un père, un grand-père ou un mari, ne le juge pas trop sévèrement.  

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.