De jeunes analystes financiers de Goldman Sachs ont pondu un rapport sur leurs conditions de travail, et certains font, disent-ils, 105h par semaine. Tanguy Pastureau est allé en parler à la CGT Radio-France, ils se sont évanouis...

J’en ai toujours voulu à Mme Le Kellec, ma conseillère d’orientation de 3ème, elle s’est plantée, je pense que Jean Castex a eu la même, parce que clairement, il était fait pour devenir mannequin grande taille pour les costumes du catalogue Daxon. Mon projet professionnel était pourtant simple : gagner le maximum de fric sans rien faire, parce que le travail pour moi figure sur la liste de mes passions, mais en 3200ème position, derrière l’épilation intégrale avec des capsules rouillées et la flûte de pan pratiquée par des asthmatiques. Et puis avec un corps pareil, j’aurais dû choisir un métier qui le met en valeur, où on doit porter un costume, regardez-nous, T-shirts, baskets, pulls à trous, certains ici sur leur contrat de travail, il y a marqué housse de couette. Récemment le monsieur qui nettoie le studio a pris Daniel Morin pour un chiffon, 3h a duré son supplice, il a frotté Daniel 10 minutes sur le clavier de l’ordi du bureau, bah il est tellement pro qu’avec le nez il a réussi à écrire six vannes. 

A Radio France, il y a deux styles de gens : les moins de 60 ans, qui s’habillent tous comme Kanye West, il y en a qui ont la tête de Gérard Lenorman au réveil et qui portent des sweats à capuche rose, à chaque fois je crois que ce sont des Krema, ça m’a mis dans des situations parfois. Et les 60 ans et plus, qui sont en velours côtelé, Nagui, vous en avez 59, il est temps de le prendre, ce rendez-vous à la boutique Burton. D’ici peu vous ressemblerez à François Fillon quand il rentre ses poneys, avec les pulls en laine tricotés par Pénélope, sa femme, le seul souci, c’est que la nuit elle défait tout ce qu’elle a fait dans la journée. 

En réalité, les mieux sapés, ce sont les businessmen. Ah, il faut les voir à la Défense, tous ces petits culs galbés dans du De Fursac, ça nous change des zadistes en sarouel. Est-ce qu’Hollywood, pour faire rêver, sort le biopic de José Bové en train de s’épouiller la moustache, non, ils font le Loup de Wall Street. Est-ce que dans les pubs pour les parfums on voit une troupe de capoeira du Limousin se produisant devant la FNAC pour avoir des pièces, non, on voit un type, tiré à 4 épingles, 8 si ce sont des jumeaux, et qui regardent le soleil se lever sur New York en se disant « OK, l’obsession matérialiste n’a pas de sens profond, mais purée de bordel de caviar, avoir trois Tesla permet quand même d’en avoir toujours une avec la batterie chargée ». 

On a une vision idéalisée du monde du fric, OK pas vous, vous êtes de gauche, mais moi oui, alors qu’en fait, c’est un enfer. Je suis tombé sur un article à propos de Goldman Sachs, qui n’est pas une gamme de tote bags lancée par Jean-Jacques Goldman, il n’a pas que ça à faire, dans une seule journée, il doit aussi se reposer, être assis et regarder son chien. Non, Goldman Sachs, c’est LA banque d’affaires, ils aident des boÏtes à faire des OPA, ils placent de l’argent partout dans le monde, au siège le cappucino est indexé sur le cours du café, il y a écrit 2 dollars, vous les mettez, la machine vous répond, « non, ça vient de passer à 700, mais bon le cours du sucre s’est effondré », et dans les couloirs, les salariés chantent « si tu avances quand je recule, comment veux-tu que je spécule », bref, une bonne ambiance. 

Seulement tout ça n’est que façade, et la vérité est plus dure qu’un enfant qui en voulant se saisir d’un Mister Freeze est tombé dans le congélo il y a 15 jours. De jeunes analystes financiers de Goldman Sachs ont pondu un rapport sur leurs conditions de travail, et certains font, disent-ils, 105h par semaine, je suis allé en parler à la CGT Radio-France, ils se sont évanouis, c’était hier, là ils sont toujours par terre, on a mis des tréteaux dessous, la présidente, Sybile Veil, s’en sert comme table de chevet. Son mari a un peu tiqué quand il a vu deux hommes chacun d’un côté du lit avec une lampe dans les fesses, mais elle lui a répondu qu’il ne connaissait rien à la déco. 105h de travail par semaine, on dirait le CV d’un esclave qui construit au Qatar un bout de stade pour la Coupe du Monde de la honte, qui a lieu en 2022 et qui bizarrement va se jouer avec un ballon.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés