Voilà un mois que Tanguy Pastureau a rejoint France Inter et il en est arrivé à la conclusion que c'est une maison de fous...

Nagui : Tanguy Pastureau sur Inter ! Tanguy, cela fait un mois que vous êtes avec nous.

Tanguy : Oui, déjà un mois que j’essaie de me repérer dans les couloirs de Radio France, et bientôt j’espère le faire sans GPS. Un mois que je vous fréquente, Nagui, vous dont j’ai regardé la photo pendant 30 ans dans Télé 7 Jours. En fait, ça ne fait qu’un mois que je vous vois sans être aux toilettes. Un mois qui est passé aussi vite qu’une période de 30 jours, et qui m’a permis d’arriver à la conclusion suivante, je suis dans une maison de fous. A côté la vie de Samy Naceri c’est un modèle d’équilibre. Exemple hier, la presse révélait qu’à Radio France, des pigistes, caste la moins élevée dans le monde du journalisme, l’équivalent des intouchables en Inde ou des hétéros dans le show-biz, avaient passé une sélection pour entrer sur le planning. Le planning, ça veut dire qu’on peut bosser pour toutes les stations, en Isère, en PACA, à Lille. On a la vie de Nabilla quand elle fait la tournée des boites avec son spectacle collagène, raie des fesses et moue de chaudasse, mais sans le salaire. Ensuite, ça peut déboucher sur un CDD, au bout de 34 ans de planning. Bref, le journalisme est une impasse. Moi je sors 3 vannes, il y a Nagui qui se propose de m’adopter. Mais le jeune qui veut un CDI de journaliste a autant de chance de l’avoir que le pape François la mononucléose, la vie est une chienne.

Seulement le fichier de résultats des entretiens a été rendu public par erreur. Les russes ont dû hacker le bazar, et les annotations du jury sont apparues. Or, on y lit à propos d’un candidat: "Il s’écoute trop et raconte des conneries" ou bien, "A une voix de crécelle", ou encore, "Serait pas mal en DJ au Macumba". Ici, c’est un repère de punks, à côté Joey Starr, c’est Petit Ours Brun qui apprend la vie en se trempant le sexe dans du miel. Radio France, c’est le seul groupe où on se dit la vérité. Vous croisez un collègue dans le couloir, il vous dit : "Je viens de t’écouter, dis donc, c’était nul, tu vas pas la déclarer, celle-là, à la SACEM ?"... Ici, c’est le seul lieu où le type qui sort des WC vous dit : "L’état de la pièce, oui, c’est moi, j’ai mangé chilien hier soir, mais je m’en tape parce qu’ici c’est pas ma maison, allez journée pourri", c’est l’équivalent de bonne journée ailleurs.

N : Laurence Bloch, directrice de France Inter, est elle-même très directe.

T : Oui, hier Laurence Bloch, cette dame qui a dit récemment à propos de moi que j’étais formidable et très drôle puis ensuite que je me suis réveillé... a accordé un entretien à Télérama, le journal des profs et des 14 derniers fans de Bjork. Et là, on lui demande : "Et le départ de Patrick Cohen, comment l’avez-vous vécu ?"... Donc là, tout boss dirait : "Nickel, regarde mon pote, il est plus là, mais on a Demorand et Salamé. J’en perds 1, j’en récupère 2, et si les 2 se barrent, à la place je mets les Stones, ils sont 4, yeah, on est au top". Mais elle, Radio France, vérité, dit : "J’ai tout fait pour le garder, j’ai échoué"... Forcément, au bout du fil, l’autre avait Lagardère qui lui disait : "Pat, fini l’autobronzant ! Tes bajoues, tu vas aller les griller à Punta Cana en jet dès que t’as 2h de RTT, parce que ton contrat les autres gens ils appellent ça cagnotte de l’Euromillion". A un moment, Laurence Bloch dit même : "Au départ, quand il faisait des chroniques, Guillaume Meurice était nul"... Vous imaginez ça ailleurs ? Le boss de RMC qui dit : "Bourdin, il est sympa, mais il se douche la veille pour le matin alors dans le studio ça pue le renard et Maitena Biraben, elle était à Pôle Emploi, on l’a eu à 900 euros par mois".

Il n’y a qu’ici qu’on dit la vérité, et heureusement. Si à Fessenheim le boss d’EDF en direct sur BFM se mettait à dire : "Quoi, j’ai 4 bras, ben ouais, mon pote, ça fait 10 ans qu’on répare la centrale avec de la colle à bois", ça serait la panique. Ou Macron, à l’Elysée, qui dirait : "Salut les ringards, voilà, les ordonnances c’est signé. Pardon de vous le dire mais vous l’avez dans le cul. Maintenant je vous laisse, je vais appeler ce crétin de Trump pour lui dire qu’il est peigné comme une aisselle de viking", mais ce serait un scandale. Il n’y a qu’ici qu’on dit la vérité. Donc Manu, si Nagui vous dit : "Bon maintenant mon coco tu te bouges un peu et tu donnes envie aux gens d’aller le voir, ton spectacle, fous-toi à poil, y’a des webcams"", ce n’est rien, c’est juste qu’on est à Radio France. On est des oufs, des déglingos, on dit tout, tout, tout !

Nagui prétend qu’il est végétarien mais en fait il bouffe des steaks... Radio France s'est excusé, mais est ce qu'on s'excuse pour la transparence ! allez, passez tous une journée de merde.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.