La bonne nouvelle du jour : en Bretagne, un club coquin est à vendre sur… le Bon Coin.

Tanguy, vous allez nous parler du Bon Coin.

Oui, le Bon Coin, c'est ce site de petites annonces délirant qui permet d'acheter et de vendre n'importe quoi, sa maison, son bateau, sa voiture, sa mère, j'ai moi-même décidé de vous y vendre, Daniel, une dame a accepté de mettre 9 euros dans cet achat, elle s'appelle Monique et vous attend à 12h30 à la porte B de Radio France, "j'ai perdu mon chat Pupuce récemment", m'a-t-elle écrit, "ça va faire du bien d'avoir de nouveau une petite boule de poils à chouchouter". 

Sur le Bon Coin, on trouve de tout, sachez qu'il y a un bouquin de Frédérick Sigrist à 4 euros, pour 30 euros vous pouvez acheter 2 places pour Guillermo Guiz à Colmar le 2 mars, bonne affaire puisque chaque ticket est à 20,90 donc vous ne vous faites pas couillonner, Tom Villa, ne cherchez pas, parce que l'algorythme du Bon Coin est bidon, du coup, vous tombez sur des villas, vous vouliez un DVD sympa pour votre tatie, vous cliquez sur acheter, vous vous retrouvez avec un F7 de plain-pied avec piscine, endetté sur 30 ans. 

Quant à Lambert Wilson, il y a plus de 16000 résultats, Marie-Aimée de Butry-sur-Oise, vend notamment une photo argentique de vous, développée, écrit-elle, en 88, ce qui fait que le brillant du papier est altéré par le temps, je suis rassuré, moi je l'ai vu, je trouvais que vous aviez une mauvaise mine, je me disais "mais pourquoi vit-il avec ces taches de café sur le visage ?, et le pauvre, il est tout plié", en fait, c'était juste la photo. 

Mais tout ça, on s'en bat les steaks de soja, comme disent les véganes, car vient d'être mis en vente sur le Bon Coin un club libertin, Le Double Je, à Fougères, en Ille-et-Vilaine, département qui, quand on prononce son nom avec un accent salace est déjà à la fois excitant et terriblement transgenre. Illustration : "hm, Ille-et-Vilaine, ha", on imagine déjà Lorant Deutsch en cuir en train de nous frapper avec la tranche de son livre Hexagone. Alors que "hm, Puy-de-Dôme, ha", ça tombe totalement à plat. Bref, le Double Je à Fougères cherche sur le Bon Coin un repreneur, et l'affaire tourne à fond, ils débitent de la soirée hot comme les usines philippines des petites Tour Eiffel en toc. 

Rien qu'en mars, 12 soirées sont prévues, le 1er mars, il y a la soirée "Prends-moi", qui a le mérite d'être explicite, autant "nuit de la St-Sylvestre", c'est vague, y aura-t-il du saumon fumé, est-ce que mamie sera là ?, autant la soirée "Prends-moi", on sait qu'on ne vient pas pour tricoter des moufles. Le 8 mars, c'est soirée topless, les dames sont seins nus, le 15 mars, soirée "Séduis-moi", pour ceux qui ont trouvé la soirée "Prends-moi" un peu brutale, ces pleu-pleus qui ont besoin de voir le regard de l'autre pour être émoustillé, tout ça parce qu'un jour Frédéric Lopez a expliqué à la tribu des Tibi-Tibi-Youmpala du Costa Rica que le regard, c'était le miroir de l'âme. Le 16 mars c'est soirée British, le concept est flou, je pense que les convives commencent, puis Soazig Juin, la sosie bretonne de Theresa May, arrive et crie "stop, c'est le Brexit, on va devoir se retirer". 

A noter que le 9 février, il y avait la soirée Nouvel an chinois, et c'est bien vu de leur part, puisque c'est l'année du cochon, si l'an prochain c'est celle du cheval, ça risque d'être chaud, il y aura partenariat avec le hara du coin, à minuit 12 poneys super-excités brouteront le saladier à carottes rapées du buffet, tandis que les couples s'ébattront sous un immense poster vintage de Pierrette Brès. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.