Les goélands à Paris posent un problème... ils attaquent les drones de la Préfecture de police de Paris, les types sont tranquillement en train de nous filmer, et là, paf, le goéland. Ces oiseaux luttent pour nos libertés individuelles.

Nous sommes déjà dans le futur alors qu’on a l’impression d’être dans le passé, on bouffe des graines que personne ne cuisinait plus depuis les mayas, t’allumes la télé, Jean-Pierre Elkabbach interviewe Raffarin, entre 2 émissions moi j’ai Albert Algoud qui me raconte qui à Canal en 93 ne prenait pas de coke, parce que ça va plus vite que de raconter qui en prenait, on se dit « rien n’a bougé ». 

Mais ça c’est parce que personne ne nous informe vraiment, 4 jours que les médias sont en boucle sur la canicule, « porter une doudoune par 37 degrés est-il raisonnable, Maryvonne ? ». « Et bien écoutez Ghislain, non, d’abord parce que ça vous fait le même look de con qu’en hiver, ensuite parce que vous allez crever ». 

Hier à la télé, ce média qui a perdu 70% de son intérêt depuis que je n’y suis plus, on parlait d’une pénurie d’eau à Valenciennes, et alors ? Depuis quand à Valenciennes on s’intéresse à l’eau ? J’y ai fait 2-3 soirées, quand j’ai d-emandé un verre d’eau, ça a jeté le même froid que si au forum de l’économie solidaire il y a Bernard Arnault qui s’était pointé, les gens ne savaient pas ce que c’était, pour se doucher, un cubi au-dessus d’un bac et c’est plié. 

Agnès Buzyn, la ministre de la santé, à cause de la canicule, nous a quand même conseillé de boire de l’eau et de se mettre à l’ombre, c’est bien parce qu’on n’y aurait jamais pensé tout seul. Moi avant son intervention, j’étais assis en plein cagnard, je tournais au rosé, 3 litres à l’heure, je vomissais par le nez, au-dessus de moi des vautours commençaient à décrire des cercles. 

Bref, le changement climatique nous ramène au Moyen-âge, les riches sont à la cool dans un gentil 17 degrés climatisé tandis que les gueux sont en train de clamser dans le RER et vu les odeurs, clairement ils sont en train de se décomposer de leur vivant, génération Michel Houellebecq.

Donc on nous parle de la canicule, c’est pratique pour certains, parce que ça évite de d’aborder d’autres sujets, par exemple les drones de la Préfecture de police de Paris. Les drones, ce sont ces engins volants tout nuls qu’on achète au gosse et qui au bout d’1/4 d’heure se prennent un platane, le gamin pleure, on est obligé de lui dire « ça va, au Yemen, tu sais ce qu’ils font, les drones ? Ils tuent des enfants + leurs parents, parfois sur une famille entière il reste qu’une tante, tous les jours elle doit aller à la CAF mettre à jour son dossier, 16 kms avec une seule jambe », le petit dit « j’m’en fous », là on est en droit de le proposer à la vente sur Le Bon Coin, il y a des commodes qui ont été moins insolentes et dont on s’est séparé. 

La BRI, l’antigang, se sert de drones quand il y a prise d’otage, et en cas de manif ils sont utilisés, dans un cadre législatif aussi flou qu’une photo cadrée par un mec qui a un gros hoquet. Depuis là-haut, on nous surveille, on nous filme, sans rien nous dire, alors que moi, je refuse d’être filmé du dessus, vous avez vu mon implantation capillaire ? Il va y avoir un trou, filmé à un mètre du sol, je suis sexe, mais d’en haut je ressemble à un emmental. 

Quand Castaner va avoir les images, s’il avait prévu de se caresser, c’est foutu, ou alors c’est que c’est un fétichiste du fromage, un jour on va le shooter en soirée en train de frotter un chabichou. Bref, le 1er prétexte à la noix, les types sortent les drones et tranquilou nous surveillent, c’est Big Brother, moi j’ai une petite nièce qui a fermé son Instagram, à la place elle se met en micro-short dans la rue et elle attend le drone pour montrer sa culotte.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.