Le ciel du sud de la France vit sous la menace et risque de passer un mauvais weekend où, à défaut de pluie, ce sont les débris de la station spatiale chinoise Tiangong qui risquent de tomber sur la tête des habitants.

Le ciel risque bien de nous tomber sur la tête. Oui, on est là à bavasser : "Tiens, Sigrist fais nous rire", "Ah Leïla, comment ça va ? Non pas toi Leïla Kaddour, on te voit tous les jours, on s'en fout ! Leïla Bekhti...", "Oh, Nagui, mais qu'est-ce que c'est ? Des chaussures, vraiment ? Avec cette forme-là ?",... Et on fait comme si la vie était éternelle et qu'on avait le temps de discutailler à la cool, alors que notre existence est aussi brève que le CV de Miss Dominique.

A chaque instant on peut clamser, donc carpe diem, comme disait Horace. Aimons-nous vivant, comme disait François Valéry. C'est comme Horace mais avec du volume au niveau des cheveux et une philosophie plus accessible. La preuve, c'est qu'à tout instant à partir de jeudi, on peut se prendre un bout de station spatiale sur le coin de la tronche, à cause des Chinois, ces gens qui chez nous ouvrent des restos de sushis en se faisant passer pour des japonais. 

Je vous explique : en 2011, la Chine lance une station spatiale, Tiangong, ça signifie palais céleste. Nous si on lance Philippe Etchebest dans l'espace, on lui donnera le même nom. Pendant 5 ans, tout allait bien, les cosmonautes chinois bossaient, à la chinoise, c'est-à-dire de 2h du matin à 23h, avec pause tous les 4 jours. En 2 semaines, ils avaient récupéré les ¾ des météorites. Là-haut il y avait plus rien. Quand Thomas Pesquet est arrivé, il a dit : "Bien joué, les mecs, par contre moi je peux pas dépasser les 35h sinon il y a l'URSSAF qui va tomber sur ArianeEspace et bonjour les pénalités". 

Quand soudain, fin 2016, la Chine perd le contrôle de la station spatiale, comme la France a perdu naguère le contrôle d'Arielle Dombasle et de Yann Moix, qui depuis sont en roue libre. Xi-Jinping, le dictateur timbré, appelle la station et lui dit : "Tu vas te calmer". Mais ce qui marche sur les humains, qui sont peureux, n'atteint pas les machines. Quand Jean-Pierre Foucault crie à sa lampe à bronzer : "Arrête j'en peux plus", l'appareil, bloqué sur le mode raclette pour 12, continue à chauffer. 

Donc depuis 15 mois, Tiangong tourne sur elle-même à raison d'un cycle complet toutes les 4 minutes, soit la même vitesse qu'Elizabeth II quand elle observe ses 130 chiens en train de se lécher le oui-oui dans le jardin. Après, qu'elle reste à tourner sur elle-même pendant des plombes, on s'en tape. Nos gosses font la même chose sur scène au spectacle de fin d'année de l'école et on survit, difficilement, mais on survit. Seulement, Tiangong tourne et se rapproche de nous, tel la sangsue du scout à la peau fraîche qui cherche son béret tombé dans l'étang. Et là, entre le 29 mars et le 3 avril, on va se la prendre.

Mais on ne sait pas de manière très précise quand. Non, ce sont des calculs approximatifs de l'Agence Spatiale Européenne, ça peut être vendredi 30 à 18h, ce qui est horrible parce que ça veut dire que le weekend est foutu. Si un bout de cockpit vous coupe en 2, c'est pas pour autant que vous payerez demi-tarif à Disneyland. Elle peut tomber aussi mardi 3 à 11h30. Sigrist fera sa chronique et Nagui, vous rirez en vous disant "Quelle belle émission, et encore Pastureau n'est pas passé", quand, énorme boum, la moitié de Tiangong défoncera le studio. A part, si on a Teddy Riner en invité, auquel cas on pourra se réfugier sous lui et survivre sinon on y passera tous.

C'est pas le jour où il faut avoir Lou Doillon. Là, la station spatiale est à 200 km de la terre, c'est peu - c'est la distance qui sépare le gros orteil d'Adriana Karembeu de son bassin - et elle se rapproche. Alors en fait, je plaisante, parce que nous, à Paris, ne sommes pas concernés. Il faut dire qu'en matière de catastrophe, on a déjà eu la nuit du zouk à Bercy et la politique de transport d'Anne Hidalgo... Non, selon les calculs, les bouts de la station pourraient atteindre le sud de la France ou la Corse. Donc à mon avis, la station va choisir d'elle-même de s'écraser dans le sud, parce qu'elle sait qu'en Corse, les mecs vont l'attendre et lui dire : "Tu remontes direct, sinon on te fourre 3 pains de plastique dans la porte arrière en diffusant à fond un CD d'I Muvrini, tu vas pleurer ta mère, même eux quand ils chantent ils se bouchent l'oreille parce que c'est trop fort".

C'est donc terrible. Le week-end qui arrive risque de voir Tiangong tomber sur Nice. Si c'est sur Christian Estrosi, ça va, parce qu'elle rebondira sur son brushing, mais elle va peut-être tuer le seul type de gauche de Nice, et dans ce cas, aux élections, il n'y aura même plus besoin de faire de dépouillement. 

Normalement, lors de l'entrée dans l'atmosphère, le module devrait se désintégrer en partie, comme la carrière de Jean-Vincent Placé avant lui, mais les moteurs, qui font 100 kilos, vont eux tomber au sol. Donc à part si c'est sur un salon du tuning, où les types diront "Dieu, à toi qui nous offre ce moteur, nous dédions ce morceau de DJ Bobo que Patrick va mettre sur ses enceintes Pioneer 4x1000 watts", ça ne va plaire à personne. 

A noter que le 27 janvier dernier, le 2e étage d'un lanceur Zenit s'était déjà écrasé au Pérou, le truc avait pris feu une fois au sol, il avait fallu que 300 lamas se relaient en crachant dessus pour l'éteindre. Chez nous, ce sont les mecs qui font du jogging qui font ça. Il n'y avait pas eu de victimes, forcément, le Pérou, c'est vide, mais le sud de la France, c'est blindé de monde : il y a des vieux, des arabes, des gitans, des caniches et le rappeur Jul. Or un caniche qui disparaît, ce serait une perte pour la musique. Bref, à cause de la Chine, infoutue de maîtriser Tiangong fabriquée sur place par des types qui ont reproduit en 2h sur plan la station spatiale internationale avec 4 tôles et 16 vis, on risque nos vies. Chers auditeurs du sud, ne faites pas confiance à Evelyne Dhéliat. Ce week-end, ça va peut-être tomber et faire très mal. Restez chez vous.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.