Florent Pagny fait parler de lui, depuis qu'il a déménagé au Portugal pour des raisons fiscales...

Florent Pagny fait parler de lui en ce moment. Oui, Florent Pagny, c’est ce chanteur qui se sape en fute de cuir de vipère et bottes en croco, quand il va au zoo de Vincennes, les gardiens le mettent dans le vivarium. La moitié de l’année, on le voit dans The Voice, où il arrive à faire tourner 10 fois par soir son fauteuil avec lui dedans sans vomir. Et l’autre moitié, il vit en Patagonie avec sa femme, un désert où vivent juste les Pagny et les tatous, des petites bêtes qui parfois se roulent en boule comme Jean-Pierre Raffarin. Vocalement, il a un organe à décorner les cocus, quand il part sur le Caruso, tout le monde autour se retrouve en slip, il a la puissance vocale de 24000 Jane Birkin. Et surtout, il déteste régler ses impôts, normal parce que c’est le seul truc qu’on paye sans rien avoir en retour, ça passerait mieux si on recevait au moins un porte-clé du ministère des finances ou un magnet avec la tête de Gérald Darmanin pour nos enfants, qui ont le même âge que Gérald Darmanin. Pagny avait fait une chanson sur le sujet, ma liberté de penser, en 2003, dans laquelle les impôts lui prenaient tout, sa voiture, sa maison, sa femme, mais lui s’en foutait tel Sébastien Chabal de son 1er poil au menton, parce qu’il lui restait sa liberté de penser, ce qui, vu qu’il pense surtout aux impôts, est complètement con, parce qu’il ne s’en sort pas.

Et cette semaine dans le Parisien, Pagny est interviewé, or on sait qu’il ne ment pas, il est cash, dans sa tête ses neurones font du djembé en bouffant des champis. Donc là où un joueur de tennis français dirait, oui j’ai choisi d’habiter en Suisse par amour pour les marmottes et par passion pour le chocolat au lait, lui dit, je me taille au Portugal pour de vraies raisons fiscales, il est 100% honnête, en cas de panne intime, il dit à sa femme, désolé chérie, j’ai 55 ans, c’est pas juste en me susurrant à l’oreille que je suis ton gros ours que ça va réveiller la bête. Il explique au Parisien qu’au Portugal, pays dans lequel vous emménagerez tout à l’heure, Nagui, il n’y a pas d’impôt sur l’héritage, là les Bettencourt sont en train de falsifier les papiers de Liliane, ils ont écrit qu’elle s’appelait Almerinda Fernandes, née à Faro. Il n’y a pas non plus d’impôt sur la fortune, ni sur les royalties, l’Etat portugais perçoit en impôts 191 euros en tout par an, de quoi financer la construction d’1m10 d’autoroute.

...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.