Ce matin, Tanguy s'intéresse au problème démographique de la Chine...

La Chine a un problème démographique, il y a trop d'hommes, partout là-bas il y a des mecs, la Chine, c'est comme une immense salle d'attente d'une banque de sperme. Certes, ce n'est pas aussi déséquilibré que dans cette émission, où Leila, vous êtes la seule dame, oasis de fraicheur et de jojoba dans un océan d'odeur de chaussettes moites et d'ongles mal récurés, mais il manque quand même 33 millions de chinoises si on part du principe que chaque chinois doit avoir sa chinoise. La faute à la politique de l'enfant unique, qui a été longtemps la norme, on devait avoir un seul gosse, or les chinoises voulaient toutes un garçon, elles se disaient "si c'est une fille, il va y avoir des dessins de licornes partout dans la baraque, elle va avoir sa période Pandi-Panda, période qui en Chine dure 72 ans, un enfer", et donc elles pratiquaient l'avortement sélectif, c'est-à-dire que si on leur annonçait que c'était une fille, elles mettaient sur leur ventre un casque audio diffusant NRJ, et l'enfant se désintégrait. Résultat, il y a eu trop de garçons, qui aujourd'hui ont grandi, tel le désir de Jack Lang quand il se voit en reflet dans l'œil d'une caméra de télé, et ces adultes n'ont personne pour combler leur solitude, ils sont comme Nicolas Dupont-Aignan en politique. Sexuellement ils sont seuls, ce qui est affreux car après l'acte on se retrouve à se parler à soi-même, "alors, heureux ? - Hm oui t'as été super mon gros lion", comme le ferait un schizophrène érotomane. Mais aussi sentimentalement, à la St-Valentin les types disent au téléphone à Interflora "bonjour, je voudrais des fleurs pour M. Zuang Zi, de la part de M. Zuang Zi, avec ce message, je m'aime à la folie".

Donc les chinois ont créé des poupées sexuelles, afin que le mâle local soit moins seul, et pas de la poupée à l'ancienne qu'on gonfle à la bouche et qu'ensuite on est trop claqué pour leur faire l'amour, non, des merveilles de technologies, comme des Iphone sauf qu'on peut entrer dedans, ce qui impossible à faire avec un iPhone, ou alors c'est que le jour de la circoncision le monsieur était ivre et a pris les 3/4. Ce sont des humanoïdes, des robots à l'allure d'humains, sans trop d'expression, donc on dirait un peu les gens dans le bus, et qui parlent. Exemple l'entreprise Exdoll, située à Dalian, ville chinoise moyenne, c'est-à-dire qu'elle doit faire 300 millions d'habitants et a 16 aéroports, a créé Xiaodie, une X-doll qui dialogue. C'est véridique, on lui demande son nom, elle répond "je m'appelle Xiaodie, mais tu peux aussi m'appeler bébé", là moi je lui dirai "écoute, ça va un peu vite pour moi, mais j'ai ton 06, je te rappelle", avant de me casser et de changer de numéro. Mais les chinois, non, ça, ça les branche.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.