C’est la fin d’un cycle, la dernière de la saison. Alors certes, on est heureux de partir en vacances, le soleil, les vagues, les MST, les week-ends en famille mais en même temps, c’est une déchirure, un moment aussi difficile à aborder qu’une intégrale en CD d’Eve Angeli, donc un CD, oui, nous allons nous quitter.

Je suis triste ce midi et même un peu plus que d’habitude, c’est dire, parce qu’au quotidien je suis plus névrosé que Loana et Jean-Pierre Bacri réunis si on leur avait retiré le colon alors qu’ils étaient venus chez le docteur pour une verrue plantaire. 

Oui, je suis triste, parce que je vais vous quitter, les amis, pour des choses aussi futiles que le soleil, l’océan, les merguez végétales, les mots mêlés et le sable, qui essaie toujours de rentrer dans les fesses, comme un ami rencontré un soir et à qui on n’avait pas précisé qu’à la base on cherchait plutôt quelqu’un pour discuter. 

C’est notre dernière émission de la saison ensemble et peut-être la dernière tout court, parce qu’on ne sait pas ce qui nous attend, trop de Spritz, à 3 grammes on plonge depuis l’arrière du bateau en hurlant « je suis une daurade », seulement à l’arrière du bateau il y a l’hélice et on finit en sushi pour les poissons, pour une fois que ce serait dans ce sens-là, ça ne serait que justice. 

Après le problème, c’est que pour allonger ton oncle Jean-René sur du riz, il faut quand même un sacré paquet de riz, or l’été, il y a pénurie, à cause des types sur les marchés qui écrivent les prénoms sur les grains de riz. Je peux vous dire que quand vous vous appelez Pierre-Alexandre, ils font la tronche, ce sont des gens qui rêvent que tout le monde s’appelle Enzo. 

Quand nous nous reverrons à la rentrée, nous serons désirables, bronzés, même Alexis Le Rossignol et Agnès Hurstel, nos chroniqueurs pâles et chétifs, qui au spring-break de Cancun passeraient pour des ashkénazes sous Xanax demandant au DJ du Leonard Cohen, seront tellement mats de peau qu’à l’entrée des boites on leur dira qu’ils n’ont pas les bonnes chaussures, c’est le nom de code dans le milieu de la night quand on veut signifier à quelqu’un qu’il est noir. 

C’est donc une déchirure, mes loulous, car nous sommes comme les 3 mousquetaires s’ils avaient pris en plus 4 intérimaires pour les aider un peu dans le boulot, liés pour la vie. C’est la combinaison de nos talents qui a mené à cette réussite insolente, qui fait dire à Vincent Moscato de RMC « putain, quand même, ils nous ont bien niqué », ou à Stéphane Bern de RTL « diantre, je m’évanouis, que Nicolas de Tavernost m’apporte des sels ». Parce que, faisons le bilan, quelle saison ! 

La Bande Originale est l’émission qui aura marqué une génération, comme l’invention du télex aura marqué celle d’Alain Duhamel, la création des signaux de fumée celle de Jean-Pierre Elkabbach. On est 1ers, sur les CSP+, les 35-50 ans, les enfants des 35-50 ans que leurs parents battent s’ils changent de station, les fans de Riad Sattouf, qui vient nous voir 16 fois l’an et les manchots, parce qu’ils n’arrivent pas à passer sur Europe 1, comme d’ailleurs ceux qui ont des bras. 

Mais le souci quand on est n°1, c’est que ça met la pression, c’est pour ça que Raphaël Gluscksmann est toujours si décontracté, et la saison prochaine sera celle de notre chute, mais on s’en fout, parce qu’on tombera ensemble, comme les cheveux du prince William. Oui, je sais, moi qui fais des blagues sur les cheveux, c’est comme si Gad Elmaleh parlait de ce plaisir solitaire que représente l’écriture. 

Comme si Tarik Ramadan s’exclamait « ah, je me sens bien depuis que j’ai testé le sexe tantrique ». Quelle saison ça a été, on a reçu les plus grands, Gérard Depardieu, Benoit Poelvoorde, mais aussi des gens qui n’ont pas de cirrhose, comme… j’ai pas d’exemple, on a eu beaucoup d’acteurs. Ah bah si, Kev Adams ! Oui, mais ce n’est pas un acteur. On a eu Josée Dayan, qui nous a parlé de son sujet préféré, Josée Dayan. Sabine Azéma et Dussolier pour le film Tanguy le retour, ce navet qui a réuni 700000 spectateurs, 700000 cons. On a eu Laury Thilleman et Camille Lacourt, 2 personnes hyper-sexy, s’ils font un gosse, le fœtus pose directement à la sortie de l’utérus pour Jacadi, avec un petit polo et son cordon ombilical en écharpe. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.