Tanguy, s’intéresse aujourd'hui à une étude britannique qui a cherché le lien entre folie et réseaux sociaux.

Nous sommes tous un peu fous. Il n’y a personne de normal, mais on masque notre folie pour s’intégrer à la société. 

Là, par exemple, je suis là, vous vous dites « ok, c’est Pastureau, hmm que ce petit bronzage lui va à ravir, je me le taperais bien », enfin, des choses banales, parce que ce petit polo, ces 14 cheveux bien coiffés, ce visage bonhomme, rassurent la gueuse. Mais qui sait réellement ce que je fais une fois chez moi, peut-être suis-je nu sur mon balcon à hurler à la pleine lune en urinant sur les géraniums. Certes, il y a pire dans la folie, je pourrais, dans mon salon, regarder Alain Duhamel sur BFM-TV en disant « ça c’est la relève du journalisme français ». 

Vous-même, Nagui, le chouchou de la ménagère, petit costard, sourire aussi blanc qu’un scrotum récemment épilé, plus propre qu’une Fiat Panda à la sortie de l’Eléphant Bleu, on se dit « le gonze est tellement classique que Frédéric Lodéon va l’inclure à sa playlist ». Mais nous qui vous connaissons, savons l’homme que vous êtes en réalité, on est obligé à chaque émission de faire signer au public présent une clause de confidentialité, dans laquelle ils s’engagent à ne rien répéter de ce qu’ils entendent hors antenne, 3 personnes ont parlé, on les a retrouvés dans la Seine, les pieds lestés par les bouquins des invités que vous n’avez pas lus. Ils étaient au fond de l’eau avec le coffre-fort de Benalla et la carrière de Larusso. 

Alors qu’au contraire, prenez Alexis Le Rossignol, il a un look inquiétant, entre celui de Marthe Villalonga et celui d’Émile Louis, mais, je le connais un peu puisqu’en juillet nous triomphâmes tous deux au Festival d’Avignon, les femmes hurlant nos prénoms, Xavier, Steve, oui, elles nous ont pris pour d’autres, et bien c’est un monsieur qui au fond est très posé. 

Tout le monde est fou, regardez les Moix, ils sont tellement timbrés qu’il y a de quoi relancer l’activité courrier de la Poste. Yann Moix écrit un bouquin expliquant que c’était un enfant martyr, la différence avec un enfant classique, c’est qu’à Noël on a assez vite ses jouets à l’intérieur de soi, le père dit « faux, j’étais sympa, vous voyez Doc Gynéco, bah j’étais encore moins rigide », le frère dit « non mais c’était moi l’enfant martyr, Yann a voulu me lancer du 2ème étage » une envie sans doute de mettre à l’épreuve le travail de Newton, mais il n’y avait pas de pomme à la maison, puisque son père lui faisait manger ses excréments, donc il a lancé son petit frère. Là-dessus, selon Moix, le frère envoie à l’Express des textes antisémites de lui quand il avait 20 ans disant qu’il faut tondre Bernard-Henri Lévy, alors que ce pauvre homme a déjà suffisamment souffert, puisqu’il est marié à Arielle Dombasle. Bref, un repas de famille chez les Moix, c’est la bataille d’Alep mais avec du blanc de poulet à la place des mortiers.

Donc à part Alexis Le Rossignol, nous sommes fous. Et en plus, selon une étude, il y a une chose qui nous rend encore plus dingues, les réseaux sociaux, vous mettez un type stable, Arnaud Desplechin par exemple, devant Snapchat, 31 minutes plus tard, il est dans l’état de santé mentale d’Arnaud Lagardère, un malade qui chaque année en septembre dit aux équipes d’Europe 1 « yes, les ptitous, c’est la remontada », et qui en juin vire tout le monde parce que la station est passée en nombre d’auditeurs derrière Radio Zapata, la radio pirate d’Alexis Corbière qui émet depuis sa chambre. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.