Hier chez notre confrère Jean-Jacques Bourdin sur RMC, Robert Bourgi a fait le show. Un après le Pénélopegate, il est venu expliquer pourquoi il avait voulu "niquer" François Fillon. Quitte à s'arranger avec la réalité pour vivre son fantasme de bad boy.

Hier, Robert Bourgi a fait son grand retour médiatique. Oui, on s'attendait moins à son come-back qu'à celui de Larusso. Robert Bourgi, c'est cet avocat qui l'an dernier avait révélé à la presse avoir offert à Fillon pour 13000 euros de costume. C'est beaucoup. Avec un tel budget fringues Alain Souchon tient 37 ans et 11 mois. 

Hier, Bourgi était chez Jean-Jacques Bourdin, sur Radio Bière-Foot, pour fêter les 1 an du Pénélopegate. En France, on fête les anniversaires des scandales politiques, et quand t'es mis en examen, il y a une grosse fiesta à Disneyland avec les Rapetout. Donc Bourdin l'interviewe, c'est-à-dire qu'il lui demande le prix du ticket de métro et combien la France a de centrales nucléaires. Mais Bourgi, il passe une fois l'an à la télé, soit 16 fois plus que Jean-Jacques Goldman, il a envie de briller, tel le gland du mocassin droit de Balladur quand son caniche se frotte le derrière dessus afin de tester des sensations nouvelles. 

Et Bourgi dit, je cite : "Oui, j'ai niqué François Fillon". Il parle comme Booba. Une stagiaire de RMC lui a apporté un café, il était à deux doigts d'ajouter "et j'en place une pour ma biatche". Là, Bourdin est médusé, car le verbe niquer n'a encore jamais été prononcé dans son studio, donc il se dit "La saison prochaine je signe sur Skyrock pour la matinale avec Difool, ce sera pareil". Et Bourgi continue. Il dit : "J'ai dit à Sarkozy : Fillon ira jamais à l'Elysée car je vais le niquer". Jamais personne n'avait eu autant envie de faire ça à Fillon depuis son épouse Pénélope quand elle l'a rencontré en juillet 76. Bourgi dit tout ça avec un air de mafieux de série Z, parce que le zigue se croit dans Scarface, il a présenté à 3 journalistes une note de pressing 5 à 7 mais dans sa tête, il se prend pour Pablo Escobar.

Bourdin est troublé. Il n'arrive pas à chasser de ses pensées l'image de Bourgi niquant Fillon. Ce qui sur l'échelle de la vision atroce, qui va de 1 à 10, 1 étant Michel Houellebecq en pull à trous, 10 étant Kim Kardashian qui sans faire exprès se serait assise sur son bébé, est à 7. Mais il se reprend et demande à Bourgi : "Mais pourquoi avoir voulu tuer Fillon ?", il parait si doux au toucher, ses sourcils rappellent la crinière de Poly le poney. L'autre répond : "Parce qu'il m'a trahi". 

En fait, Bourgi et lui étaient potes, puis Fillon s'est éloigné. Moins de textos avec des smileys clin d'œil. L'autre lui offrait pour 2000 euros de caleçons, pas un merci. Il lui a livré un Kangoo rempli de paires de chaussettes, rien. Et Bourgi est un habitué des amitiés qui foirent, puisqu'il était naguère conseiller politique de Villepin, le grand sec qui se prend pour Chateaubriand parce qu'il a pondu 4 vers, soit moins qu'un mec qui bouffe trop de sushis, et là aussi il l'a quitté, parce qu'il se sentait méprisé.

Le problème viendrait de lui ? Bien sûr, Robert Bourgi, c'est un être sensible plongé dans un monde, la politique, dur et froid. C'est comme si Vincent Delerm allait chanter au Hellfest juste après le live de Rammstein. Il dit qu'il a décidé de tuer Fillon après qu'on lui a rapporté que celui-ci voulait tuer Sarkozy, son ami, mais tuer en politique, c'est la base. 

Il faut savoir que la phrase principale que se répètent les politiques en boucle c'est "Je vais tous les niquer", c'est du Bourgi avec les moyens de J.J Abrams. Même Hollande, qui paraissait tout mou, on aurait dit une étoile de mer qui se serait fait couper sa 5ème branche par l'hélice du moteur d'un yacht, et ben il pensait comme ça. C'est du sang, du sexe et des biftons. Sauf pour Macron, qui gagnait 60 fois plus chez Rotschild et qui fait des smacks de CM2 uniquement à Brigitte, donc lui a voulu le pouvoir pour rien, il est fou. 

Enfin, Bourgi dit : "J'ai voulu tuer Fillon car il était accro à l'argent". Le scoop. Il vit dans un manoir, son loisir c'est les voitures de course, on avait capté qu'on n'avait pas devant nous un moine cénobite dont le hobby serait confectionner des herbiers. Bien sûr Fillon aime le brouzouf. A côté de lui Sarkozy, c'est un zadiste en train de nettoyer ses croûtes avec une râpe à fromage.

Mais Bourgi, c'est pas Philippe Poutou non plus. C'est le roi de la Françafrique. Il était ami avec Omar Bongo. Pour Laurent Gbagbo, il a géré des fonds secrets, des commissions,... En 2011 il disait au JDD avoir transporté des millions d'euros en cash de l'Afrique vers nos élus, parce que les chefs d'état africains, ils savent vivre. S'ils vous offrent 13 000 euros de costumes, c'est qu'ils sont fâchés. Il vous filent une Ferrari, vous dites : "Bah qu'est-ce qu'il y a, j'ai fait un truc, dis-moi ?".

Ce sont des types, si Easy jet leur dit qu'ils sont en excédent de bagage parce que dans les valises il y a que du cash, ils rachètent Easy jet. Donc Bourgi qui dit de quelqu'un qu'il aime l'argent, c'est comme si c'est Jean-Pierre Bacri qui venait vous dire que vous avez l'air triste. Bref hier, Robert Bourgi a fait son show, "J'ai niqué Fillon", avec l'accent sicilien de Frédéric François, mais on oublie juste que les costumes, c'est arrivé après le Pénélopegate. 

Quand on a réalisé que Pénélope Fillon ne bossait que par télépathie, pas une fois elle ne s'est déplacé, elle n'a pas besoin de ses pieds, on pourrait les couper et les offrir à Oscar Pistorius. Donc en réalité, Fillon n'a pas été niqué par Bourgi, mais par sa femme, les valeurs familiales sont sauves, et Bourgi peut retourner vivre dans son film, avec Tony Montana et Don Corleone. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.