Rien ne va plus entre Donald et Melania, depuis que cette dernière a appris que son mari avait eu des relations sexuelles avec l'actrice porno Stormy Daniels en 2006. Et cette histoire coûte cher au contribuable américain.

Aux Etats-Unis, rien ne va plus entre le président Trump et sa femme Melania. Non, ils sont fâchés. L'ambiance entre eux est la même qu'entre Volkswagen et les singes. Melania n'a même pas accompagné Donald au sommet du brozouf de Davos, du coup c'était nul. Il y avait juste Christine Lagarde du FMI en tailleur qui bouloche et Macron en train de crier : "France is back, Europe is back, I'm back" en bavant. Brigitte lui a ensuite donné ses pilule.

Si Melania est fâchée, c'est à cause d'une actrice de X, Stormy Daniels, Daniel la colère en français, c'est donc l'équivalent américain de Daniel Morin, mais avec une pilosité maîtrisée et plus de souplesse. Normalement le X et la politique sont séparés. Jamais Alain Juppé et Clara Morgane n'ont pratiqué ensemble l'hélicoptère girondin, ce qui est dommage car Juppé est tellement rigide que techniquement c'est le seul homme à avoir l'intégralité du corps en érection.

Mais là Trump est accusé d'avoir eu en 2006 un rapport avec Stormy Daniels, ce qui est fou, parce que coucher avec une actrice de X, ça veut dire avoir une énorme confiance en soi. La personne a pratiqué avec les plus grands pros, des mecs ultra-techniques qui disent : "Là je vais faire un 69, puis un 52 et un 14". Le X c'est la même chose que les restos chinois mais en plus propre, donc c'est comme de discuter avec Bernard Pivot quand on lit que Pifou.

Une vieille interview de Stormy a fuité, dans laquelle elle précise avoir fessé Trump avec un numéro du magazine Forbes, et c'est là que la presse papier est importante, parce que le même journal version numérique, ça voulait dire se faire frapper le boule avec un iPad Pro. Pour peu que le petit stylet reste accroché à la pochette, on peut se faire mal. Magazine Forbes avec Trump lui-même en couverture, donc c'est comme si vous, Nagui, demandiez à votre épouse de vous fesser avec un Télé Z où vous êtes en une, voire où vous êtes en une en compagnie de Michel Cymes en cas de soirée un peu olé-olé.

Melania, en apprenant ça, tombe des nues, alors que Trump n'y peut rien s'il a envie de butiner comme une grosse abeille de la même couleur que lui. C'est le Bureau Ovale qui fait ça. Tout président qui y passe se transforme en bête lubrique. Kennedy était un fou du uque, il avait Jacquie, il a fallu qu'il aille voir Marylin, une pharmacienne qui ingérait tout son stock. Clinton, qui n'avait pas de cave à cigares, s'est mis à les ranger dans une dame. Il confondait les gens et les meubles. Quand il allait chez Ikéa, il disait bonjour aux tables au chevet. Même Roosevelt a eu une liaison avec la secrétaire de son épouse ! Je peux vous dire que l'autre direct s'est mise à la dactylo. 

Sauf que dans le cas de Trump, il n'a pas attendu son élection pour se vriller le bassin, parce que les faits décrits par Stormy Daniels datent de 2006. Il est chaud de naissance. Quand il est sorti du ventre de sa mère, on a cru que c'était un panini 3 fromages passé au four, ils ont failli le refourguer à la Brioche Dorée.

Melania Trump, pour noyer son chagrin, est donc partie en voyage. Oui, pendant que Donald était à Davos, à se geler les miches en regardant Macron hurler : "The world is back, I'm back, you're back" en contemplant son reflet dans un lac gelé, elle est restée aux States, et a visité le musée de l'holocauste de Washington. 

Nous, pour se consoler d'une désillusion amoureuse, on bouffe des cookies, de la glace, des bonbons Pez. Tout ce qu'on voit, on avale. Le chat, qui sent le danger, se roule dans sa caisse pleine d'excréments afin de se rendre le moins appétissant possible au cas où. Melania Trump, pour se remonter le moral, se dit : "Tiens, un musée de la Shoah, ok, ensuite je vais me mettre dans le noir pour écouter Nick Cave, ça ira mieux". 

Puis elle est partie en Floride, au spa Mar a Lago, propriété qui appartient à Donald. Elle avait le choix pour lui montrer qu'elle était fâchée entre partir vivre à Notre-Dame-des-Landes dans une cabane humide ou juste faire une moue avec la lèvre et se taper le F30 avec piscine en or. Elle a choisi la 2ème solution. Le spa Mar a Lago, c'est magnifique. Il y a une piscine qui plonge dans la mer. On sait plus où est la piscine de où est l'océan. Les mecs se retrouvent à pêcher dans la piscine et quand ils remontent un gosse de 12 kilos ils disent "ouah, belle prise", et le font à la plancha avec des frites.

Seul souci, à cause du niveau de sécurité, Melania a été obligée d'emprunter un avion présidentiel, l'Air Force Two. Il y a l'Air Force One, celui de Donald. L'Air Force Two, le sien, et ainsi de suite jusqu'à l'Air Force 147, l'ULM pourri du petit-neveu de la fille de Trump. Or l'Air Force Two, ça coûte 16 000 dollars de l'heure, alors qu'avec Bla-Bla Car, elle pouvait faire Washington-Floride en co-voiturage pour 9 dollars avec des étudiants de 18 piges qui font plus vieux qu'elle, donc le contribuable américain est mécontent.

En tout, le trip en Floride est revenu à 64 000 dollars, soit ce que dépense par an Manuel Valls en frais de modifications de la page Mes idées sur son site web. Bien sûr, la directrice de communication de Melania a parlé de fake news, elle n'est pas fâchée, dit-elle, elle a bien pris les rumeurs de liaison de son mari avec une porno-star, elle a acheté 3 caisses de VSD pour le fesser avec et se rapprocher de lui. Hier, le couple était enfin réuni à l'occasion du discours sur l'état de l'Union de Trump, ils avaient pas l'air jouasse, mais au moins ça va coûter moins cher.        

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.