Ce matin, Tanguy Pastureau a des choses à nous dire sur les jeunes...

Depuis dimanche, je lis partout des commentaires anti-jeunes, parce qu’ils ont peu voté, ils se sont sentis moins concernés par l’élection que Laeticia Hallyday par une vie en Saône-et-Loire. Il faut dire que toute la société s’articule autour des vieux, nous. 

Déjà le vote se fait sur papier alors que les jeunes ne savent plus que c’est, même aux toilettes ils cherchent un iPad pour se nettoyer. Dans les médias, il y a peu de jeunes, Gérard Carreyrou a quand même annoncé son retour sur Europe 1, et il est jeune, en tous cas si on le compare à Alain Duhamel de BFM et Jacques Séguéla de Cnews, qui ont d’ailleurs créé ensemble le 1er piège à mammouth, ils ont connu plus de printemps que la planète Terre. Et quand un média décide d’inviter des rappeurs, en se disant ça va parler aux kids, ils font venir IAM, les papis du hip-hop qui portent des noms de momies, ce qui chaque année leur va mieux que la précédente. 

Et c’est ça, le problème des jeunes, c’est qu’à 18 ans, on n’a rien eu le temps de faire, au Moyen-âge si, parce qu’on clamsait à 25, donc à 6 ans ½ il fallait signer son 1er CDD. A 12 on se mettait à écrire ses mémoires, intitulées Une existence au service de la ferronnerie. Et à 23 on se disait « c’est malin, suis à la retraite et il n’y a même pas France 3, qu’est-ce que je peux foutre ? ». Un sorcier parfois lisait dans l’intestin d’un bouc et disait « je vois, au XXIème siècle, un monsieur avec des souliers absurdes enjailler le royaume des francs en faisant brailler des ritournelles à des gueuses, mais pour l’instant, il y a que dalle ». 

En 2021, quand on est jeune, on n’a rien prouvé, donc on végète en regardant les vieux faire des alliances improbables pour se répartir les régions. "It’s a senior’s world", chanterait James Brown s’il était toujours vivant, avant de conclure un partenariat avec Viagra dont le logo s’afficherait au moment où il crache sa dernière dent sur Sex Machine.

Mais quand même, il y a une chose qui nous branche chez les jeunes : leur fric, on les méprise, ils doivent se taire, on accélère quand ils traversent et qu’on a un 4x4, parce qu’on se dit que même projetés à 20 mètres, avec leur souplesse, ils survivront, autant gagner 10 secondes sur un trajet, mais leur argent ça nous branche. 

Exemple, vous sachez qu’à Paris, la ZAD d’Anne Hidalgo, on a rouvert la Samaritaine. Avant c’était une immense épicerie, il y avait tout, des clous, des abattants de WC, 24 marques d’essuie-tout, le foutoir, j’ai un oncle qui y est allé en 84 pour acheter des allumettes, il est ressorti en 91, avec des poils partout, aujourd’hui il y a sa photo chez tous les barbiers du monde avec écrit « first hipster ever ». 

Ensuite la Samaritaine a fermé, le groupe LVMH, propriétaire du lieu, a réfléchi, Bernard Arnault, devant son miroir, dans sa salle de bains de 4 hectares avec toboggan aquatique et bassin à otaries, s’est dit « Nono, t’es beau, elle fait son effet cette petite crème de jour à 16 000 euros, lance donc une boutique à ton image », et il a créé la nouvelle Samaritaine, so glamour, pensée pour les millennials, les jeunes actifs tendance qui ont déjà réhabilité la socquette et le jean taille haute, un jour ils seront jugés pour ça et envoyés en camp de travail. Lundi c’était l’inauguration, les Macron, Bribri et Manu, sont venus, ils ont été très applaudis, c’est le seul endroit où on leur fait ça, du coup, ils ont déménagé et maintenant ils y vivent. 

Macron a déclaré « la réouverture de la Samaritaine est un évènement qui marque la fin d’une période tragique, de cette crise qui a frappé notre pays », là il parle du Covid, donc je ne sais pas quel est le projet, offrir un bon d’achat au variant Delta et lui dire « par contre, en échange, tu nous fous la paix, OK ? ». Bref, à la Samaritaine, tout a été pensé pour les jeunes, il y a 80 m2 de clean beauty, ce sont des produits de soin éthiques, non testés sur les animaux, à la place tous ont été testés sur une dame, Irène Sanchez, qui est morte. 

Sinon partout il y a des coins à selfies, avec des décors instagramables, ça signifie conçus pour rendre bien sur Instagram, le contraire de ta sœur, comme ça le jeune se shoote et poste sur ses réseaux les photos de sa virée shopping, plus vide que ça comme vie, il y a juste faire 3000 kms en avion pour finir au Courtepaille de Dubaï. C’est ainsi que Bernard Arnault aime la jeunesse, quand elle fait gratos la pub de sa boutique sordide, mon conseil aux jeunes, faites les photos mais en hashtag écrivez Brico Dépôt, les mecs vont être effondrés.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés