Ce matin, Tanguy s'intéresse à la primaire des écologistes…

Ici, je me sens bien. Je suis entouré de personnes bienveillantes, il y a aussi Fanny Ruwet. Monsieur Dussollier réussit l’exploit d’être à la fois agréable mais pas mièvre. Nagui, Leïla, Morgane, Tom vous êtes supers, si vous n’existiez pas et qu’on me proposait d’inventer quelque chose… Hm bon ok j’inventerais la pizza 4 fromages, mais vous êtes supers. Juste, vous sentez moins le roquefort, ce qui est tant mieux pour vous. 

Tout va bien, ici c’est un monde enchanté, la moquette est épaisse, les idées sont humanistes, il y a du café, on est heureux, comme dans un Disney mais sans petit lapin inclusif qui dit qu’elle est belle à une princesse handicapée, ce qui est vrai en plus. 

Seulement, à l’extérieur de la Maison de la Radio, le monde est hostile. Et l’époque est de plus en plus radicale, tout le monde est tendu, sur Twitter les gens s’insultent, sur YouTube j’ai même eu un commentaire négatif sous une de mes chroniques, quelqu’un a écrit « très très bien » au lieu de « génial », donc la violence est partout. 

Vous lisez les faits divers, par jour, il y a 10 coups de couteau qui partent en France, parfois pour un refus de filer une clope, par peur moi dès que quelqu’un m’aborde, je donne tout, un soir un touriste chinois m’a demandé par où c’était la Tour Eiffel, je lui ai tendu mes fringues, j’étais nu, il a dit « han han, on m’avait pas menti sur les nuits parisiennes, cochon », puis me regardant, il a ajouté « ah bah la voilà la Tour Eiffel », par humilité, je n’ai rien dit, puisque je refuse de tomber dans ces clichés masculins.

Oui, l’époque est radicale, en politique aussi, plus c’est cash, plus c’est dur, plus ça plait : Éric Zemmour, l’homme sans filtre, plait, Michel Barnier, l’européen, se met à critiquer l’Europe pour plaire, Mélenchon depuis 5 ans ne fait plus que des punchlines, il va finir dans la série « Validé » à interpréter le rôle du papi du rappeur Apash, et il y a Sandrine Rousseau, d’Europe Ecologie les Verts. Mme Rousseau propose une écologie radicale, qui agit, parce que toute la banquise aura fondu qu’on sera encore comme des cons à foutre nos emballages carton dans la poubelle dédiée, avec l’impression de sauver le monde. 

Hier moi j’ai recyclé mes 15 colis Amazon de la journée, parce que je suis très écolo, bah dans l’ascenseur pour remonter du local poubelle, je me suis dit à moi-même « bébé, t’es une belle personne », « ah yes », j’ai ajouté en me claquant les fesses, et c’est là que j’ai réalisé que la famille du 3ème était aussi dans l’ascenseur et paraissait effrayée, le père a sorti un spray lacrymogène et le fils un CD des Kids United, et là j’ai capitulé. 

Macron par exemple sur l’écologie est une catastrophe, il a le même rapport à l’environnement que Garou aux aigues. Le glyphosate, on se dirige tranquilou vers une ré-homologation du produit, alors que c’est un herbicide dangereux, vous en aspergez le bonhomme Cetelem, il finit avec la même épilation qu’une influenceuse à Dubaï. 

Durant le 1er confinement Macron promettait « de changer la nature même de la mondialisation », genre de promesse qu’on fait un soir où on a bu de la gnole de genièvre, comme quand on dit « allez demain je me mets au sport », alors qu’on est par terre sur le dos en train de dire à son beau-frère « tu sais que toi Jocelyne je t’aime ». La crise climatique est monumentale, mais on a l’impression que tant que la baraque de sa femme au Touquet sera pas envahie de thons rouges parce que la mer sera montée dedans, Macron ne prendra pas conscience de l’enjeu. Il est là, tout cool à attendre que ça se passe, il voit qu’en juillet en Belgique maintenant il y a la mousson, mais il préfère ré-autoriser les chasses d’oiseaux traditionnelles, c’est un monsieur qui a un très faible sens des priorités, lui si son avion perd une aile en plein vol, il dit « ok mais ça résout pas le problème de la tablette de mon siège qui ne ferme plus ». 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés